POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


AQMI, Mujao et Ansar Ed-Dine : criminalité politique et économie mafieuse



L’Algérie dans l’œil du cyclone d’Al-Qaéda -2ème Partie-


dimanche 20 janvier 2013
par Azouz Benhocine


Le survol du territoire algérien par les forces françaises a été autorisé en toute discrétion, afin de ne pas réveiller les menaces des islamistes et politiciens véreux d’Algérie. Ceux qui alimentent l’insécurité en Algérie, car après le Mali les terroristes installés au Nord-Mali ont pour visée l’Algérie où leur histoire macabre reste le plus grand "holocauste" de ces dernières années commis au nom de l’Islam.

Notre Grand dossier : Terrorisme au Mali, intervention française et position Algériens


Voir en ligne : -1ère Partie- : Du Mali à In-Amenas, incursion pour diversion de Kamikazes d’Al-Qaéda

Quand les USA voulaient tuer Kadhafi en 2000, la France avait refusé le vol de son territoire et n’était pas, avant que Sarkozy ne change cela, membre de la direction de l’Otan. Le dirigeant libyen avait échappé à l’attaque, et les USA ont attribué leur échec à la France. Si on s’imagine que les Algériens refusent aux français la traversée de leur pays, ils endosseront une éventuelle défaite française au Mali.

L’apologie d’Ansar Ed-dine et de la négociation, auquel se sont adonnés les officiels algériens et leurs médias, est le discours qui a été contredit par l’autorisation du survol de son territoire. Si l’Algérie ne permettra aux hordes terroristes de fuir vers ses zones sahariennes, la Mauritanie est insoupçonnée mais joue à une certaine complicité non encore identifiée en tant que tellle.

Carte interactive de Google Maps concernant le nettoyage du Nord-Mali des islamo-terroristes


Afficher L’intervention militaire étrangère au Mali sur une carte plus grande

L’AQMI ne pouvait pardonner des arrangements avec les partisans d’une pseudo-concorde érigée en dialogue, et une prouesse de la compétence de Bouteflika et autre « Barbefelenes ». Alors que les hommes de cette organisation, revenant aux algériens, contrôlent le sud algérien mieux que quiconque, et surtout avant et mieux que les deux autres organisations nées depuis 2010. Dans les pays de cette région saharienne, l’AQMI a eu largement le temps de s’ancrer et de nouer divers liens.

La Mauritanie : complicité connue par le passé au Mali comme peu consolidée avec les autorités, mais était très proche avec Azawads

En Mauritanie les contacts officiels des terroristes du Mali avec les médias, n’y manquent pas. Pour aussi les trois groupuscules et d’une manière équitable, certains administrateurs de régions de Mauritanie voyaient des partenaires pour gouverner les tribus, tandis que les déficients et semblants de médias relayaient ouvertement les communiqués d’AQMI, d’Ansar Ed-dine et du Mujao. Cette dernière organisation est dominée par les mauritaniens.

Au Niger et au Tchad, nombreux hommes venus du nord algérien, se sont trouvés des épouses. Enrichis par les prises d’otages dont celle, des 9 allemands, négociée contre une vingtaine de millions d’euros. Les hommes de l’AQMI, mieux implantés avec leur ancienneté sur le terrain, sont aussi les mieux dotés en finances depuis cette transaction. L’Affaire des allemands a provoqué la colère algérienne, de son armée surtout.

Terroristes du Nord Mali

Mais au Mali aussi, l’accueil des terroristes algériens venus du Nord a été accepté. Certaines autorités maliennes se sont montrées complaisantes, le business des divers trafics donnait des moyens de travail aux populations. Mais ce sont les Azawads qui, basé au nord malien, qui ont trouvé un moyen de pression sur Bamako avec la volonté de combat des islamistes algériens ayant versé dans le terrorisme.

Puis le contexte mondial a évolué en faveur du surarment des hordes de l’islamo-terrorisme venues pour concevoir le sanctuaire qui tient à cœur à Al-Qaeda. Avec la révolte du peuple libyen contre l’indécrottable dictateur, qui allait intronisait la dynastie « Kadhafi », un marché d’armes a permis aux plus riches de dominer le champ où collectivement les trois organisations criminelles se renforçaient. Si des islamo-terroristes ont vraiment extirpé des arsenaux de Libye, ce sont ceux de l’AQMI qui ont obtenu le maximum.

Notre Grand dossier : Terrorisme au Mali, intervention française et positions Algériens