POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

L’Irak, avec les Arabes et le Monde, quête des relations de renforcement de la stabilité

La militarisation des sociétés arabes pour parer à leur embrasement

 

lundi 19 mars 2018, par Hugo Mastréo

L’Irak peut-il prétendre à une société civile dynamique qui serait en mesure de combattre la corruption, en forçant les juges et la justice de respecter les lois ? Oui ! Ce pays tente de se démettre des carcans bureaucratiques, des visions tribales et des mentalités qui penchent du côté des traditions qui sont sociologiquement rétrogrades ainsi que antinationales. Les poches de terrorisme continueront d’agir et d’une manière qualitative qu’on peut redouter. Mais sans la participation vigilante des Irakiens, dans le renforcement de la stabilité, rien n’est possible !

La transition en Irak est une expérience qui peut être prise en compte, en expérience de changement, par les pays du monde arabe et particulièrement par ceux du Moyen-Orient. Nombreux observateurs reconnaissent qu’il y a une forte aspiration de stabilité en Irak. L’année 2018 est décisive et pleine d’espoir, malgré les clivages sectaires entre chiites et sunnites, dans ce pays meurtri depuis des décennies.

Les problèmes les plus graves en Irak, à court et à moyen terme, sont le problème de l’absence des lois, l’arsenal législatifs n’accompagne pas une justice applicable à tous. Le prestige de la constitution souffre d’un affaiblissement. La défaillance de la magistrature et des organes de contrôle manquent d’indépendance, ce qui réduit la puissance de l’État. Enfin l’absence d’une protection adéquate à la compétence et l’intégrité du personnel des institutions gouvernementales, reste à construire.

La plus pertinente des pages de laquelle les Irakiens attendent tous les principaux résultats de leurs parcours, est celle de l’économie dont ils aspirent qu’elle s’ouvre sur un nouveau style. Elle est le résultat des rapports avec la banque mondiale, dont est retenue la méthode de fixer un salaire minimum qui était auparavant sans cadre législatif précis. Ce nouveau paramètre leur montre une percée dans un modèle de société élaborée sur de nouveaux repères déjà usités.

Les Etats-Unis et l’Iran sur le terrain irakien, une course politique où les entreprises sont en challenge...

Même s’il n’y a pas un énorme enthousiasme au sujet du retour de la paix, après le démantèlement de Daesh ou EI (État Islamique) et la mise en échec des séparatistes Kurdes autour d’Irbil, il y a toujours eu la marche à l’avant. La continuité d’une vie politique qui a permis de tenir, de façon pragmatique, toutes les élections, n’a jamais été abandonnée. Le parcours jonché de malheurs n’a jamais été prétexte au blocage d’un projet démocratique fondé sur les votes.

Les prochaines législatives sont un passage cruciale à une nouvelle étape. La nouvelle disposition du paysage politique, avec le développement d’alliances présentant des logiques idéologiques, est le signe d’un climat de dépassement de la crise de ces dernières années. Les votes ont constitué des événements où la citoyenneté retrouve de la mobilisation, cette fois c’est l’au-delà qui lève une construction interne et une vision d’avenir dans le contexte régional et international...

Oui, l’Irak est sur le point de franchir une ère qui le conduit à une nouvelle époque, où le retour de ce pays dans la sphère arabe sera, pour un acteur non négligeable, basé sur des relations différentes de celles du passé. Les États-Unis, les pays occidentaux, la Russie et la Chine surveillent chacun à sa manière les transformations de ce pays où la sécurité est devenue prépondérante pour l’économie. Le parti Baath est parti, faut-il remercier les américains et leurs alliés de l’invasion de 2003 ?

En Irak, l’absence des pays arabes dans la reconstruction est à l’image d’une nature violente.

Les clefs du renforcement de la stabilité en Irak sont, outre les enseignements tirés des erreurs et des succès enregistrés dans la lutte contre le terrorisme, les élections de 2018. Le climat sécuritaire du jour du vote, qui revient à la célérité des divers corps des services d’ordre, tient aussi du rôle des Irakiens pour une protection efficace des bureaux de vote et des routes d’accès à ses instruments qui recueillent l’expression populaire...

La croyance que le succès des élections fera reculer, mais pas éradiquer, le terrorisme, est bien ancrée selon les avis de presse en langue arabe. Le prochain gouvernement irakien sera aux vestiges du terrorisme et de ses cellules dormantes, mais la solution est loin d’être inaccessible. Pour certains alliés militaires occidentaux, dont la plupart ne sont peut-être pas prêts à rester longtemps en Irak, le pays et son institution militaire doit supporter seul son destin sécuritaire.

Malheureusement, dans certaines régions du nord, comme Diyala, de Salah-Eddine, d’Al-Anbar et du sud comme Kirkouk et Ninive, les islamistes liés au groupe de l’EI (Etat Islamique) resteront opérationnels. De même qu’il y a impasse de l’insécurité des zones de la ceinture de Bagdad. La nécessité de militarisation de provinces d’Irak est obligatoire. Cela peut empêcher ou encourager la mise en œuvre des programmes de stabilisation. Le retour des personnes déplacées et l’intégration des communautés prendront du temps mais finiront par s’améliorer....


- 1 Bagdad (بغداد)
- 2 Salah ad-Din (صلاح الدين)
- 3 Diyala (ديالى)
- 4 Wasit (واسط)
- 5 Maysan (ميسان)
- 6 Al-Basra (البصرة)
- 7 Dhi Qar (ذي قار)
- 8 Al-Muthanna (المثنى)
- 9 Al-Qadisiyya (القادسية)
- 10 Babil (بابل)
- 11 Karbala (كربلاء)
- 12 An-Najaf (النجف)
- 13 Al-Anbâr (الأنبار)
- 14 Ninive (نينوى)
- 15 Dahuk (دهوك)
- 16 Erbil (اربيل)
- 17 Kirkouk (كركوك)
- 18 As-Sulaymaniya (السليمانية)
- 19 Halabja (امحافظة حلبجة)

Iraqi Governorates (numbered).png
Par Muriel GottropTravail personnel, CC BY-SA 3.0, Lien

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT