POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

L’Italie désarmée, pour vague migratoire de l’été 2017, alerte

Le déplacement mondial des populations et xénophobie dans les pays riches

 

vendredi 30 juin 2017, par Gros Emile

Les responsables italiens sont devant une nouvelle saison, encore une autre, où le flux migratoire sera multiplié. La dénonciation de la presse transalpine s’est prise à la position française, citant l’exemple du double langage parisien. Les positions apparemment ouvertes sur le thème de l’accueil d’Emmanuel Macron, disant que l’Italie est laissée seule pour ce problème, ne se traduisent pas dans la réalité. Qui, elle, est un durcissement opérationnel. À Ventimille, quelques 200 migrants ont été réexpédiés en Italie, dès qu’ils ont réussi à passer la frontière.

Voir en ligne : Notre dossier : Immigrés & Réfugiés

Quand nous avons publié un article en 2015 un article pour alerter sur une vague migratoire sans pareille, l’OCDE a dressé le même constat (voir sa page ICI). Elle a atteint 4,7 millions d’entrées en 2015 (+ 7% par rapport à 2014). Alors que 124 millions de personnes vivaient dans les 35 pays, regroupés dans cette organisation, brassant entre 70 et 80 % du PBN mondial.

5 avril 2015

Maintenant l’aide humanitaire essentielle, les autorités italiennes disent «  Bien sûr, tout ce qui sera nécessaire comme aliments et médicaments leur sera fourni par hélicoptère durant leur traversée  ». Les Européens sont pour cette fois vraiment secoués par l’alerte de l’Italie, la commission appelle à la retenue. Rome frappe un coup de poing sur la table de l’UE, car laissée seule devant une nouvelle vague de migration coïncidant avec l’été 2017.

L’Italie lance une nouvelle alerte pour l’afflux des réfugiés. C’est un ultimatum interpellant les autres membres de l’Union Européenne pour partager les arrivées présumées lors des deux prochains mois de juillet et d’août. Elle a été lancée lors de la réunion du jeudi 29 juin à Bruxelles. La veille, en 48 heures, 12.000 migrants sont descendus en Sicile, Calabre et Sardaigne. Le même jour, le ministère de l’Intérieur a signalé 22 navires venus de différents pays d’Afrique attendent au large des côtes pour débarquer leur cargaison humaine.

Le pays envisage d’aider encore les missions pour les rescapés en méditerranée et ses ports vont refuser des navires de sauvetage de l’UE. Mais Rome préfère d’ores et déjà avertir ses partenaires continentaux. Cependant il faut qu’on arrête de croire que les pays du Moyen-Orient, qui démènent finalement de l’EI #ISIS (Etat Islamique), malgré les pourvois des monarchies réactionnaires et des pays atlantistes de la désolation dans cette région, sont à l’origine des nouveaux réfugiés.

Le constant battage médiatique au sujet de Bashar El-Assad, comme le récent reproche d’utilisation des armes chimiques contre des terroristes et leurs acolytes, et malgré le chaos dans son pays. Ce ne sont pas uniquement les Syriens qui déferlent, opportunément avec la saison estivale. Mais les Africains !

La réponse italienne au déplacement de populations est pour le reste de l’UE, qui traite également le même problème, sans prendre plus de réfugiés. Les Syriens ont réalisé plus de 20% des demandes dans la zone de l’OCDE, tandis que les Afghans ont réalisé 13%. L’Allemagne a enregistré 720 000 demandes formelles d’asile en 2016 et, de tous les pays de l’OCDE, a reçu le plus d’applications proportionnellement à sa population (0,9%).

Depuis le début de l’année, 73.873 personnes majoritairement africaines ont mis les pieds en Italie, une augmentation avoisinant les 15% que l’an dernier à la même échéance. Au total pour 2016, 180.000 étrangers parvenus selon les mêmes itinéraires avaient déjà été accueillis en Italie. Les préconisations parlent d’environ un demi-million de déplacés tenteront la traversée de la méditerranée en direction d’Italie.

La dizaines d’ONG qui opèrent en mer pour venir en aide aux embarcations de fortunes échouées dans le bassin méditerranéen, en venant des côtes du Sud, se verront interdire d’accoster en Italie a menacé le chef du gouvernement Paolo Gentiloni. Il a précisé que ces navires de sauvetage devront rejoindre les ports de leur nationalité, ce qui oblige au partage des flux migratoires incessants depuis déjà des décennies et non dès le déclenchement du printemps arabe en 2011.

Le pic des cette migration à la fois économique, environnementale et sécuritaire (guerres), date de 2007 comme l’ont dressé les constats unanimes des médias, des diplomaties et des ONG. Cependant les 3 dernières années de 2013 à 2016, sont marqués par la volonté des populations déplacées de s’installer définitivement à l’étranger, ce qui n’est donc pas lié à des crises ponctuelles.

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT