POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques   COVID-19.   ICI Vérifions.  Follow argotheme on F6S

Accueil > Humanit > Monde, actualit internationale, politique, relations, diplomatie, affaires trangres > Deux Dossiers Spciaux de POPULISCOOP. > U.P.M. Union Pour la mditerrane > Les documents conventions, charte, projets, articles... > Articles de presse sur UPM > Faire du 22 mars une journe nationale des victimes du terrorisme islamiste en Alg

Faire du 22 mars une journe nationale des victimes du terrorisme islamiste en Algrie

Interview de Nazim Mekbel, Prsident de lassociation Ajouad Algrie Mmoires : AAM

dimanche 17 juillet 2011, par Hakim Arabdiou

Entretien auquel prend part aussi Amel Fardeheb qui dit ... on ne peut dcrter du jour au lendemain loubli, et effacer ces lignes qui appartiennent lhistoire contemporaine de lAlgrie. Cette amnistie est une trahison, une autre douleur apprivoiser pour les familles des victimes du terrorisme.

Nazim Mekbel : Faire du 22 mars une journe nationale des victimes du terrorisme islamiste en Algrie

Par Hakim Arabdiou

<img351|left>

Nazim Mekbel est le fils cadet du journaliste-chroniqueur, Sad Mekbel, assassin en dcembre 1994. Il vit en France depuis cette date. Il a durant plusieurs annes, milit au sein de diffrentes associations socio- culturelles ayant une relation avec lAlgrie. Il est aussi membre du Festival international de la Bande dessine dAlger (FIBDA). Il a cre, il y a quelques mois, lassociation Ajouad, Algrie, Mmoires, pour honorer la mmoire des victimes du terrorisme islamiste en Algrie, et dont il est le prsident.

Amel Fardeheb a quitt lAlgrie pour la France avec sa mre et son jeune frre en dcembre 1994, suite lassassinat, par les terroristes islamistes, le 26 septembre 1994, de son pre, Abderrahmane Fardeheb, militant du Parti davant-garde socialiste (PAGS), et professeur dconomie luniversit dOran, dans louest de lAlgrie. Amel Fardeheb rside Marseille o elle enseigne. Elle est aussi secrtaire de lassociation Ajouad Algrie Mmoires.

Hakim Arabdiou : Pouvez-vous nous prciser les circonstances dans lesquelles est ne votre association, depuis quand, et quels sont ses objectifs ?

Nazim Mekbel : Depuis lassassinat de mon pre, ma famille na cess de commmorer sa mort. Les premires annes, nombreux taient les proches, qui nous accompagnaient dans cette dmarche puis peu peu le nombre a diminu, jusqu ces dernires annes o nous nous sommes retrouvs seuls. Puis cette rflexion mest venue : si nous oublions de commmorer lassassinat de personnalits les plus connues, quen est-il alors des anonymes ? Comment vivent les enfants, les pouses, les proches de toutes ces personnes assassines ? Comment peuvent-elles accepter cet oubli ? un oubli que je considre, comme une ngation de ce qui sest pass. Et cest ainsi que le 3 dcembre 2010, au lieu denvisager de commmorer lassassinat de mon pre, jai lanc Ajouad Algrie Mmoires. Lun des objectifs dAjouad est de faire du 22 mars, Journe de la mmoire. Car le 22 mars 1993 puis le 22 mars 1994 ont vu la population algrienne sortir dans la rue pour dire stop lintgrisme, et pour dfendre la dmocratie.

Amel Fardeheb : Ajouad Algrie Mmoire a t cre sur linitiative de Nazim Mekbel. Notre association a pour but de faire sortir de loubli, la mmoire de toutes les victimes du terrorisme islamiste, les victimes connues (journalistes, professeurs, mdecins, ingnieurs) ainsi que les anonymes dont on ne parle jamais (les scouts de Mostaganem, les bergers, ceux qui ont t gorgs dans des faux barrages, les filles enleves, violes puis assassines) et qui font partie intgrante de notre patrimoine humain et historique. Plus prcisment, notre association est due au contexte actuel dans lequel volue notre pays, lAlgrie, pour lequel des enfants, des femmes et des hommes ont pay le prix fort, celui de la vie. Certains pour avoir voulu continuer vivre librement et exercer leurs mtiers, dautres pour avoir lutt en vue de laccomplissement de leur idal celui dune Algrie moderne, dmocratique ouverte et laque. Nul nest sans savoir quaujourdhui des criminels sont amnistis. Or on ne peut dcrter du jour au lendemain loubli, et effacer ces lignes qui appartiennent lhistoire contemporaine de lAlgrie. Cette amnistie est une trahison, une autre douleur apprivoiser pour les familles des victimes du terrorisme. Devrait-on apprendre vivre avec le mensonge et lignominie ? Cest un supplice que de savoir ces assassins jouir impunment de leur libert, confortablement intgrs dans la socit et de plus indemniss ! Ils deviennent victimes. Ce travail de mmoire est un devoir.

Hakim Arabdiou : On peut lire dans votre page Facebook que vous limitez vos actions en faveur des familles des victimes de lislamoterrorisme en Algrie de 1990 2000. Pourtant, depuis cette dernire date, le terrorisme islamiste, bien quayant baiss dintensit, ne continue pas moins de faire beaucoup de victimes.

Nazim Mekbel : Il est vrai que nous parlons dune dcennie. Mais cela nest pas prendre au sens littral du terme. Car la premire question qui simpose est de savoir quel nom donner cette priode ? Notre pays a vcu une priode sanglante, nous avons perdu plus de 200 000 personnes et nous navons mme pas de rfrence nominative. Vous rendez-vous compte ? on a parl de guerre civile, de guerre contre les civils, de dcennie noire et dune loi damnistie, qui impose un black-out. Cest tout simplement ubuesque. Cest pour cela que nous devons trouver la bonne dnomination.

Amel Fardeheb : Nous sommes bien conscients que lintgrisme en Algrie a commenc bien avant 1990. Et nous nen avons toujours pas fini avec, puisque les assassins restent impunis, ils sont amnistis et jouissent dune totale libert. Nous parlons de dcennie noire, parce que cest la priode, durant laquelle la frocit du terrorisme a atteint son paroxysme et o beaucoup de nos compatriotes ont t assassins ou massacrs. On parle de 200 000 morts. Un chiffre qui reste encore non dfini, car, ce jour, aucun recensement na t ralis sur tout le territoire.

Hakim Arabdiou : Avez-vous rencontr des difficults particulires, lors de la cration de votre association ou de la mise en uvre de vos actions ?

Nazim Mekbel : Beaucoup de personnes adhrent au projet, que ce soit en Algrie, en France, au Canada et ailleurs. Ils se rendent compte du travail faire. Dans Ajouad, nous publions une liste mensuelle (trs incomplte) mais qui permet dj de penser certains, mais aussi de ressortir des faits oublis. Si nous avons reu beaucoup de tmoignages de sympathie et dadhsions, nous avons galement eu pas mal de rponses qui allaient dans le sens de loubli volontaire, nous disant Ils sont morts, il faut passer autre chose. Lautre difficult est double, dabord dans le sens, o beaucoup craignent la rcupration politique du mouvement. Ne voulant donc pas tre manipuls (en sachant que nous rejetons toute affiliation politique), ils prfrent rester lcart, en observateur. Il y a aussi cette ternelle question du Qui tue qui ? laquelle nous rpondons tout simplement, que les donnes actuelles sont tellement diffuses manipules, falsifies que nous ne pouvons rpondre toutes les questions. Oui, il est incroyable de constater quel point certains faits importants ont t falsifis ; que certains vnements ont t occults.

Amel Fardeheb : Pas particulirement, au contraire, depuis le dbut de la cration de notre association, nous constatons un vritable lan de solidarit. De nombreuses personnes se sont pleinement investies et se sont montres fidles ce travail mmoire.

Propos recueillis par : Hakim Arabdiou


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.
Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.