POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Réélection d’Erdogan et chantage des réfugiés...



L’UE a caché des rapports sur les atteintes aux droits humains


dimanche 14 février 2016
par Hugo Mastréo


Fuité de la réunion qui a eu lieu le 29 novembre, dans la ville turque d’Antalya, regroupant les responsables turcs et ceux de l’Union Européenne, par le site-Web d’informations grec "euro2day.gr" qui a publié des copies que nous reprenons, un rapport indique qu’Erdogan a été aidé pour sa réélection par l’U.E. Il avait un atout majeur en main, les réfugiés qu’il a menacé de les transférer aux frontières européennes. Actuellement, une arrivée massive de Syrie, fuyant Alep, n’arrive pas à pénétrer la Turquie, ou d’aller plus loin...

Voir en ligne : Notre dossier : TURQUIE

Voici l’article et les documents fuités du rapport : ICI Et la fin de ce sujet notre copie.

Grèce : le journaliste qui a révélé les fraudes fiscales relaxé


2015 G-20 Antalya Erdogan avec Obama, Putin... par Populi-Scoo

Les parrains de la nébuleuse criminelle, comme les nombreuses monarchies du Golf arabique ou bien la Turquie, jouissent d’un statut d’alliés économiques et de partenaires au nord atlantiste. Ce titre, est certainement moins respectable que celui réservé à Israël, le principal bénéficiaire de la violence islamiste qui sévit chez ses principaux adversaires dans la région. Le président turc Erdogan a réussi, avec un ignoble chantage avec les réfugiés, à imposer un diktat, comme le font les islamistes contre leur peuple d’abord.


- TURQUIE : DOCTRINE DE L’ISLAMISME SOFT.
- Double-jeu de la Turquie envers le Daesh !

Il est peut-être « complotiste » de déclarer que les Etats-Unis et l’Union européenne ne souhaitent pas une victoire contre les islamo-terroristes, particulièrement dans des pays qui tiennent de l’islam la première croyance de leurs populations. Faut-il encore comparer l’action de la Russie au Moyen-Orient ? Contre #ISIS (l’Etat islamique), l’action de 65 Etats, dits l’alliance pilotée par les Etats-Unis dont le résultat sur le terrain, est assez visible en Irak. Mais insignifiante et même négative en Syrie.

Encore plus soutenu par les islamistes du Monde entier qu’Al-Qaïda, « l’Etat Islamique » jouit de la protection de ces tuteurs directs. En perçant les secrets des réseaux qui font parvenir les combattants aux rangs du Daesh, on tombe sur l’ensemble des islamistes où la pièce turque est maîtresse du puzzle. Quand l’Union Européenne, dans l’espoir d’éviter l’arrivée de plus de réfugiés, aide à la réélection d’Erdogan, aussi bien le terrorisme est gardé à son point fixe que les persécutions des Kurdes, sous prétexte du PKK, sont maintenues.

Un rapport fuité de la réunion qui a eu lieu le 29 novembre, dans la ville turque d’Antalya regroupant Erdogan, son ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, avec le président du Conseil européen, Donald Tusk et le président de la Commission européenne (CE) Jean-Claude Juncker, relate que l’Union Européenne a aidé la continuité du monopole du pouvoir à Ankara par les islamistes de l’AKP.


- Manifestation pour la paix visée par le plus grand attentat en Turquie
- Dur d’être journaliste : en étant islamiste en Iran et opposant en Turquie !

La réunion avait pour sujet : 3 milliards d’euros (3,4 milliards de dollars) par an d’aide au gouvernement turc pour contenir le flux des réfugiés, la finalisation d’un accord d’exemption de visa pour les Turcs pour entrer dans l’UE ainsi que l’accélération du processus d’adhésion de la Turquie. Mais Erdogan a exigé plus, ce qui lui a été accordé. Voici les exigences et les échanges entre la partie et celle de l’Union Européenne :

- 1. Erdogan a promis de livrer les réfugiés dans des bus sur la Bulgarie et la Grèce. Les réfugiés syriens en particulier les familles avec les jeunes enfants, se noieront sur les rives d’Europe.
- 2. Il a rejeté les 3 milliards d’euros pour deux ans, exigeant la même enveloppe d’aide financière par an au moins, sinon il ne signera pas d’accord.
- 3. Le président a demandé la levée de toutes les entraves de préadhésion et sans instructions de la Commission européenne.
- 4. La Commission européenne a délibérément retardé la publication du rapport de progrès de la Turquie, à la demande de la même Erdogan pour l’aider à remporter l’élection.

Répondre à cet article