POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

De quel islam, une zaouia algérienne est-elle l’édifice ?

La course du suspect Chekib Khelil pour l’immunité.

 

dimanche 8 mai 2016, par Damien Djamel Bouch’Raf

Logiquement traqué par la justice, l’ancien directeur de Sonatrach et ministre de l’énergie, Chekib Khelil, la nargue bien. Ses concitoyens sont écœurés de la panne des institutions. Le magistrat qui instruisait son affaire est révoqué, au lendemain de son arrivée. C’était le préalable pour neutraliser la procédure qui n’a plus maintenant de répondant. Le couperet tombé sur le tribunal d’Alger a tranché, l’ami d’enfance du président Bouteflika est un intouchable. La république algérienne a disparu quand l’impunité est décrétée... A la fin de cet article, la liste des "zaouias" d’Algérie.

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie


Hocine Malti et le pétrole algérien par Populi-Scoop

Le retour de Chekib Khelil en Algérie est analysé de plusieurs manières. Les desseins de ce fait peu anodin questionnent l’opinion nationale qui a divorcé de toutes les formes changement. Au point que la toxicité, qui handicape une réaction populaire, a moult retards et corruptions. Sans nul doute, une nouvelle couche se rajoute sur une chape d’acier emprisonnant les gloires et les espoirs.

Comme un missionnaire de bonne confession, il se fait sponsoriser une tournée dans des lieux que la majorité des Algériens ne savent pas souvent leur origine et leur mission. De création ottomane, ces édifices appelés Zaouias, sont « zaviye » en turc. Là séjournent des sectes localisées et dressées contre la femme avec d’infamantes traditions, ainsi que les pratiques de confréries aux gourous régnant comme des fantômes.

Les excursions de Chekib Khelil auprès d’une dizaine de ces temples, dont la création est aussi attribuée aux fanatiques soufis, que la mysticité isole de la communauté en vue de méditation, ont été diligentées par le ministère des affaires religieuses et l’association nationale des « zaouias ». C’était pour donner aux médias, notamment publics, des shows qui sondent d’abord la réhabilitation, afin d’assurer l’avenir à un homme qui s’est assez illustré, comme Bouteflika, avec le verre de Cognac à la main.

Le 6 Mai 2016, Hocine Malti ex DG de Sonatrach publie une tribune sur le site du « Matin d’Algérie », où il avance « … ce sont les États-Unis qui l’avaient dépêché…/… comme ils l’ont fait dans de nombreux autres pays au lendemain de guerres ou de "révolutions" qu’ils ont provoquées et pilotées. » Pour Populi-Scoop, Chekib Khelil fuit la justice internationale, comme il est dit dans nos articles.

Le refuge algérien est, en grandes pompes, orchestré avec un accueil diplomatique assuré par un préfet, lors de la descente de l’avion. Afin d’assurer l’immunité, avec une parodie franchisée par l’Etat, à un justiciable que des instances internationales poursuivent, mais le montage médiatique s’est finalement arrêté. Un militant du mouvement Barakat, Samir Belrabi, déclencha depuis Annaba, ville de Saint-Augustin à l’Est algérien où les zaouias sont rares, et dans une mosquée, la fin du périple de Chekid Khelil !

On ne sait plus combien de titres des médias algériens ont émis que « L’étau se serre sur le clan Bouteflika ! » Il y a une vraie justice en dehors d’Algérie, alors que la sienne ne coopère pas avec le parquet italien qui instruit les dossiers Saipem. Mais des preuves se trouvent bien dans les dossiers des paradis fiscaux et les archives de Mossack Fonseca qu’a révélé le scandale mondial de Panama-Papers.

Réda Hemche, neveu de M. Khelil, qui était au temps des 8 milliards de contrats avec la société italienne, chef de cabinet du PDG de Sonatrach, a eu un compte approvisionné de 1,75 million de dollars, entre l’été 2009 et janvier 2010. C’est la Banque privée Edmond de Rothschild où Farid Bedjaoui, considéré au centre de l’affaire Sonatrach, avait eu quelques 200 millions.

Ce retour coïncide avec des enquêtes internationales. Populi-Scoop a été parmi les premiers organes à citer deux articles qui soulèvent des investigations policières de haute importance. Elles sont menées par le département américain de la Justice, le FBI, Agence nationale du crime du Royaume-Uni et la police fédérale australienne.

Une procédure de justice que des flics instruisent sur Unaoil et certains de ses partenaires multinationaux, notamment Sonatrach au temps où Khelil est passé de DG (Directeur Général) à ministre de tutelle. Ces enquêtes ont été citées par « The age » (journal australien) et le « HoffPost » (qui n’est plus à présenter).

"Zaouia" est un mot péjoratif dans le langage populaire algérien qui désigne un manque d’organisation ou un fatras, l’équivalent d’auberge espagnole.

En Algérie la "Zaouïa Habria", a pour originelle vocation de regrouper les exclus, démunis et marginalisés. Elle est d’ordre mendiant. Collectivisés, les pauvres rêvent d’une cité utopique sans riches ni pauvres. Elle refuse obéissance à tout pouvoir temporel et se désintéresse des biens de ce monde. Elle compte de nombreux adeptes en Algérie, surtout en Oranie et principalement installée dans les montagnes de l’Ouarsenis.

Cette confrérie a joué un rôle dans l’histoire du Maghreb qu’Octave Depont et Xavier Coppolani ont décrit en 1897. Elle a abrité les mouvements insurrectionnels en Algérie et au Maroc surtout. Elle est devenue Chadhiliyya-Derkaoua (ou Zaouïa Zerkaoua al-Habria) qui est présente sur l’axe Oujda, Ahfir, Saïdia, Tétouan (Maroc), Oran et Tlemcen (Algérie).

Voici la liste des zaouias connues en Algérie.

- Zaouïa Sidi Vahloul Ouassem à Cheurfa n Bahloul, XVe - XVIe siècle.
- Zaouïa Sidi Abu Yaaza Mahaji al-Jazairi (Sidi Bouazza Al Mahaji d.1277/1860.
- Zaouïa Sidi Ahmed b. Aliwa (Cheikh Ahmed Al-Alawi d.1349)
- Zaouia Sidi Yahia El Aidli (Tamokra, Bejaïa)(1443)
- Zaouia Sidi Hadj Hassaine (Béjaia/Chemini)(1350)
- Zaouïa Sidi Hachimi Tlemsani (1381).
- Zaouïa Sidi Mustafa Abdessalam Filali (1401).
- Zaouïa Sidi Abdellqadir Aissa (d.1412).
- Zaouïa Sidi Mohammed Belqayad (Cheikh Mohammed Belkaïd d.1413/1998).
- Zaouia Sidi Ahmed Benyoucef Errachidi (Miliana).
- Zaouia Si ben Alî Chrif (Akbou).
- Zaouia Sidi Benchâa[1] (dz) « Sidi Benchaa : BENCHAA »
- Zaouia Sidi Bel-Ezrag.
- Zaouia Sidi Abdelrahmane Al Wali Al Yagoubi (Nédroma)
- Zaouia de Sidi Benamar (Fillaoussenne).
- Zaouïa Boudarga.
- Zaouia Sidi Moulebhar.
- Zaouïa de Si Tayeb Al Mahaji à Oran M’dina-Jdida
- Zaouïa Qadiriya
- Zaouïa el-Alaouia, Sidi Ahmed Ben Alioua le fondateur de la tarika el-Alaouia de Mostaganem (1867-1934) .
- Zaouïa Chadhiliyya.
- Zaouia Lalla Rahmaniya (Alger).
- Zaouia Sidi M’hand Oumalek (Tifrit n’Ath oumalek).
- Zaouia Sidi Moh ouAli elhadj (Tifrit n’Aït el Hadj).
- Zaouïa Thaalibiya, fondateur Sidi Abderrahmane Thaalibi.
- Zaouïa Sennoussia dite Essanousiya du Cheikh Bentekouk.
- Zaouia Sidi Serhane.
- Zaouïa Taîbiya, Moulay Abdallah Chérif né au cours du XVIe siècle .
- Zaouïa Dradra est une zaouïa fondée dans les Aurès par el-Hachemi Benderdour[2] au début du XXe siècle en Algérie.
- Zaouia Sidi Boukachabia à Oued l’aneb.
- Zaouia Sidi-Wahhab.
- Zaouïa de Aïoun El Berranis 1870 près de Taghmaret (Takhemaret).
- Zaouia Sidi Yakkout.
- Zaouïa Derkaouia.
- Shadhiliya-Darqawiya-Mahajiya :
- Zaouïa Sidi Mohammed b. Qaddur Wakili (Sidi Mohammed Ben Kaddour Al Oukili) .
- Zaouïa Sidi Mohammed al-Habri Azzawi (Sidi El Hebri d.1313/1898).
- Zaouïa Sidi Mohammed Boudali (Sidi Boudali) .
- Zaouïa Sidi Mohammed Bouzidi al-Jazairi (Cheikh El Bouzidi d.1824/1909).
- Zaouia tijaniya.


Bouteflika ‫دعاء العهد المتين و الموثق الغليظ... par argotheme

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute ICI - MERCI

Nous organisons des sondages, merci de vous inscrire à nos panels.

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT