POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’islamisme et l’exode des jeunes, cadres algériens, à la veille d’une élection décisive !

Abandonner la masse des tarés qui négocient avec la doctrine théologique la prise du pouvoir

jeudi 7 février 2019
par Damien Djamel Bouch’Raf


A la veille d’une élection présidentielle en Algérie, la place des islamistes semble être toujours au service de Bouteflika. Président et ses alliés ne rassurent toujours pas la population qu’ils croient, du fait qu’elle vote pour eux, l’avoir définitivement gagnée. Les partis islamistes légaux malgré la constitution, engendrent la radicalisation de laquelle le malheur est venu. Sinon et autrement, sans la mosquée qui provoque le fanatisme ? Cet intégrisme est entretenu comme un compte bancaire bien alimenté, une nébuleuse multicellulaire et un bras armé ayant pour dogme la divinité...

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

Parmi les « Afghans » qui ont sévi lors de la décennie noire en Algérie, nombreux sont morts au sein du GIA ou AQMI ou bien autres labels. Parce qu’ils sont "jusqu’au-boutistes". Par contre les parrains, comme Ali Belhadj, manipulent, cette chair à canon, et espèrent d’être recyclés. Ils n’arrêtent pas de se remettre en selle, pour émettre des « opinions » funestes, via maintenant l’outil Internet, visant à imposer la terreur au nom d’Allah.

Les raisons qui ont provoqué l’explosion du terrorisme dans le pays qui se gargarisait d’avoir mené l’une des plus épiques guerre de décolonisation, sont multiples. Le rayonnement de cheikh El-Ghazali ramené par les dirigeants pour endiguer les progressistes qui ont perdu Boumediene, en est l’une des causes et conséquences. Mais la composante même de l’islamisme algérien n’est pas rassurante.

- "La haine de soi" que les censeurs ressentent, en Algérie, pour la critique sociale 5 février 2019

Les prêches du prédicateur d’El-Azhar ont d’abord servi les rangs des Frères musulmans, présents dans les campus envahis par des disciples issus de la ruralité. Pour la filière anticommuniste d’Afghanistan que finançait l’Arabie Saoudite, les entraînements au Soudan et à Peshawar, étaient sanctionnés par les agents de la CIA.

Ce qui a déchaîné la jeunesse algérienne à se rendre massivement en Afghanistan, en constituant le second contingent de combattants, après les" moudjahidine" locaux, selon d’invérifiables évaluations d’experts impressionnés du nombre. Cet état est la profusion directe de la mosquée ainsi que de l’arrogance des catégories pieuses de la population.

Ces Algériens que la criminalité politico-religieuse met sous les feux de la rampe médiatique dans le monde Arabe, sont des pions à la fois des despotes qui gouvernent depuis l’indépendance, des intégristes moyen-orientaux et de ce qui est l’impérialisme occidental.

Le vaste océan, ces terres "arabes", par rapport à l’aquarium du bled accroché à la médiocre chaîne Al-Maghrabya, donne de l’importance à tous les prédicateurs. L’autre raison de la force islamo-terroriste en Algérie est la théorie plausible, d’une alliance tacite entre les nationalistes algériens et les islamistes bardés de leur bras armé.

Cette version ravit nombreuses impressions dites comme clés de compréhension. Les faits approuvent cette théorie. Et enfin le candidat, le plus en vue, à l’élection présidentielle en Algérie en 2019, Ali Ghediri, explique la force de l’islamisme dans son pays de la même façon. Le terrorisme est élevé, comme un fauve, par la volonté des décideurs afin de neutraliser le peuple, dit-il.

- Des intempéries mortelles et catastrophiques en Algérie n’intéressent pas les médias 3 février 2019

C’est-à-dire l’épouvantail a tellement bien fonctionné, que les mêmes dirigeants sont encore au pouvoir, après plus de 30 années du 5 octobre… D’ailleurs le romancier, connu avec le pseudonyme Yasmina Khadra, a aussi, dans ses fictions policières, démontré la liaison entre les caciques et les fous d’Allah !

Du virage emprunté par le nationalisme Mehri-Messaâdia, pour endiguer les tendances « communisantes ». Elles militent sans être dans du parti unique spoliateur du sigle « FLN », disaient les corrompus reliquats, devenus des leaders politiques attentatoires et pervers. Ils ont donc importé l’imam "azhari" pour le djihad de l’âme répétait chaque soir sur la seule TV nationale. Allah devint depuis vraiment très grand !

L’Algérie a non seulement fourni le plus grand contingent de combattants, pour que l’Afghanistan aliène à jamais le droit des filles à l’éducation, annihile la justice sociale et se détourne du progrès. Bien sûr aucun chiffre ne justifie l’approximation de la grandeur du bataillon des tueurs islamistes en provenance de ce pays d’Afrique du nord, mais les témoignages sont, parmi les intégristes, bien précis…

Alors comment expliquer que Nahnah passait à la télévision algérienne et s’assoie avec Bouteflika dans des prières, comme le montre cette vidéo ? Tout en disant qu’il a, à la fois envoyé des jeunes algériens en Afghanistan et a effectué du rapatriement des mêmes disciples, après l’avènement de la démocratie dans la pays d’Afrique du nord, ce coupeur de poteaux électriques ne pouvait commettre que ce genre d’attentats.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invité à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article