POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques  Nos sujets : COVID-19.

Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > diplomatie, présence, officiels, relations, échanges, politique (...) > COVAX défaillant, l’accès égal aux vaccins est incontrôlable.

COVAX défaillant, l’accès égal aux vaccins est incontrôlable.

Le mécanisme d’achat mondial ne tient pas la promesse de la juste répartition.

jeudi 21 janvier 2021, par Azouz Benhocine

Lancé en avril par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le séduisant programme piloté par l’OMS appelé COVAX a, tel qu’on le dit pour les échecs, du plomb dans l’aile. Son but de fournir un accès équitable aux diagnostics, soins et vaccins pour contrer COVID-19. Mais ce dernier, pour lequel tous les regards se tournent, n’est pas acquis pour tous humains ayant verser leurs espoirs dans l’organisation internationale.

Il devait rassembler les gouvernements, les organisations mondiales de santé, les fabricants, les scientifiques, le secteur privé, la société civile et la philanthropie, mais ce n’est guère mécaniquement suivi. Les tiraillements penchent vers les privilégiés du fait de leur détention du savoir, des labos et des moyens…

2 premiers vaccins prêts, en octobre ou novembre, pour COVID-19 aux USA.
vendredi 4 septembre 2020

Le nationalisme vaccinal donne avantage aux pays riches ou puissants. L’illusion COVAX est une recommandation angélique, mais n’est tellement assurée de réussir son champ d’action. Cette collaboration mondiale est unique, avec plus des deux tiers du monde, engagé sur une belle idée. Mais la répartition est loin d’être juste et effective.

Des pays dits riches monopolisent le médicament au détriment des populations qui même elles sont pourvues de finances, se trouvent désarmées face aux accaparements. Les commandes démontrent cette envolée pour les uns et le retard des autres. Il n’est guère judicieux de sacrifier les pauvres sur l’autel des pandémies, à qui on cherche des origines que le partage des soins pour bloquer le mal.

COVAX vise à contrer ce « nationalisme vaccinal ». L’OMS a remarqué la tendance croissante des pays puissants à conclure des contrats bilatéraux avec les fabricants de vaccins et à stocker des doses pour leurs propres citoyens. Elle l’a souligné ce désavantage des économies émergentes et ce qui entraîne la prolongation de la pandémie.

Outre la logistique et les délicates opérations d’approvisionnement dont certains pays en sont même incapables de les assurer, la crainte est que les nations à revenu intermédiaire et à faible revenu devront surmonter ces obstacles pour fournir des vaccins à tous les citoyens. Mais par quelle capacité le peuvent-elles ?

Ces produits biologiques peuvent être endommagés des conditions des températures très élevées ou basses et même de lumière excessive. Il est donc essentiel qu’ils soient transportés et stockés de manière appropriée. Par exemple, le vaccin Pfizer-BioNTech doit être conservé au réfrigérateur à -70 ° C, ce qui signifie que sa distribution nécessite une capacité logistique de chaîne du froid considérable, à la fois coûteuse et dépendante d’un réseau routier efficace.

Idées sur la course mondiale pour le trophée du vaccin anti-COVID.
samedi 15 août 2020

Le COVAX annonce de nouveaux accords pour accéder à des vaccins ?candidats prometteurs contre la COVID-19 et prévoit un déploiement à ?l’échelle mondiale dès le 1er trimestre 2021 ?

Jusqu’à présent, plus de 180 pays ont adhéré à l’initiative COVAX. Un programme qui paiera pour les vaccins de 92 pays. L’effort mondial pour distribuer des vaccins aux pays les plus pauvres, alors que certains des plus grands du monde, y compris les États-Unis, la Russie et la Chine, n’ont pas donné signe de bonne intention à soutenir cet effort.

Malgré qu’en septembre de l’année dernière, l’OMS a expliqué comment COVAX fonctionnera. Créant un cadre pour que les doses seront attribuées aux pays participants sera proportionnellement à la taille de leur population. Alors que nous vivons, lors de la 1ère phase, une répartition des doses plus qu’incontrôlable.

La seconde action de COVAX, dit qu’une fois chaque pays ait reçu suffisamment pour 20% de sa population, alors entre en jeu le profil de chaque Etat et le risque d’exposition au Covid-19 respectif à chacun. Ce qui sera pris en compte pour les distributions ultérieures. L’objectif de disposer de 2 milliards de doses d’ici la fin de 2021, devrait suffire à protéger les personnes à haut risque et vulnérables, ainsi que les agents de santé de première ligne.

93 milliards d’euros en vaccins et thérapeutiques pour Covid-19 ont été dépensés en 2020 par les gouvernements du monde entier. Environ 86,5 milliards d’euros sont allés aux producteurs de vaccins, selon la Fondation KENUP, une organisation à but non lucratif. Sur ce total, 32% provenaient des États-Unis, 24% de l’UE et un total de 13% du Japon et de la Corée du Sud. Sans la Chine, ce qui représente déjà la part du lion, chose qui permet d’avoir des soins avant quiconque.

Des pays ont développé des vaccins, mais restent inconnus. Au Mexique les scientifiques et industriels sous l’impulsion du gouvernement comptent arriver à créer un produit. Au Vietnam, dans une discrétion absolue, conjuguée à l’indifférence des puissances du Monde, la vaccination s’effectue avec un médicament réalisé localement. C’est même notre prochain sujet sur le vaccin, appelé NANO-COVAX, de ce pays ignoré de tous !

Vous voulez utiliser un stockage en ligne, du cloud de Microsoft, cliquer ICI.


Voir en ligne : COVID-19

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don