Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde (...) > nationale, fait politique, une et première page, médias, actualité, pays, (...) > Fin de Caritas-Algérie : la haine fait erreur avec l’ONG au même (...)

Fin de Caritas-Algérie : la haine fait erreur avec l’ONG au même acronyme.

Perversion du "front intérieur" exalté par la traque de "main étrangère".

dimanche 2 octobre 2022, par Djamel Damien Boucheref

La question du pluralisme en Algérie est indiquée comme un évident et enrichissant vecteur de diversité. Les forces rétrogrades et l’étroitesse idéologique ont l’argument de la menace. La fin de la structure « Caritas » de l’église algérienne a été annoncée en septembre 2022. Elle a effet le 1er octobre. Précisément il ne s’agit pas de Caritas-International. Mais d’un service caritatif chrétien propre à l’église locale. Aucun justificatif n’a été précisé pour cette éviction d’une composante nationale. Généralement la nuance, entre chrétien et catholique, n’est pas comprise. Alors quand un aveuglé d’un bureau à Alger, officie, sa censure frappe par l’interdit.

L’erreur des incompétents bureaucrates d’Algérie est la confusion entre Caritas-Algérie et Caritas-Internationale. En croyant interdire la seconde, les décideurs ferment un service de l’église algérienne...

Caritas-Algérie n’est pas Caritas-Internationale. Telle est la confusion !

C’est que les Algériens perdent la possibilité d’être scrutés, par un service de l’église algérienne (et non une ONG que les autorités interdisent...) qui les a servi jusqu’aux derniers moments de sa présence. Mais les incompétents bureaucrates ne font pas la nuance. Alors que la descente en enfer du tissu social et de la société civile dans ce pays livré aux pires difficultés, la décadence trop visible s’arroge cette nouvelle couche, telle une atrocité. Nous avons publié plusieurs sujets sur les persécutions des chrétiens et les comportements des islamistes en Algérie ainsi que dans cette région du Monde. Les dégâts s’amplifient avec cette inexplicable exclusion.

C’est l’une des conséquences du prosélytisme évangélique particulièrement actif en Kabylie, que représente la fin de Caritas. Pour que les aides risquent de parvenir de l’extérieur, ce que redoutent ouvertement les tenants du pouvoir, il faut fermer la moindre lueur. Le régime répond par des mesures de rétorsion touchant toutes les communautés chrétiennes, parce que la plongée est sans retour vers les abîmes. Toute la récurrence dans l’obscurantisme islamiste est définitivement déjà et bien tracée.

Le durcissement des dispositifs de surveillance, de la société, s’est renforcé après le mouvement de protestation des jeunes appelé « Hirak ». Les jeunes ont provoqué le renoncement du président Abdelaziz Bouteflika à un nouveau mandat en 2019. Alors depuis le régime s’est renfermé, limitant les espoirs de changement et de liberté qui ne se sont pas encore traduits en action politique, en dépit de la présence des militants poursuivis en justice et questionnés par les polices militarisées.

...l’archevêque d’Alger Jean-Paul Vesco dit : Nous avons pensé qu’il y avait une confusion avec le réseau mondial Caritas... Mais c’est une maison du diocésaine d’Alger. In quotidien français LE MONDE

Bouhafs Slimane dans l’enfer d’un pays sans liberté
29 août 2016

La communauté catholique algérienne comprend les convertis locaux qui sont rejetés et traqués. Mr Bouhafs a été rapatrié de Tunisie, suite à un mandat d’arrêt motivé d’anti-kabyle et de négation d’autres religions. Caritas-Algérie a investi ce pays en plein « guerre » pour l’indépendance. Alors que le mouvement de solidarité international soutenait le mouvement de libération. Peu

Ce qui retient beaucoup l’attention, c’est l’occasion de la béatification des martyrs religieux chrétiens de la guerre civile des années 1990 le 8 décembre 2018 à Oran. Ainsi que celle de Mgr Pierre Claverie, évêque d’Oran assassiné en 1996, ainsi que les sept moines de Tibhirine enlevés la même année, faisaient partie des nouveaux béatifiés.

En outre le diocèse de Laghouat, en revanche, est situé dans le désert du Sahara ne compte que quelques dizaines de membres baptisés. Ces derniers perpétuent l’héritage spirituel de Charles de Foucauld, canonisé par le pape François le 15 mai. Ce dernier est considéré en Algérie comme quelqu’un qui a tenté de désislamiser les populations qu’il contactées.

Pour nous : Une confusion de bureaucrate ignorant par incompétence... Mais même Caritas-Internationale a le mérite de servir l’humanité...

La confédération internationale d’organisations catholiques à but caritatif, appelée « Caritas Internationalis », n’a rien à voir avec Caritas-Algérie. Pourtant cette même ONG a été aussi bienfaisante aux premières lueurs de l’indépendance en accompagnant l’essor par des aides humanitaires. L’acronyme est du latin « caritas » signifiant amour de l’autre, prononcé « karitas », est présente dans quasiment tous les 200 pays de la Terre. Et son message est édifiant, voire recommandé.

Fondée à Fribourg-en-Brisgau, en Allemagne, en 1897 l’ONG est présidée actuellement le cardinal philippin Luis Antonio Tagle. Elle a été mise en exergue fortement en incitant les dirigeants mondiaux à respecter leur promesse de mettre un terme à la pauvreté en 2015. Mais ses actions se sont diversifiées comme effectuées en Algérie lors des décennies 1960 et 70.

Prévisible "désislamisation" de personnes persécutées
5 septembre 2015

Parmi ses apports d’urgence, Caritas (mais pas le service de l’église algérienne) aide les communautés à s’adapter aux effets des changements climatiques. Parmi ses actions elle construisant des abris anticyclones au Bangladesh. Et elle met sur pied des systèmes d’alerte précoce dans la région sahélienne d’Afrique de l’Ouest particulièrement exposée à la sécheresse.

La communauté catholique d’Algérie, qui compte environ 5 000 fidèles dans quatre diocèses, est principalement composée de travailleurs étrangers, notamment du secteur pétrolier, et de jeunes étudiants d’Afrique subsaharienne, attirés par les bourses offertes par les universités locales. Les diocèses d’Alger, d’Oran et de Constantine sont situés sur la côte méditerranéenne.

Les macabres desseins de raffermir le front intérieur ont frappé les mais de l’Algérie ! Cet acte d’hostilité où rares sont les éléments de la prétendue "société civile" tenteront de lever la voix pour l’expliquer et le justifier, est inouïe violence, une douloureuse circonstance de haine et de noirceur. Alors que les prisons sont pleines des personnes récalcitrantes aux despotes de la bureaucratie qui a succédé à Bouteflika, tombe cet incroyable couperet !

Du fait du recul de la démocratie en général et spécifiquement de la liberté de l’expression, la décision de mettre fin aux activités d’une ONG qui a vu l’Algérie obtenir sa souveraineté, est simplement bureaucratique. Caritas a directement aidé la population aux heures de grandes difficultés, à l’orée de l’accès à l’autonomie du colonialisme. C’est un acte d’une autocratie qui se renferme davantage sur ses positions d’hégémonie est une démonstration d’incompétence et de haine !

Les 2 églises protestantes fermées mai 2018 en Kabylie
Légende du tableau
Ait-Mellikeche à Tazmalt Maatkas à Tizi-Ouzou

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.


Voir en ligne : Algérie

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?