POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques   COVID-19.   ICI Vérifions.  Follow argotheme on F6S

Accueil > Humanit > Monde, actualit internationale, politique, relations, diplomatie, affaires trangres > Deux Dossiers Spciaux de POPULISCOOP. > U.P.M. Union Pour la mditerrane > Les documents conventions, charte, projets, articles... > Articles de presse sur UPM > Chute de Tripoli, comment s’est droul l’assaut final.

Chute de Tripoli, comment s’est droul l’assaut final.

Un traiteur, parmi les cuisiniers des ministres de Kadhafi a fait l’espion, aida l’OTAN dans la prise de Tripoli.

mercredi 7 septembre 2011, par Azouz Benhocine

Un tmoin et un acteur de la chute de Tripoli sort de lombre. Aprs avoir fait un travail despionnage pour le compte de lOTAN, par lintermdiaire de ses contacts avec les rebelles, il parle de son rle qui a facilit de dloger de cette ville, historique dans la mditerrane, le fou qui a tenu, dune main de fer, son peuple pendant 42 ans.

Lhomme tait au cur mme du centre nvralgique de lappareil de commandement de Kadafi. Rpondant au nom dAbdel Majid Mlegta et travaillait depuis des annes dans le service de la restauration alimentaire des ministres. Un traiteur qui na pas hsit rejoindre la rbellion, ds lors quil a compris que ses matres taient assigs et sur le point dencaisser leur dfaite.

Il a racont avec de forts et pointilleux dtails, comment il a fourni des renseignements qui ont servi battre les derniers contingents clotrs dans la capitale avec le tyran. Dans la tradition de lespion recrut au sein-mmes des mandres, o se sont bards les tribuns dcideurs dun rgime honnis par mme ses plus proches employs. Assur que le despote qui a rgn sur Tripoli est vou subir la sortie de l’un des fiefs qu’ils croyaient fortifi contre l’ennemi, le cuisinier a dcid de participer. Ses rvlations retracent comment il a inform les forces de lOTAN via les insurgs.

Abdel Majid explique comment il a livr des informations capitales sur un priphrique dordinateur, le minuscule Memory-Stick servant au stockage de contenus. Son histoire que la presse amricaine a eu la primaut de la raconter, notamment le New-York Times, est trs crdible. Elle reflte l’intrieur-mme des cercles qui ont fait tenir Tripoli aux bombardements. Ses dires sont loquents et dont la plus grande partie ne sera jamais compltement rendue publique. Les sources amricaines et allies qui ont donn son nom, lont dsign avec prcision et prsent sa photo. Ils lont fait comme pour le fliciter de sa prcieuse contribution.

<img386|left>

Les renseignements quil a donns, ont permis de monter lopration de lassaut final contre la capitale de laquelle le colonel dchu narguait les imprialistes qui redoutaient des massacres contre les rvolts et la population qui les soutenait.

Toutes les cibles stratgiques de la ville : salles d’opration, maisons trs scurises, casernes, postes de police, positions des vhicules blinds, radars et centres tlphoniques, ont t indiqus avec une prcision qui valait une haute importance dans le droulement de loffensive finale. Cette dernire a t mene dailleurs avec une impressionniste minutie.

A lheure convenue, les units de lOtan se sont alors se levs et les rebelles ont charg de tous les cts. Les insurgs ont dclench des sirnes ds laube du jour de l’opration. Ils ntaient pas seuls attaquer. Ce moment de combat crucial a mobilis toutes les forces en place.


LIBYE - Rôle important des Belges dans la prise... par inet

Des agents britanniques infiltrs dans Tripoli ont plant des quipements de radios transmissions pour aider, laviation, bien cibler ses frappes ariennes, afin d’viter de tuer des civils. Les forces, franaises, de leur ct, ont apport un soutien considrable dans le transport et ont fourni de nouvelles armes aux insurgs. Washington a aid un moment critique, celui de la fin en ajoutant deux drones Predator supplmentaires dans le ciel de Tripoli. Ces deux engins automatiques ont grandement amlior la capacit de l’OTAN la limmobilisation des factions allies Kadhafi.

Drone Prdator<img387|right>

La participation galement de plusieurs forces arabes a t clandestine, selon des responsables occidentaux et les rebelles. Parmi elles, celles cites sont des Emirats arabes unis et du Qatar. Doha a donn des armes et a particip directement l’entranement militaire des jeunes rvolts libyens. Ainsi que ses financements ont t assez importants.


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.
Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.