Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, (...) > Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde (...) > nationale, fait politique, une et première page, médias, actualité, pays, (...) > Libye : prédation de la rente et répartition tribale par les armes.

Libye : prédation de la rente et répartition tribale par les armes.

Une délinquance politique derrière le refus du processus électoral.

vendredi 1er décembre 2023, par Azouz Benhocine

Le conflit en Libye est interne, maintenu par les groupuscules relevant d’un tribalisme d’arriération. Cette crise est dans la compétition d’influence géostratégique régionale, opposant les Émirats arabes unis, l’Égypte, l’Algérie et le Qatar. D’autres ambitions lointaines comme la Russie et la Turquie et une partie de l’Europe convoitent le pays riche en pétrole et qui se situe à cheval sur les régions de l’Afrique du Nord, de l’Europe du Sud, du Sahel et du Moyen-Orient.

Pour nombreux analystes, dont ceux du service politique de Populi-Scoop, la crise politique et sécuritaire en Libye n’a pas impacté les revenus du pays, qui se limitent au pétrole et au gaz. Ils ont été préservés, pour leur partage entre les factions en conflit. Qui peut s’accaparer la part du lion, est plus atroce et vainqueur dans une guerre tribale. C’est pour cela que les groupuscules qui réussissent une conquête de Tripoli, la capitale, gagnent aussi la représentation de la nation.

Offensive panislamiste de la Turquie en Libye

Ce qui est nouveau dans la situation catastrophique de la Libye, ce sont les inondations dévastatrices, après la guerre civile entre factions qui, sachant la vacance du pouvoir, se battent pour l’investir. Elles se déchirent pour en sont emparés. Mais le fait que les perspectives économiques à moyen terme du pays restent positives, en raison de la hausse prévue des prix du pétrole, la relance d’un dialogue local est nécessaire, mais toujours impossible.

Les estimations des dégâts dus aux inondations ne sont pas encore disponibles, aucune présence de l’État pour les divulguer. L’impact de la catastrophe sur le PIB est mesuré, elle est probablement relativement faible, étant donné que l’économie libyenne dépend largement de la production énergétique. Les perspectives économiques à moyen terme restent positives en raison des prix mondiaux, projetés élevés, du pétrole.

Voici la situation, depuis 2020, du contrôle du territoire du pays, restée inchangée.

Tenues par des groupes armés, ce qui reste des appareils de l’État sert à répartir la rente nationale. En même temps, les divers trafics d’armes, d’êtres humains, de pétrole et même de drogues augmentent. Le dernier épisode du conflit militaire entre clans, fut l’assaut avorté du maréchal Khalifa Haftar sur Tripoli, en 2020. Et l’arrêt de l’alternance démocratique se ressent internationalement, par l’absence de votes et le blocage des administrations.

L’effondrement de l’État libyen en 2011 est le signe que les institutions ne tenaient pas quand elles sont dépourvues de règles primaires qui perpétuent leur marche. Rien ne fonctionnait avant le printemps arabe, Kadhafi n’a pas assuré l’existence de services publics fonctionnels. Même pas d’infirmiers locaux alors que ses hystériques fanfaronnades africaines et arabes sont le propre d’un régime despotique et incongru.

Les élections en Libye que les perdants redoutent par les armes.

En novembre 2023, les services du FMI ont achevé leur visite dans ce pays pétrolier d’Afrique du Nord, la débâcle des services étatiques est quasi généralisée. La Libye a besoin de toute urgence d’une vision économique claire et d’une assistance technique. Le FMI aide les autorités libyennes en renforçant leurs capacités dans plusieurs domaines.

Dirigée par M. Dmitry Gershenson, la commission s’est rendue à Tunis, du 13 au 16 novembre 2023, pour discuter de l’évolution économique et financière de la Libye. Le voisin du nord est dans la région maghrébine le mieux placé pour visionner les perspectives macroéconomiques et de la politique et de la politique du pays. La priorité de réforme économique est, en parallèle à celle politique, palpable.

À la fin de la visite, M. Gershenson a fait la déclaration, qui alimente les rapports de presse. L’ordre du jour des réformes pour sortir des clivages du passé, n’est pas encore en marche, car la crise politique est omniprésente avec un gouvernement qui est tout à fait facultatif au lieu d’être fonctionnel.

Avec le retrait des forces de Haftar de l’ouest de la Libye, de nouveaux fronts se développent dans la guerre civile libyenne et qui sont restés localisés. Les belligérances pour le pouvoir se sont tues mais les délinquances se sont amplifiées. Depuis le trafic des êtres humains, pour le transfert de migrants vers l’Europe, jusqu’à la drogue en passant par la prédation des ressources des biens et ressources de la nation, sont maintenant à ciel ouvert.

La MANUL (Mission d’Appui des Nations Unies en Libye) s’est montrée impuissante quand, en août 2023, des combats ont repris en Libye, opposant les deux plus grands groupes armés dans la capitale. 55 personnes auraient été tuées et plus de 100 blessées, dont nombreux civils. Les démarches pour enclencher un processus électoral butent à la réticence des dirigeants en place qui redoutent de perdre leurs privilèges et qu’arrivent aux commandes ceux qui leur demandent des comptes.

Partager sur les réseaux :

Voir en ligne : Libye

     
GNU GPL

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?