POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Tunisie : éclairants aveux d’Imed Trabelsi pour l’opinion

Les dessous du régime Ben Ali avoués par son gendre

 

dimanche 21 mai 2017, par Hugo Mastréo

La manière avec laquelle la société tunisienne soigne les stigmates des années de la dictature de Ben Ali est édifiante. Dans le parcours déjà traversé par la laïcité, conjugué à celui de la régulation de la cellule familiale, se sont construites des pratiques qui ont eu le grand mérite de ne pas enfoncer la civilité, voire elles sauvent une nation en mutation. Ce pays précurseur du « printemps arabe » qui a évité la déviation islamiste, continue d’étonner.

Voir en ligne : Notre dossier : TUNISIE

L’Instance Vérité et Dignité (IVD) qui se consacre au dossier de corruption financière en Tunisie, vient de faire la démonstration d’une dextérité inexistante ailleurs. Sa dernière présentation, d’audition d’un homme fort de l’ancien régime, chassé avec la révolution de 2011, est en mesure de lui accorder crédibilité, comme institution ponctuelle chargée de mettre à plat les comptes et dossiers de corruption.

Le témoignage public d’Imed Trabelsi arroge au pays une image de proue, en matière de transition politique apaisée. Déjà l’exploit d’avoir chassé les islamistes des affaires et du sommet de l’Etat, où « Ennahdha » tergiversait, par incompétence et en rallongeant sans légitimité un règne vétuste, montrant une dissonante gestion des obligations courantes, reste exemplaire. Nous avons publié dernièrement la présence de la société civile quant à la mission de l’IVD, lire ICI.

Dans une vidéo diffusée par la TV nationale et réalisée dans la cellule, où il est incarcéré depuis 2011, les aveux du gendre du président déchu sont quasiment inimaginables. Ce membre du clan de l’ancien président, a avoué vendredi, 19 mai 2017, les procédés qui jalonnent encore les gouvernances malsaines dont souffrent encore nombreuses nations, notamment de la région du #Maghreb.

Le fait est inédit, voire inimaginable quand la narration de l’intéressé traverse les esprits qui la suivent, comme une onde d’audace où la repentance est loyale à la véhémence que cet Etat d’Afrique du nord donne le ton à l’équité et à la justice. L’homme âgé de 42 ans, fort par le passé se met à table sans contrainte que celle de solliciter indulgence de ceux qui portent une clémence collective.

Ses révélations sur des importations illégales, se faisaient avec la complicité active des services de la douane. Il a avoué, par exemple, qu’il ordonnait à ces derniers d’empêcher l’entrée des cargaisons des concurrents, comme les bananes, afin qu’il puisse écouler sa propre marchandise sur le marché avant les autres, donc à des tarifs juteux.

Encore plus significatifs, l’ancien président contrôlait le commerce de l’alcool. Et quand on a idée du trafic avec lequel s’effectue la distribution de ce produit dans les pays arabes et musulmans, il est indéniable qu’aucune régulation ou maîtrise des prix n’est possible. A ce sujet il précisa le chiffre du dépôt bancaire quotidien, qui de l’ordre de 900.000 dinars tunisiens.

Certainement c’est dans l’immobilier où il commença à un âge précoce de s’intéresser aux affaires, en profitant des facilités que lui accordait le despote qui succéda à Bourguiba, qu’il amassa une fortune, du fait des valeurs qu’ont les transactions dans ce secteur. Concluant sa repentance, Imed Trabelsi, qui est aussi le plus renommé des personnages du clan Ben Ali, demanda pardon au peuple tunisien.

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT