POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


ALGERIE : LE SOULEVEMENT ENCORE ATTENDU !

La révolution des jasmins et celle du pouvoir d’achat.

lundi 17 janvier 2011
par Azouz Benhocine


Comprendre la signification du soulèvement de la jeunesse algérienne des débuts de l’année 2011, c’est le lier à une hausse des prix. La démocratie par le démantèlement de la dictature reste en second plan. Car il est primordialement question de bas revenus.

Lire tous les sujets sur les revendications sociales et démocratiques en ALGERIE

1- LES MANIFESTANTS ALGERIENS SOUS LES FEUX DE LA RAMPE DES MEDIAS INTERNATIONAUX.SVP mr le prochain Président qui sera PROCHAINEMENT destitué. Ne nous joue pas une ennuyeuse série turque. RAPIDEMENT, VITE ! DEGAGE ! DEGAGE ! LA LISTE EST ENCORE LONGUE !

2- 30 000 POLICIERS POUR LA MARCHE DU 12 FEVRIER, tous les sanctionnés reprennent leur service ! Les corrompus de la BOUTEFLICAILLE, en première ligne pour bloquer la marche.

3- Algérie les émeutes sociales et le feu de paille, DE LA MARCHE du 12 février d’un après-midi de journée de repos. Une lutte de classes en Algérie ou l’équation d’un pouvoir contre son peuple démuni !

4- Algérie : un régime contaminé de dépravantes pathologies qui, à termes, DEGAGERA ! Les algériens, après les émeutes, identifient leurs aspirations : démocratie et justice sociale.

5-Algérie, rendez-vous le 12 février. 19 ans d’état d’urgence et départ du système, une confusion des genres.

6-Comment les dictatures bloquent Internet, l’expérience tunisienne en primauté des études de cas.

7- Marche du RCD algérien le 22 janvier, une courbe dans le mouvement social.

8-ALGERIE : La RDN « Révolution Démocratique Nationale » reportée… PARTIE REMISE !

9- ALGERIE : LE SOULEVEMENT ENCORE ATTENDU !

10-Algérie : les barricades de la corruption despotique ébranlées.

11-La colère des algériens déshérités de leur démocratie.

12-3000 manifestants face à 30 000 policiers. Les émeutes des déshérités continuent, désignant que seule l’offensive populaire dans les rues viendra à bout des despotes.


C’est aussi déduire, dans ce cas algérien, que le capitalisme de l’économie de marché qui écrase les plus vulnérables aux revenus modestes par des tarifs impossibles à soutenir, a eu une réponse ! A qui veut l’entendre et la comprendre. A quoi rechercher d’autres interprétations, puisqu’en Algérie on est plus allergique au socialisme… En Tunisie le PC (Parti Communiste) dirigé par Hamma Hamani n’est pas exposé aux dispersion et dénigrements comme le courant de gauche algérien.

Dans l’expectative et démuni d’une profondeur politique, le mouvement social algérien allégué à la hausse des prix de l’huile et du sucre, reste sans perspective. Laissant sur leur soif, de fin de l’ancien système, tous les perclus par le pouvoir. Les autorités en place qui ont dévoyé d’abord la guerre de libération en la rendant raciale car ayant exclu les non-musulmans, sont effectivement sans lendemains. Ils mettent en veilleuse leurs anciens discours de harcèlement des démocrates.

Quand elles ont fait main-basse sur le pouvoir, après l’indépendance allant jusqu’à la torture des poètes, elles avaient promis le paradis mais que de plusieurs misères ont-il générées. Et causant l’exil et l’écartement des plus intègres et compétents hommes et femmes du peuple, le régime que Bouteflika incarne pleinement, est mis au doute comme questionné sur sa dernière falsification de la constitution. De la colère de la jeunesse, il y a une suite…

En instaurant, depuis la couverture de la souveraineté nationale, un système rentier où le clientélisme conjugué à la corruption prédatrice s’est installée à tous les niveaux, forçant la population à la servilité en la privant de démocratie, ce qui est appelé le régime est en alerte du moindre soubresaut. D’ailleurs toutes ces dernières années, des populations de l’Algérie profonde ont barré des routes, pris d’assaut les institutions… Malgré un terrorisme persistant, et qu’elles ont isolé désormais d’après l’absence totale des islamistes lors du soulèvement de janvier.

Langue de bois, dépassement des récupérations, faillite de l’opposition et distance prise des islamistes, sont des lectures préliminaires et des données succinctes à déduire des troubles qui ont marqué les premiers jours de 2011. Les certitudes de Bouteflika et de ses alliés ont été ébranlées, quoi que disent religieusement les prêches d’une paix de l’âme dans la misère.

La foultitude de populistes qui n’a pas cédé devant la subversion du 5 octobre, tout en reprenant avec plus d’arrogance et de nonchalance le destin de l’Algérie au-delà de cette date historique, encaisse avec phobie ces dernières émeutes. Elle s’est assignée à une vigilance, depuis la chasse faite au grand méchant loup de Ben Ali en Tunisie. Ces révoltes sporadiques algériennes sont aussi une démonstration qui a tracé un profond et riche sentiment de fierté.

Tels sont les retours primordiaux des révoltes algériennes qui ont fait, reculer dans un premier temps, la hausse des denrées de première nécessité. Aussi parmi d’autres leçons qu’elles ont émises, d’ailleurs la plus plausible consiste en la projection des surlendemains, celle qu’une répétition générale a eut lieu. Avant une prise en main des citoyens de leur avenir d’une manière lucide de leur avenir. Préalablement à un assaut contre les balisages du système délétère qui trahit le message même de la liberté érigée par l’indépendance du pays. Ces séditions qui ont secoué ces deux pays représentent désormais, pour l’ensemble de l’Afrique et du monde arabe, un précédent d’une indéniable valeur politique.

Même si les difficultés de déceler les visées concrètement politiques, les adeptes des évènements en Algérie mettent tous les espoirs, par contagion de la révolution du jasmin. Pour dépasser l’augmentation des prix de l’huile et du sucre, afin de ne pas rester à ce stade. Loin s’en-faut une lame de fond traverse les pays, aspirant aux égalités et à la démocratie, qui ont des similitudes avec ceux qui se situent dans la locomotive des pays dits émergents. Et qui rayonnent par le prestige grandissant de la Chine auprès des peuples domiciliés idéologiquement à gauche, suivi des grandes prouesses de nombreux autres Etats sud-américains et même africains qui donnent un autre exemple qui se déroule Côte-d’Ivoire. Où les puissances du capitalisme s’érigent en juge et bourreaux des régimes péjorativement indiqués en « voyous ».

Dès que le recul des tarifs de ces produits a été prononcé par le gouvernement algérien, les protestations de la jeunesse algérienne, dans lesquelles les plus exclus se sont largement reconnus, ont commencé à s’amenuiser. Ce qui donne le tournis aux sbires du nationalisme arabe le plus dévoyé, aux détrousseurs de leurs peuples parmi les dirigeants africains et à certains autres inégalitaires et corrompues dictatures de part le monde.

Le message de l’intangibilité des tarifs des produits première nécessité qui est une expression ouvertement destinée à l’économie de marché et toutes les escroqueries du capitalisme du FMI, du G20, G8 et autres caricatures d’organisations agissant comme des ligues des sociétés transnationales et des courtiers des capitaux boursicotiers... Tel le message des émeutes algériennes. Un capitalisme embourbé dans une déchéance que les experts adopte comme crise ponctuelle et passagère ! Héla, le monde a changé !

Lire tous les sujets sur les revendications sociales et démocratiques en ALGERIE

1- LES MANIFESTANTS ALGERIENS SOUS LES FEUX DE LA RAMPE DES MEDIAS INTERNATIONAUX.SVP mr le prochain Président qui sera PROCHAINEMENT destitué. Ne nous joue pas une ennuyeuse série turque. RAPIDEMENT, VITE ! DEGAGE ! DEGAGE ! LA LISTE EST ENCORE LONGUE !

2- 30 000 POLICIERS POUR LA MARCHE DU 12 FEVRIER, tous les sanctionnés reprennent leur service ! Les corrompus de la BOUTEFLICAILLE, en première ligne pour bloquer la marche.

3- Algérie les émeutes sociales et le feu de paille, DE LA MARCHE du 12 février d’un après-midi de journée de repos. Une lutte de classes en Algérie ou l’équation d’un pouvoir contre son peuple démuni !

4- Algérie : un régime contaminé de dépravantes pathologies qui, à termes, DEGAGERA ! Les algériens, après les émeutes, identifient leurs aspirations : démocratie et justice sociale.

5-Algérie, rendez-vous le 12 février. 19 ans d’état d’urgence et départ du système, une confusion des genres.

6-Comment les dictatures bloquent Internet, l’expérience tunisienne en primauté des études de cas.

7- Marche du RCD algérien le 22 janvier, une courbe dans le mouvement social.

8-ALGERIE : La RDN « Révolution Démocratique Nationale » reportée… PARTIE REMISE !

9- ALGERIE : LE SOULEVEMENT ENCORE ATTENDU !

10-Algérie : les barricades de la corruption despotique ébranlées.

11-La colère des algériens déshérités de leur démocratie.

12-3000 manifestants face à 30 000 policiers. Les émeutes des déshérités continuent, désignant que seule l’offensive populaire dans les rues viendra à bout des despotes.