Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, (...) > Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde (...) > nationale, fait politique, une et première page, médias, actualité, pays, (...) > Le développement local en Algérie, entre promesses et réalité.

qrcode:http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article4619 TRADUIRE cette page :
Le développement local en Algérie, entre promesses et réalité.

Pays sans croissance économique et malgré la rente énergétique, persiste le sous-développement.

samedi 1er juin 2024, par Moussi Nassim

La pollution visuelle dans nos villes qui est l’une des sources de la fuite de nos jeunes vers d’autres belles villes du Monde, nous laisse croire que notre indépendance ne date pas depuis longtemps. Tout est à réaliser. Il est une urgence d’activer le développement local, notamment celui des localités encore au besoin et dites "zones d’ombre".

Aborder le sujet du développement local nous pousse même à parler sur la croissance économique. Cette dernière en Algérie a connu des hauts et des bas au cours des dernières années. Le pays, qui est fortement dépendant des exportations des énergies fossiles dont le gaz naturel, a été touché par la chute des prix du pétrole sur le marché international. Cela a entraîné une baisse des revenus du gouvernement et a eu un impact négatif sur la croissance.

Classement de 500 villes du Monde selon l’innovation, outil aux localités.

Cependant, le gouvernement algérien a mis en place des réformes économiques visant à diversifier l’économie et à stimuler la croissance dans d’autres secteurs. Des investissements importants ont été réalisés dans les secteurs de l’agriculture, de l’industrie manufacturière, du tourisme et des infrastructures. De plus, des mesures ont été prises pour améliorer le climat des affaires et attirer les investissements étrangers.

Malgré ces efforts, la croissance économique en Algérie reste encore faible et insuffisante pour répondre aux besoins de la population. Le pays fait face à des défis tels que le chômage élevé, la corruption, le manque de diversification économique et la dépendance excessive au secteur des hydrocarbures.

Il est donc crucial pour l’Algérie de poursuivre ses réformes économiques, d’encourager l’investissement privé, de promouvoir l’entrepreneuriat et de renforcer les secteurs non pétroliers de son économie pour assurer une croissance économique durable et inclusive.

Les médias en Algérie, ces dernières années, rapportent que notre pays fait des pas remarquables dans le développement local. Et que le programme de Tebboune a pour objectif de faire sortir les "zones d’ombres" ou du sous-développement, il est en cours de réalisation, alors qu’en réalité le président a achevé son premier mandat et rien n’a avancé.

Le dernier rapport de la banque mondiale sur la croissance économique en Algérie depuis 2023. Si la croissance du PIB de l’Algérie a atteint 4,1%, du PIB non extractif (industrie non extractive), c’est-à-dire hors hydrocarbures et mines, est de 3,7%. Ces chiffres nous laissent penser que les décideurs n’ont pas vraiment la bonne volonté politique de lancer des investissements locaux pour faire de ce pays un leader en économie mondiale.

Sachant que notre pays est caractérisé par plusieurs qualités qui auraient dû l’aider à chapeauter les listes des classements, comme une plus grande superficie en Afrique, des ressources humaines et naturelles, la composition du peuple est en majorité de jeunes, entre autres.

Les grandes promesses de Tebboune, la ligne ferroviaire Tamanrasset-Alger : un projet qui a pour objectif de faciliter le déplacement pour les habitants du grand sud vers Alger et même le transport des marchandises. D’après les cadences des travaux qu’on connait dans le domaine du BTP, en Algérie, la réalisation se terminera dans deux décennies.

L’Algérie a connu une crise du logement depuis même avant la période de Bouteflika. Ce dernier a pensé au lancement des programmes AADL qui ont pour but de vendre pour le citoyen un logement par location. Ce programme a bien réussi si les travaux avançaient, à son début, avec des entreprises de Chine, comme on a mentionné dans les contrats et les promesses de l’état.

Article récent en rapport avec ce sujet : Faute d’espaces bien aménagés, l’Algérie se confie à la résilience.

Dans le même sujet du logement, les logements sociaux qui sont destinés aux plus démunis sont distribués, dans la plupart des cas, avec bureaucratie et souvent les responsables trouvent des difficultés pour afficher les bénéficiaires par peur du mécontentement des uns et des autres.

Pour la plupart des Algériens, cette année 2024, la récolte des céréales est bien importante dans le sud. En outre, pour les spécialistes en agronomie, le pouvoir Algérien a fait un grand retard pour investir dans cette zone peu fertile et qui dispose de réelles ressources sous terrains en eau.

Beaucoup de travail attend les autorités Algériennes pour atteindre un développement local. Une visite du grand sud peut ébahir du retard que connaissent les wilayas du désert en matière du développement. Comment se fait qu’une région qui produit du pétrole, du gaz naturel qui sont les seules exportations du pays, et plus récemment même du blé, est totalement négligée ? Elle n’a ni infrastructures, ni architecture bien étudiée, ni services. Celui qui observera cette région pensera même qu’on est toujours dans la période coloniale.

Par ailleurs, lors de la période coloniale existaient des villes qui étaient plus propres et ont de plus belles présentations que maintenant. Penser à bien travailler le côté esthétique de nos villes et villages fait partie du développement local.

Ainsi, l’autoroute est-ouest, après plus de 15 ans de mise en service, n’a pas encore fait entrer un sous à la caisse de l’État, en dépit de son gigantesque investissement. Il est important aussi de souligner que dans plusieurs tronçons, on a même commencé la réhabilitation de cette autoroute, et les gardes de péages sont en cours de construction.

Malgré les efforts de l’État, le développement local en Algérie est encore confronté à de nombreux défis, tels que le manque de coordination entre les différents acteurs, la faiblesse des infrastructures, le chômage et la pauvreté dans certaines régions. Il est donc crucial pour le gouvernement de renforcer ses efforts pour promouvoir un développement inclusif et équilibré dans tout le territoire national.
Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Vous pouvez répondre, au court sondage, en langue arabe.-

Partager sur les réseaux :

Voir en ligne : Algérie

     

Recommander cette page

GNU GPL

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?