POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Dissensions dans l’alliance sacrée des monarchies du Golf

El-Jazeera porte-voix de l’islamisme et terrorisme accusation passe-partout

lundi 5 juin 2017
par Hugo Mastréo


Les entités monarchiques du Moyen-Orient sont dans une concurrence pour avoir hégémonie dans la région. Et dans une folle course diplomatique pour se frayer une position forte dans le Monde, ils bataillent ensemble et chacune de son côté. Lundi 5 juin, la nouvelle que l’Arabie saoudite, l’Egypte, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, a surpris plus d’un. Le torchon de la discorde brûle depuis quelques semaines déjà...

Voir en ligne : Notre dossier : Moyen-Orient

En effet depuis quelques jours, voire dès le début ce mois de juin, ont éclaté au grand jour les rivalités, jusqu’à là retenues par les discrétions des palais... Sur fond de conflits entre partenaires qui n’ont guère eu entière confiance entre eux, ce qui est le cas de l’ensemble des relations inter-arabes, des tas de polémiques ont été sorties dernièrement. La plus pesante le rapprochement Iran-Qatar.

L’une de ces accusations, entre voisins, porte sur des messages piratés de la boîte d’émails, compte Hotmail, de Yousef Al-Otaiba, l’ambassadeur Emirati aux USA. L’accusation que le Qatar et le Koweït soutiennent le « terrorisme » a pour source le site "Intercept" (que nous avons cité lors des documents d’Edward Snowden). Il est notoire que le diplomate des Emirats a participé aux réunions de la stratégie du Pentagone, sur invitation des responsables de la défense.

Intercept a rapporté samedi 3 juin les révélations qu’Al-Otaiba, désigné comme « l’homme le plus charmant de Washington », a joué un rôle dans la campagne pour ternir l’image du Qatar. Il est aidé par un think-tank néo-conservateur et pro-israélien, la Fondation pour la défense des Démocraties (FDD), pour diaboliser le Qatar.

Aussi bien envers les musulmans que les peuples arabes, ces royaumes mènent une course de puissance avec chacun pour soi. Mais aussi collectivement, ils effectuent des ingérences dans les affaires internes, comme en Syrie ou au Yémen. Là où ils y trouvent des vulnérabilités, ils mènent des déstabilisations aveugles afin d’installer leurs alliés. C’est le cas de l’Iran qui aussi cherche à influencer des peuples ou pays. Le socle religieux et sectaire est facilitateur des actions sunnites ou chiites.

On savait qu’entre l’Iran et l’Arabie Saoudite, il y a confrontation indirecte. Le conflit de représentation sectaire de l’islamisme, les poussent à des affrontements indirects. Mais entre aussi en scène le Qatar qui s’est depuis déjà des décennies, positionné sur des ambitions grandiloquentes. A force de se mettre au devant et de vouloir porter haut ses ambitions, il fait de l’ombre et devient dérangeant.

Voici un article où nous avons cité le site d’information INTERCEPT

Distanciant les autres principautés du Golf arabique généralement alignées au royaume saoudien, le Qatar n’a pas lésiné sur la communication avec sa puissante chaîne El-Jazzera... C’est en effet la guerre médiatique qui prend le dessus, sur toutes autres considérations. Cependant l’accusation d’être derrière l’islamo-terrorisme peut largement s’appliquer à tous et sans distinction.

En ce début juin 2017, il y a eu d’abord les propos de l’émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, affirmant que l’Iran devait être un allié stratégique et non perçu comme l’ennemi traditionnel et le fauteur de troubles dans la région. Le démenti de cette déclaration inacceptable par les alliés régionaux n’a pas tardé d’être diffusé, se justifiant par un piratage informatique de l’agence officielle de l’information du Qatar. Mais peu de crédibilité à un tel alibi...

L’Arabie saoudite qui conduit une alliance, tacite entre arabes et même de musulmans dans cette zone, a pour bête noire l’Iran. Voilà maintenant que les Mollahs, ainsi que d’autres forces ayant des intérêts stratégiques dans cette discorde, peuvent prétendre avoir créer la rupture au sein de l’alliance sacrée des monarchies du Golf.

Pour l’Egypte le soutien du Qatar aux Frères musulmans, le mouvement islamique le plus ancien au monde, ne fait aucun doute, car la monarchie cherchait à gagner de l’influence. Ceci se rajoute aux accusations selon lesquelles Doha soutient même l’ordre du jour de l’Iran. Mais dans l’ensemble, les pays islamistes, y compris la Turquie, sont touchés par ces cabales diplomatiques qui ne cessent de sortir au grand jour.

Répondre à cet article