POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Semblant de restitution, après la corruption des détournements de biens en Algérie

Déblayer pour le 5ème mandat avec le prétexte de sévir contre les prédateurs

mardi 16 octobre 2018
par Damien Djamel Bouch’Raf


Les Algériens sont dépassés par les événements qui se succèdent sous leurs yeux. La difficulté de les analyser n’est pas un manque d’inspiration, mais plutôt une apparition inhabituelle de faits d’actualité qu’on appréhende sans les comprendre. Une assemblée nationale bloquée, son président et les élus s’accusent d’avoir trop profiter des avantages. Des militaires limogés, voire jugés comme des délinquants, font dire aux commentaires que ce sont des défaites de la puissante ANP (Armée Nationale Populaire).

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

Une opération paraissant improbable s’est déclenchée en Algérie en plein automne 2018. Alors que les branle-bas sont au paroxysme de leurs multiples actions, la restitution des biens détournés par les puissants du régime qui a œuvré, sans pondération de son monopole ni de ses prédations, depuis même la guerre de libération, est entrée en scène. Les vieilles pratiques ont la peau, mais il faut déjà les comprendre !

- Le maintien de la peine de mort en Algérie, syndrome de vengeance confessionnelle 15 octobre 2018

Le quotidien El-Watan a désigné les agissements de cette manigance « opérations mains propres ». Il faut dire que ce vieux langage n’est plus possible. La nouvelle génération de jeunes connectés, constate les sinistres des détournements réalisés, par le passé des mains des anciens « moudjahine » et les autres privilégiés, ne joue à la négation. En effet ceux qui savent en parlent et désignent les choses par leurs mots crus…

Les mandats de dépôt pour cinq généraux-majors, parmi les plus zélés dans l’exercice de la puissance publique qui fait le socle du maintien de l’Algérie face à la menace terroriste, a un aspect de remise en cause d’une situation devenue caduque pour la moralité des institutions. Il faut le dire, la corruption a plus débordée au temps de Bouteflika, qui d’endémique est devenue la doctrine pour toutes de la bureaucratie qui sévit dans le pays.

- Pour acter son soutien au 5ème mandat en Algérie, la vindicte d’Ennahar via Alg24 9 octobre 2018

Nous avons joint par téléphones quelques fonctionnaires des ministères et des wilayas (départements), ces restitutions des biens battent leurs pleins. Mais l’énormité de la tâche rend incurable le mal. En effet dans certaines localités, carrément des jardins publics, des cliniques, des centaines d’hectares des riches terres, des immeubles de valeur, des logements et bien d’autres biens ont été chapardés par des hauts fonctionnaires ou des militaires…

La désolation du paysage politique algérien est insoutenable. Aussi bien de la majorité qui impose un président vieilli, mais assez rusé comme ancien diplomate et membre d’un redoutable clan du sérail appelé "groupe d’Oujda". Que de l’opposition où de malheureux islamistes et de médiocres politiciens encanaillés aux yeux du public par leur inintelligibles discours et programmes, cachant la décadence féodale de la droite précapitaliste.

- Cocasse crise à l’assemblée algérienne, les rentiers et la cotation au 5ème règne... 8 octobre 2018

Le pays a traversé la période du terrorisme islamiste avec une dévastation définitive des valeurs essentielles à son inclusion dans l’universalité. Dernièrement, une épidémie estivale de choléra a laissé croire qu’après quelques 2 000 milliards de dollars, engrangés sous le règne de Bouteflika avec la rente pétrolière, le résultat est toujours le même : le symbole de la pauvreté est cette pathologie ! Les dirigeants persistent toujours à servir un Etat qui a maintes fois oublié sa constitution.

Les jeunes algériens désespèrent, quand on leur crie d’aller prier pour sauver un meilleur destin dans l’au-delà ! Ils ne veulent pas être les fauteurs de troubles. Or les auteurs du désordre par lequel les islamistes jurent encore de remonter une identité ayant l’intimité de violer les consciences, sont ceux qui gouvernent. Ceux dont les amis ont déjà partagé bien des richesses considérables qu’il difficile de récupérer.

Finalement l’opération actuelle de reprendre des biens immobiliers, pris par les prédateurs et pyromanes, est vaine. Ces terrains, bâtiments et autres infrastructures dont les citoyens ont été privés de l’usage collectif, ont été déjà vendus. Ils ne peuvent être confisqués aux nouveaux occupants qui les ont payés... Nous cherchons donc la liste de ces affaires pour lesquelles des militaires et des fonctionnaires tombent en Algérie !

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute ICI - MERCI

Nous organisons des sondages, merci de vous inscrire à nos panels.

Répondre à cet article