POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Jeremy Corbyn décontamine le parti travailliste de la calamité sioniste droitière

L’offensive de la gauche au niveau international passe par la dénonciation d’Israël !

jeudi 27 septembre 2018
par jaco


On ne peut être plus intransigeant et conséquent, quand on est concerné par le Brexit. Jeremy Corbyn l’a dit : si le gouvernement britannique ne parvenait pas à un accord avec l’UE (Union européenne), le parti organiserait des élections générales. Les discussions avec l’Europe sont au point mort. Le chaos où se trouvent les conservateurs au pouvoir s’engloutit davantage et entraîne une partie des travaillistes qui suivent l’ancien centrisme opportuniste... D’ailleurs tous qui évoquent le point de vue de soutien à Israël, sont l’équivoque de ne rien décider !

Voir en ligne : Notre dossier Royaume-Uni & Angleterre

C’était la bêtise de poulailler commune aux politiques en occident, de se soumettre à la pression des pro-israéliens. Au Royaume-Uni, le changement de politique passe avec et par ce sujet ! Faire de la critique du pire colonialisme du 21ème siècle, qu’est la spoliation des Palestiniens de leur patrie, un antisémitisme, est plus que jamais inadmissible. Du moins à l’intérieur du parti travailliste, le sujet est tranché !

- Après la défaite face à Cameron, les travaillistes renouent avec l’identité exilée... 30 août 2015

Jeremy Corbyn en a fait les frais de cette bassesse, où la main de l’Etat hébreu s’agite comme celle de manipulateurs de marionnettes. Les partis politiques des gauches européennes connaissent cette intrusion. En France, le PCF ou la France insoumise assument aussi cette différence.

La fausse "crise d’antisémitisme" traversée par le parti travailliste britannique depuis qu’il a élu un nouveau dirigeant, Jeremy Corbyn, il y a trois ans, s’est estompée d’un coup ! L’enthousiasme avec lequel la foule ont été agités fièrement des drapeaux palestiniens à Liverpool, lors de sa conférence annuelle du 24 au 27 septembre 2018, n’a fait que renforcer le fait qu’il y a un retour au pouvoir. Theresa May persiste sur la voie d’un Brexit clivant que concerté, ce qui aggrave les appréhensions négatives envers les dirigeants actuels !

- Des manifestations à Londres contre la visite du prince héritier du trône saoudien 10 mars 2018

Divorçant en 2015, avec la version tendancieuse centriste des années 1990 et 2000 sous la direction de Tony Blair puis Gordon Brown, le «  labour-party », fait son retour naturel à gauche. Depuis, il est aussi consolidé à travers l’opposition officielle à la Chambre des communes et au Parlement écossais, ainsi que la prise du gouvernement minoritaire au pays de Galles. Ce dernier est une nation constitutive du Royaume-Uni située dans l’Ouest de l’île de Grande-Bretagne, afin de préciser à nos lecteurs certains traits du système institutionnel de l’Angleterre.

Le leader syndical, Jeremy Corbyn, a déclaré à la communauté juive : « Nous sommes votre allié » alors qu’il demande à « tracer une ligne » dans le cadre de l’antisémitisme

Tous les observateurs s’accordent sur l’idée que l’avenir de ce parti fondé en 1900 par des syndicats, devait être tranché lors de ce dernier congrès, comme une grande amovibilité démocratique traverse son organisation, il restera ouvert à toutes mutations pour sa survie. Bien sûr, la question du « Brexit » est au centre des débats dans le pays. L’idée d’un second référendum, malgré les sondages qui présentent qu’une favorable majorité existe, politiquement elle est perçue factice, même si elle recueille les avis de la population.

- Nos articles sur Israël.

Mais la différence au sein de la société, n’est pas fixée seulement au Brexit, elle s’étale aux attaques intentées par Israël contre l’esprit, de ne pas admettre les crimes de guerre et la déshumanisation colonialiste, de la gauche. Deux départements du gouvernement israélien, celui des affaires étrangères et celui des actions stratégiques, sapent Corbyn avec une campagne visant à nuire aux militants de la solidarité palestinienne.

C’est le 1èr ministre israélien Benjamin Netanyahu en personne qui a signé, sur les réseaux sociaux, les dénigrements contre Jeremy Corbyn. Le déchaînement des médias a étonné plus d’un, mais a aidé aussi à tirer la leçon. Il a également incité aux efforts des deux ministères israéliens et de l’ambassade israélienne pour influencer les journalistes et les groupes de la société civile au Royaume-Uni, en vain !

Voici une étude récente qui démontre que l’antisémitisme au Royaume-Uni est plus faible au sein du parti travailliste. ICI.

Répondre à cet article