POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

La corruption en Algérie : les dossiers de Toufik...

... Au crépuscule du règne de Bouteflika

 

dimanche 27 décembre 2015, par Azouz Benhocine

Pour la première fois Toufik, l’ancien manitou des services secrets algériens, est cité comme source en matière de corruption. Hacène Aribi, député du FJD "Front de la Justice et développement" (parti islamiste qui a 7 députés et conduit Abdallah Djaballah), a indiqué le chiffre d’un compte en banque de l’ancien dirigeant de Sonatrach puis ministre de l’énergie, Chekib Khelil. De son côté Djillali Hadjadj, de l’association de lutte contre la corruption a soulevé le cas des caisses noires sur lesquelles la Cour des comptes a été laxiste dans son dernier rapport... Les dossiers commencent à être connu, jusqu’où... ?

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie


sonatrach algérie par Populi-Scoop

Vieille comme le Monde, l’histoire des caisses noires dont disposent les responsables de toutes les institutions n’est pas une pratique illégale. Cependant les servitudes dont font objet ces capitaux mis à la disposition exclusivement de décideurs, en cach sonnant et trébuchant, restent incontrôlables. La dernière réaction du président de l’association algérienne de lutte contre la corruption en Algérie, représentant l’ONG « Transparency Internationale », sur ce sujet à la lumière du rapport de la Cour des comptes publié récemment, est édifiante.

L’occasion de dénoncer l’absence totale de normes de transparence et de contrôle de ces fonds, légalement parallèles servant aux missions exceptionnelles, n’a de meilleure opportunité que le dernier rapport de la cour des comptes. Mais les dossiers de corruption en Algérie sont tellement impénétrables et lourds, donc de tels caisses noires instituées partout dans le monde pour des frais imprévus, nécessitent un labeur ardu pour déceler les malversations.

Djillali Hadjadj, journaliste, a connaissance des pratiques avec lesquelles est détroussée l’économie du pays. Il a publié en 1999 un livre qui pour titre : « Corruption et démocratie en Algérie », puis réédité en 2001, pour nombre insuffisant de la première livraison méritant son succès. Ce qui fait de cet ouvrage, la première investigation du genre pour un pays qui a intéressé nombreux enquêteurs honnêtes des médias comme Wikileaks ou bien Le Matin d’Algérie, dirigé par Mohamed Benchicou.

Wikileaks a révélé, en 2010, les noms des Algériens ayant des comptes secrets auprès de la banque HSBC, notamment en Suisse. Parmi ces dossiers mondiaux figuraient aussi des notables . Mais pour réveiller les souvenirs en lien avec les Banques, Said et Abdelghani, deux frères du président Bouteflika ont été cités dans l’affaire Khalifa Banque dont le démantèlement précipité a tassé son scandale. Et son principal dirigeant, un fils du sérail qui dirige le pays depuis 1962, est actuellement en prison.

La prédation de haute envergure a frappé le point fort de l’économique algérienne, avec l’affaire Khellil qui a atteint Sonatrach. Avec des facilités déconcertantes qui ont permis à l’ancien ministre de l’énergie de sortir du territoire algérien, alors que la justice s’est prononcée de l’interdiction de quitter le pays, il reste impuni. Cité dans le réseau Farid Bedjaoui actuellement traité par les tribunaux italiens, la manne pétrolière, principale ressource du pays qui était un symbole sacré, est tombée entre les mains d’amis avérés de Bouteflika.

La plus récentes de toutes les révélations est celle du député du FJD Hacène Aribi faite aujourd’hui dans un entretien à Beur TV. Dont nous donnons la video ICI. Il ne va pas de main morte pour citer l’ancien homme fort, le général Toufik, qui vient de prendre sa retraite. « … Il m’a dit que Chakib Khelil avait transféré 198 millions de dollars vers un seul compte (…)  ». Louiza Hanoune qui peut aussi participer au fin de règne de Bouteflika, marquée par une corruption exponentielle, a menacé dernièrement de déballer des vérités…

Ce que je déclarais à "Jeune Afrique" en juillet 2013.

Posté par Djilali Hadjadj sur mercredi 2 avril 2014

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invité à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT