POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


DSK : sa victime introuvable pour la défense et les fidèles de l’accusé.

Avant retournement de situation, aux psys de soulever la pathologie des pulsions incontrôlables.

jeudi 19 mai 2011
par Hugo Mastréo


Il n’y a plus de mystère, basta ! Quoi que pensent les partisans d’une cabale contre le présidentiable le plus en vue, DSK, pour qu’il n’accède pas à la tête de l’Etat Français, le juge a prononcé une inculpation ! La police a enquêté !

Qui en seraient les auteurs du complot, dont l’existence fictive ne peut être profilée ? Aucun moindre téméraire ne se verrai à enfreindre à une démocratie primaire, pour monter une telle machination empêchant, même si les rivaux ne manquent pas et les ennemis -au meilleur candidat du PS- sont nombreux, un futur président d’être dans les joutes électorales.

Surtout quand DSK est déjà élu du peuple car perçu, selon tous les sondages, ayant de l’estime en hausse... Qui oserait ? L’atmosphère du doute n’est pas celle du droit, de la justice, de la morale, de l’ordre et de la légalité. L’humain marche debout, donc trébuche.

Ce qui est étonnant, le silence des experts. Les psychologues ne s’expriment pas sur cette affaire honteuse de Dominique Strauss-Kahn, la dernière en date. Car citons parmi nombreuses péripéties : 1- Les jeunettes Beurettes (filles arabes de France) qui ont été sexuellement harcelées au PS par DSK -2- La journaliste australienne et -3- la Française journaliste aussi dont la vidéo est visible ci-bas. Or nous sommes devant le cas de pathologie, égale à celle des pédophiles et seulement le type de proie se différencie pour une même prédation maladive.

La pulsion sexuelle serait plus incontrôlable que la pyromanie ou la Kleptomanie... Dont Mme Kennedy en a souffert, quand elle a été arrêtée dans un magasin en train de chiper des bijoux de fantaisie, alors que sa fortune pouvait lui permettre les plus reluisants diamants.

Un autre climat de suspicion, sur l’acte avéré car il se présente en plausible récidive d’après toutes les péripéties remontantes, a tenté en vain de déculpabiliser le fonctionnaire le mieux payé du monde. Mais pour cet autre démenti, il est argumenté aussi avec une tolérance perverse poussant, et continue encore de toutes ses forces et idées, pour inverser la version établie. Il s’agit en fait des siens et ses adeptes politiques, qui se sont trouvés à nus, orphelins. Et faute de larmes de pleureuses, ils combattaient en mettant au devant « la vie-privée ».

Les preuves sont implacables et accablantes. Toute la panoplie, des éléments matériels, que les flics utilisent pour que le justiciable soit confronté, a été ramassée et vérifiée : sperme, sang, griffures sur le corps, ADN (ramassage d’indices susceptibles d’analyses), objet personnel (téléphone trouvé dans la chambre 2806 du Sofitel, facturée au nom du directeur du FMI) etc.

Outre les images des caméras que l’hôtel semble démentir l’existence alors que ce Sofitel est désigné par Debré d’avoir étouffé un autre fait similaire attribué à DSK. Et surtout la précipitation de rejoindre de l’avion où le directeur du FMI a été appréhendé, à laquelle un mensonge vient d’être collé. DSK aurai déjeuné avec sa fille en sortant de l’hôtel, or loin s’en faut son parcours a été suivi et reconstitué, le rendant plus vulnérable.


DSK accusé d’agression sexuelle par Confiteor

La victime est restée sans visage, et le restera bien longtemps sauf quand arrive le jour où elle monnaiera une version le déculpabilisant. Africaine divorcée de 32 ans, exerçant un métier au salaire modeste est et le sera exposée aux alléchants chèques qui pleuvaient dès l’apparition de l’affaire, de partout afin de sauver le saint-Dominique. L’économiste roumaine, sa collaboratrice, avec laquelle il a eu une aventure, a été violée.

La police américaine a, à l’époque, appréhendé ce précédent en acte de viol. Puis noyée de monnaies, la femme s’est déclarée consentante. Et enfin enrichie, elle s’est assurée être amoureuse, l’accusation a été réduite à néant. A moins que les agents enquêteurs, soient si crédules aux thèses des défenseurs du puissant homme qu’est DSK.

Le soldat valeureux des puissances de l’argent doit être sauvé, et le sera certainement. Des agents, présentés comme les meilleurs limiers ("Détectives Privés", rien que ça) recherchaient la fille...

Et la police américaine savait que risquait physiquement la victime violée, puis les efforts pour lui changer d’avis auxquelles elle sera (UN JOUR pour sûr) exposée. Pour les détracteurs de DSK, il est une pièce maîtresse dans un vaste lobby du capitalisme qui noyaute les puissances du monde. Ce n’est pas un fusible, le PS français restera son royaume...

Les analystes (journalistes surtout) attendent que s’expriment les psys. Il s’agit d’une vérité qui a éclaté mais mérite de bien plus, ne plus être niée !