POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


5 boys de l’us-armée violent une irakienne de 14ans.

SELON LE PREMIER ACCUSE G. W. BUSH ET DICK CHENEY DOIVENT REPONDRE AUSSI !

mardi 7 avril 2009
par Azouz Benhocine


D’abord attribué à des milices irakiennes ou simplement aux « djihadistes » d’Al-Qaïda, le quadruple meurtre, a soulevé l’émoi en Irak et aux Etats-Unis quand il a été révélé trois mois plus tard. Dans le paradoxe de cette guerre qui détermine la montée des haines, il y a des responsabilités de hauts niveaux qui ne répondent pas de la criminalité permissive qu’ils ont diligentée. Suite à un incident qui a vu l’enlèvement et le meurtre de deux soldats, l’affaire a éclaté. A se demander, si aucune autre affaire n’est pas arrivée, cette histoire, comme de nombreuses, n’aurai jamais été révélée.

3 violeurs de la soldatesque en mission de démocratisation en Irak ont été jugés et condamnés à la prison à vie dernièrement aux Etats-Unis Un 4ème, pour avoir monté la garde pendant le forfait collectif, a écopé de 3 mois ferme. Et enfin le meneur de cet escadron de la haine, le 5ème répondant au nom de Steven D. Green qui devait échapper à la justice parce que démobilisé pour troubles de personnalité, est jugé par un tribunal civil du Kentucky (centre-est) depuis lundi 6 avril. Il doit répondre de 17 chefs d’inculpation quant à ses complices ils ont été jugés en cour martiale.

Lors de son arrestation par le FBI, au domicile de sa grand-mère, il s’est contenté de déclarer : « vous pensez peut-être que je suis un monstre (...) Ce sont George Bush et Dick Cheney qui devraient être arrêtés » . Effectivement moralement, politiquement et techniquement coresponsables les anciens de la Maison Blanche avaient largement entretenu une orientation d’impunité, celle qui les préservent maintenant et envers tous ceux mobilisés dans l’expédition en Irak. L’un des soldats jugés a mis en cause le soldat Green qui aurait dit à ses amis qu’il « voulait se rendre dans une maison et tuer des Irakiens » .

Les 5 GIs aux physiques aussi musclés que des titans s’en sont pris, dans la nuit du 6 mars 2006, à une frêle fillette, après avoir massacré sous ses yeux toute sa famille. Abeer âgée de 14 ans, qu’ils ont repéré 10 jours auparavant dans le village où est installé leur poste. Ils en ont parlé durant cette décade en trinquant chaque soir au scotch, est une victime parmi tant d’autres de l’expédition américaine que seule l’animosité aveugle a pu admettre au sein de l’opinion américaine. Cette dernière ne s’est pas remise de l’attaque du 11 septembre 2001. Outre qu’elle a généralement adopté, avec l’idéologie ultralibérale qui l’a toujours guidé, l’impérialisme comme un canevas de relation avec les peuples qui sortent du cadre de leur prépondérante suprématie.

Un banal viol en Irak

C’est lors d’une de leurs beuveries qui a commencé avec une partie de poker que leur décision a été prise de s’attaquer à cette famille habitant la petite bourgade, située à 30 km au sud de Bagdad, de Mahmoudiya. Ils ont d’abord abattu le père, Kacem Hamza Rachid Al Janabi. Ensuite ils les ont rassemblés de la famille, l’épouse, Fakhria et la petite Hedil (6 ans), dans une pièce et les ont exécutés, à bout portant et de sang-froid.

Enfin Abeer est conduite dans une autre pièce. Elle est déshabillée et violée. Puis frappée avec un objet tranchant après l’avoir étouffée avec un coussin pour l’achever. Avant de quitter les lieux, le groupe y met le feu à l’aide de kérosène. Plus-tard, ils reviennent encercler la zone avec des soldats irakiens pour soi-disant traquer les tueurs d’Al-Qaïda. Ces militaires ont choisi cette jeune fille de 14 ans avec l’intention pleinement préméditée « d’avoir des rapports sexuels avec une femme irakienne » . Le père était le seul homme de la maison.

Le déroulement du forfait a été suivi par les voisins impuissants. Quand deux soldats, Paul Cortez et M. Barker, violaient respectivement dans cet ordre et tour-à-tour la jeune fille. Ils ont entendu quatre ou cinq coup de feu depuis une autre chambre de la maison. Là où Green avait emmené le père, la mère et la fillette de 6 ans, selon le témoignage de l’un d’entre eux, rapporté plus-tard. Steven Green est arrivé par la suite et a tué la jeune fille après l’avoir violée à son tour. « Cela va être une affaire difficile à défendre » , a indiqué Darren Wolff, l’un des avocats commis d’office pour Steven Green. « La défense que nous allons suivre est qu’il y a plus dans cette histoire que ce qu’ont bien voulu dire les co-accusés » , a-t-il dit.

Ils sont ensuite retournés à leur poste de contrôle, à environ 200 mètres de la maison, pour y manger des ailes de poulet. Et ouvrir une autre bouteille de whisky.

Votez pour cet article : 5 boys de l’us-armée violent une irakienne de 14ans.