POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La vie privée des français et l’éthique envers les victimes d’abus sexuels.

Les victimes antérieures à l’échéance de dépôt de plainte, la déclaration de l’agression... subiront à jamais leur traumatisme.

vendredi 3 juin 2011
par Hugo Mastréo


Les opinions, les experts des mœurs ainsi que les observateurs des faits médiatiques français, s’attendent à une avalanche de révélations sur les mœurs légères de la classe dirigeante. En fait les victimes, les femmes et pourquoi des hommes qui étaient proies de prédations sexuelles, demandent davantage que par le passé, d’être écoutés. D’être rétablis dans leurs droits !

Depuis l’affaire DSK qui renferme une flopée de « rétro-récidives », le grand déballage est arrivé comme le beaujolais. On déguste chaque jour un élixir enivrant, à la grande joie des médias peoples à qui est accolé peut-être injustement : le scandale. La société française lave son linge, plutôt ses sous-vêtements sanguinolents des viols, l’heure est arrivée. Un vent de transparence ballait une poussière qui cachait les abus. Les volages, les harcèlements sexuels, les abusés plaisirs de puissants, les adultères et des tas d’infidélités, sont sur la place publique...

Le philosophe étant lucide, Luc Ferry s’en prend un plaisir de jeter son pavé pour agiter la glaise endormie au fond de la mare. Il se soulage, en déchargeant sa conscience et se libère l’esprit. Il l’assume ce fait marocain où les orgies bestiales de pédophilie qui semble préoccuper aussi les associations locales. Dans une monarchie qui produit presque la totalité, à au moins 95%, du cannabis qui circule en Europe, la prostitution est de loin dans son paradis.

La monarchie saoudienne s’est trouvée obligée de suspendre les visas pour les nanas marocaines. Et l’enfant est loin de figurer dans les respects des droits. On estime à plus d’un demi-million d’enfants en errance, et le travail des associations est gigantesque dans le domaine de l’enfance.

LA PROSTITUTION AU MAROC : sa promotion par une femme voilée

Luc Ferry s’est limité à insister qu’il s’agit d’une personnalité du rang de ministre. Il a été écouté par la police. Aucune fuite n’a encore étalé sous les yeux des citoyens français, la vérité. En attendant la révélation du secret que Polichinelle ne saura à jamais garder, ceux qui se sentent visés paniquent et cogitent.

L’affaire Tron, le secrétaire d’Etat à la fonction publique qui accumule aussi nombreuses victimes, a permis de lever le voile sur un coin des méandres de l’obsession sexuelle. Un instinct humain, identique à celui d’un maniaque qui se lave 10 fois les mains par jour, mais le geste diffère. Un besoin dû certainement à une surdose, de virilité boostée par une progestérone sexuellement libertine.

Ces affaires vont continuer. Si le climat d’ouverture de la parole des femmes qui ont subi de telles dominations masculines, la tribune risque de se remplir. Le machisme risque aussi d’endiguer la vague de protestations qui dénoncent l’impunité. Car il se peut que la présomption d’innocence continue d’exiger des preuves. Pour ne pas laisser place aux chantages qui permettent de soutirer des deniers aux prédateurs réels, avec de fausses accusations... Il faut diffuser les paroles, faire exprimer les vérités telles des thérapies ! Aux victimes et autres citoyens à l’écoute... qui épient...

En plus les procédures judiciaires sont claires. La déchéance du temps écoulé entre l’acte incriminant et la plainte, rend nulles les plaintes au bout de 3 ans. Ce qui fait que bien nombreux faits ne peuvent être traités. L’irrecevabilité des doléances de plaignants écarte bien des cas qui se risqueraient…

L’affaire DSK est le déclencheur, jusqu’où l’autopsie des relations -sexe et politique- ira-t-elle ?