POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

UN FRANCAIS, EMPLOYE DE L’ONU, ACCUSE DE PLUSIEURS VIOLS DE JEUNES FILLES AFRICAINES.

Les pays pauvres en défouloirs séxuels, leurs enfants sont les victimes les plus vulnérables...

 

vendredi 12 septembre 2008, par N.E. Tatem

En mission entre 1998 et 2000 en république centrafricaine puis de 2000 à 2004 en République démocratique du Congo, Didier Bourguet, un mécanicien aujourd’hui âgé de 48 ans originaire Saône-et-Loire, a répondu pendant les 3 jours, du 8 au 11 septembre, devant la cour d’assises de Paris la capitale, présidée par Mr. Jean-Pierre Getti, de viols multiples sur mineurs de moins de 12 à 18 ans.

Voir en ligne : Notre article sur le violeur de Lille, qui a commis 2 viols en quelques heures.

L’épilogue du procès du français employé de l’ONU, présumé violeur de jeunes africaines, est tombé en fin d’après-midi du jeudi 11 septembre 2008. L’histoire remonte à décembre 2004, année de son arrestation et de son transfert par les autorités congolaises (RDC) à la justice française.

En mission entre 1998 et 2000 en république centrafricaine puis de 2000 à 2004 en République démocratique du Congo, Didier Bourguet, un mécanicien aujourd’hui âgé de 48 ans originaire Saône-et-Loire, a répond pendant les 3 jours de son procès, devant la cour d’assises de Paris la capitale, présidée par Mr. Jean-Pierre Getti, de viols multiples sur mineurs de moins de 12 à 18 ans.

Originellement il nit les faits qui lui sont reprochés, déroulés dans les pays respectifs à ses séjours où il entretenait les véhicules de la Munoc (Mission de maintien de la paix de l’ONU). Aux débats, il persiste de ne pas avoir agi par la contrainte. Il est aussi inculpé d’avoir détenu quelques 250 images pornographiques, dans un disque dur, dont la majorité immortalise ses ébats sexuels illégaux.

Scandaleuse situation des enfants africains

I

II

III

Arrêté en fin octobre 2004 à Goma, en RDC, et comme jouissant de l’immunité diplomatique, il avait été remis, en décembre, aux autorités françaises qui ont procédé à son arrestation. A son arrivée à l’aéroport, il a été recueilli par les agents de la brigade de la protection des mineurs qui l’interpellent. D’emblée, il avouera des actes sexuels avec environ 24 adolescentes de 12 à 18 ans, payées entre 10 et 20 dollars, a témoigné à la barre l’enquêtrice, Nathalie Freund. Cette dernière rajoute qu’il a révélé, sans remords, tous les détails de ses rencontres souvent effectuées grâce à des intermédiaires rémunérés eux aussi.

« Pourquoi des relations avec des mineures et pas avec des prostituées ? » : interroge le président de la cours. « Il disait que les prostituées savaient simuler alors que les mineures vivaient l’acte pleinement », répond Mme Freund, aujourd’hui en poste au SRPJ de Toulouse. Elle rajoute que le violeur présumé aurait aussi confié sa satisfaction d’être enfin interpellé, car il voulait se soigner et s’inquiétait d’être attiré par des Africaines de plus en plus jeunes. « Là-bas l’esprit colonial persiste, l’homme blanc à ce qu’il veut », aurait-il justifié.

Il a été condamné à 9 ans d’emprisonnement, car il a reconnu sa culpabilité d’avoir violé deux mineures lorsqu’il était en poste en République démocratique du Congo (RDC).

La cour d’assises de Paris a assorti cette condamnation d’une obligation de soins pendant huit ans à la libération, le président Jean-Pierre Getti a précisé qu’en cas de non respect de ce "suivi socio-judiciaire", M. Bourguet effectuerait trois ans de prison supplémentaires. Une peine "de l’ordre de 12 années" de réclusion criminelle, assortie des mêmes contraintes de soins, avait été réclamée dans la matinée par l’avocat général, Pierre Kramer.

Après l’énoncé du verdict, l’accusé a échangé quelques mots avec son avocat et afficha un sourire. Ce dernier, Mr. Claude Deboosere-Lepidi, s’est satisfait lui aussi "il a été acquitté (de) seize" des 18 viols reprochés. Finalement il a été reconnu coupable des viols des deux jeunes Congolaises et d’une agression sexuelle d’une troisième.

Sa condamnation couvre aussi les délits connexes, pour lesquels il était jugé, à savoir la corruption de mineures et la détention d’images pornographiques les mettant en scène.

Votez pour cet article : Un français, employé de l’ONU, accusé de plusieurs viols sur des jeunes filles africaines.

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT