POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques

Accueil > Nations & sociétés > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde (...) > gouvernement, action, projet, exécutif gouvernemental, politique régionale, (...) > ALGERIE : NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE, PARLONS-EN !

ALGERIE : NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE, PARLONS-EN !

Sur quoi et sur qui devra s’appuyer un nouveau modèle économique ?

mercredi 27 mai 2020, par Dah

Ecouter l’article.

Quand les milliardaires sont paralysés et les élites créatrices sont inexistantes auxquels s’ajoutent toutes les tares de notre système économique, un nouveau modèle économique est un vieux pieux sinon un cauchemar annoncé. Il y aurait mensonge à croire que vouloir suffirait pour pouvoir.

Comme par le passé, l’autogestion et l’économie socialiste à la Ben Bella n’avaient fait que partager la pauvreté à tous les algériens. Le modèle de Boumediene, avec son industrie industrialisante, a laissé des usines “zombies” à l’image de l’éphémère fleuron de l’acier, El-Hadjar, dont plusieurs prédateurs algériens avaient fini par le faire écrouler et qu’un plus gros requin étranger l’avait remis dans un état d’agonie, après l’avoir repris. Le libéralisme débridé de Bendjedid a ouvert la voie de l’anarchie, de la corruption prédatrice et l’émergence de milliardaires spontanés. Les épisodes de Boudiaf et de Zeroual ont été trop courts pour changer quoi que ce soit à cette économie de bazar. Le modèle le plus long était celui de Bouteflika qui a abouti à la ruine de l’Algérie et à l’enrichissement sans causes des membres de sa cour. Au final, tous les modèles appliqués à l’économie, n’ont produit que des milliardaires, une gente supposée disposer de moyens financiers capables de changer de cap, qui sont presque tous en prison, les quelques résidus affranchis ou pas encore arrêtés comptent leurs pertes et attendent que tout redevienne comme avant. Aucun bel esprit n’a jamais habité cette frange d’espèces.

- Houari Boumediene : quand disparaissait le précurseur algérien de l’armée gardienne de la République. 13 décembre 2010

Qui sera alors le moteur de ce nouveau modèle économique ? Les élites créatrices, les diplômés de l’université algérienne ? Les unes et les autres n’ont pas dépassé la ligne d’engagement de l’ANSEG. Un outil obsolète que le système veut régénérer par des formules magiques : la RESTART pour faire écho à la START-UP, des entreprises petites qui deviendront grandes non pas par l’innovation mais par perfusion de financements publics dans les domaines des services et du bricolage. Elles ne dépasseront aucune ligne d’arrivée et ne créeront aucune richesse, tout juste si elles peuvent garantir un revenu suffisant à leurs promoteurs. L’économie numérique, cette puissance technologique, n’a jamais été disponible en Algérie. Elle ressemblerait moins aux TIC qu’au TOC. Aucun investissement massif dans les plateformes et les outils technologiques, juste de quoi amuser les algériens avec leurs smartphones et un débit Internet encore à la traîne.

Un pays en jachère technologique, ayant dilapidé 1000 milliards de dollars, l’équivalent du Budget d’un petit pays comme la Norvège, consacré exclusivement aux nouvelles technologies pour sa génération future, ne peut pas prétendre à un renouveau économique. Les premiers engagés dans cette aventure, membres du gouvernement et autres têtes dirigeantes des grandes entreprises publiques, ne sont que des intelligences médiocres et tous intronisés dans les hautes responsabilités par cooptation sinon par copinage. C’est donc non plus de ce côté qu’il faut regarder la sortie de notre désastre économique.

In fine, un nouveau modèle économique exige l’existence d’une matrice philosophique, technique, technologique et managériale dont ne dispose pas l’Algérie.

Pour ajouter du malheur au malheur, un virus inattendu paralyse notre seule richesse. Le pétrole et le gaz ne sont plus rentables ni à court, ni à moyen terme. Tout ce que l’or noir a fait de nous, un peuple de fainéants, importateurs, égorgeurs de millions de moutons en une demi-journée, consommateurs frénétiques et gloutons, pour vite se retrouver dos au mur. La déchéance du pétrole donne, aux yeux de l’opinion, une mesure angoissante de la paralysie de notre économie alors que pour d’autres, par posture et imposture, se réjouissent à tort de sa dégringolade. La seule véritable richesse de l’Algérie, Pétrole et Gaz, n’y est pour rien dans la mauvaise gestion de ses entrées en devises mais elle est catastrophique dans sa distribution. Les Algériens doivent prier que les prix remontent.

Pour le reste, une majorité d’Algériens survit grâce à l’économie informelle, ce qui l’oblige à travailler au jour le jour dans la rue, sur un trottoir, sur les routes et sur les marchés ouverts pour subvenir à leurs besoins. Un jeune qui s’immole, c’est un jeune à qui il a été enlevé le moyen de sa survie. Le bâtiment plonge des millions d’algériens dans l’inconnu et la désespérance. Le seul marché de devises en Algérie est emporté par les eaux du port Saïd. Le mois de Ramadan dans le confinement mangera toutes les économies.

- Le budget 2020 en Algérie compte briser la règle du partenariat majoritaire avec l’étranger.
jeudi 12 septembre 2019

Pour redémarrer une économie à l’agonie, il ne sert à rien de pérorer sur un nouveau modèle économique. Il suffit de constater la ruine et de l’empêcher à poursuivre sa course vers l’abîme. La survie, parce qu’il ne s’agit que de cela en ces temps de pertes de repères, consiste à faire reprendre aux entreprises et aux gens ordinaires leurs activités économiques. L’agriculture, en premier parce que c’est une activité liée à la survie, il s’agira dans l’urgence d’accompagner financièrement toutes les filières impactées par le coronavirus. En court terme, il faudra concevoir une batterie de propositions pour une véritable conquête de notre souveraineté alimentaire. L’industrie, les grands travaux d’infrastructure et certaines activités de services, peuvent reprendre leurs activités à condition que l’Etat les dote, gratuitement, de dispositifs anti-coronavirus notamment la mesure de température, le port des masques et le respect d’une distanciation d’un mètre, le lavage des mains… Chaque entreprise adaptera ces protocoles de reprise d’activités selon ses contraintes, à charge pour l’Etat d’en contrôler l’observance et le respect. Au confinement partiel, rentabilité partielle, c’est mieux qu’un enfermement général et une faillite généralisée.

La fiscalité pétrolière n’étant pas un petit chapitre dans le budget de l’Etat, elle s’écroule comme chutent la TVA, l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés. Une Loi des Finances rectificative et immédiate est aujourd’hui une exigence de survie. La Banque Centrale, dans son rôle de dernier ressort, est à interpeller pour injecter dans l’économie des fonds, des titres, des avances et même un mixe avec la planche à billets pour venir en soutien à cette reprise d’activités. A situation extraordinaire, mesures extraordinaires, c’est en ces moments qu’on retrouve le rôle de l’Etat qui nous rassure, qui bât la monnaie, contrôle les dépôts et les crédits. C’est lui qui prête et donne du crédit. Les dangers de l’inflation que nous ressortent, économistes et experts d’occasion, ne se comptent plus. Les Algériens, ayant dans leur chair tous les stigmates de traumas plus affligeants, sauront survivre à un hypothétique traumatisme « surinflationniste », l’urgence n’est-il pas de rester vivant ? Peut-être que la planche à billet créera de l’inflation. C’est le prix à payer.

Pour gérer la relance, la composante actuelle du gouvernement coûte trop chère d’autant que les plus nombreux gèrent au ralenti leurs Ministères. Pourquoi ne pas l’adapter pour gagner en rapidité et en agilité, deux qualités nécessaires en ces jours de temps suspendu. Ainsi, un Ministère des finances suffira les causes des finances, du commerce et de l’industrie. Un Ministère de l’éducation peut aussi bien, aidé par le confinement nécessaire à prolonger pour toutes les filières, gérer écoles, lycées et universités. Un ministère de l’agriculture et un ministère de l’intérieur regroupant les affaires religieuses et les pensions d’anciens moudjahidine. Une équipe bien resserrée autour d’un chef d’équipe aguerri à la gestion des crises fera plus et mieux que le gouvernement pléthorique actuel. Allégée de ces soucis en interne, la Présidence et ses structures auront toute latitude de repenser l’après coronavirus. Non pas à perdre son temps à concevoir un nouveau modèle économique mais à saisir les occasions qui se profilent dans l’après-coronavirus et dans la confrontation géopolitique.

Dans les meilleures années à venir, les activités de tourisme joueront un rôle central dans l’économie algérienne. Tout ce potentiel n’attend que des idées et des initiatives innovantes à la préparation de ce secteur créateur de richesse et d’emplois massifs sans compter l’augmentation de son attractivité à l’investissement et à l’image de l’Algérie renaissante.

La toute petite entreprise, la microentreprise et l’artisanat feront le reste pour un plein emploi responsable et insérée dans l’économie nationale avec des mécanismes de détection et de rejet de tout retour à l’économie informelle.

Les industries du gaz, du pétrole et de toutes autres richesses fossilisés ou pas ne doivent plus servir à la vente en brut mais intégrées à une chaîne de transformation de ces matières pour créer de la richesse à haute valeur ajoutée.

- Retour du discours agroécologique en Algérie alors que les steppes sont sous mousson 10 septembre 2019

Sur la dette, l’Algérie a la chance d’en faire un effet de levier n’étant que très peu endettée. Un mixe de financement extérieur incluant des droits de tirage spéciaux sur le FMI ne remettra en rien notre souveraineté financière, à condition, que ces financements vont exclusivement aux secteurs suscités.

Les algériens aux talents reconnus mondialement et insérés dans des économies inventives et scientifiques, par des mesures qui leur sont profitables et attractives, assureront en bonne intelligence avec les talents locaux, cette transformation économique de l’Algérie.

A l’international, l’Algérie gagnerait à consolider l’amitié et la confiance avec la Chine. Préparer une véritable stratégie de coopération et en négocier les termes pour un Pacte Économique à l’horizon 2030. Tous les ingrédients sont là : un projet en suspend à vivifier dans le domaine du transport maritime, la route de la soie à "co-investir", un projet de 200 Milliards dans le Cloud annoncé par Ali Baba peut très bien, en partie, être capté par l’Algérie pour peu qu’on accepte de partager nos données dans cet espoir de nous faire gagner des points de progrès dans cette guerre numérique. L’industrie de transformation, les filières agricoles et bovines et pourquoi pas de l’élevage de porcs ainsi que le tourisme feront les exportations algériennes vers la Chine.

La Russie, un pays sur qui l’Algérie peut compter, offre aussi des occasions nouvelles de partenariat stratégique, sans compter les pays de proximité, l’Europe et l’Angleterre.

Mais une société réussie doit encore gagner la confiance entre ses membres et entre elle et ses dirigeants. L’Etat de droit, la liberté d’expression, la sécurité des citoyens en sont les garants. C’est la confiance qui fait la puissance des Etats. Le chemin est long, à chacun d’apporter sa contribution pour l’emprunter sereinement, Silmiya, Sylmiya !

Chadli DAHMANE

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Vous voulez utiliser un stockage en ligne, du cloud de Microsoft, cliquer ICI.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo
Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Soutenir par un don