POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques  Nos sujets : COVID-19.  ICI Vérifions les infos.

Accueil > Régions > 2- Faits divers : Les interludes en marge de la société. > Vaste détournement de fonds avec la construction du mur de Trump.

Vaste détournement de fonds avec la construction du mur de Trump.

Steve Bannon risque 40 ans de prison, cette pas d’issue !

jeudi 20 août 2020, par Rebel Kazimir

Le mur que Trump qui se construit à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique sert finalement à une duperie d’une pléiade d’escrocs. Plusieurs initiateurs d’une association pour cet objectif, ayant obtenu le soutien publiquement assumé du locataire de la Maison Blanche, ont soutiré d’énormes sommes d’argent. Les dons, versés par diverses sources, ont été canalisés au profit des cofondateurs d’une organisation se déclarant de bénévoles.

Ecouter l’article.

L’acte d’accusation émis ce jeudi indique que les fraudeurs présumés ont utilisé une société à but non lucratif et une société écran. Cette dernière est contrôlée, par un certain Kolfage dont nous vous donnons aussi une illustration et des détails sur son parcours. L’actuel président des Etats-Unis dit ne pas être au courant des agissements de son ancien mentor.

- Aux USA, les polices couvrent l’extrême-droite d’après BlueLeaks.
vendredi 31 juillet 2020
- Aux USA les flics répriment toujours et même les manifs paisibles.
3 juillet 2020

Tout le protocole secret, est basé sur de fausses factures, simulant des vendeurs dans ce cadre, dans un système confidentiel. La justice a exprimé son « besoin de savoir » et qui cite un e-mail de l’un des protagonistes, à savoir un ancien militaire, âgé de 37 ans au moment de ces faits, lourdement handicapé. Apparaissent aussi les noms d’Andrew Badolato, 56 ans, et de Timothy Shea, 49 ans.

Il est allégué dans l’acte d’accusation, non seulement les escrocs ont menti aux donateurs, mais ils ont comploté pour cacher leur détournement de fonds. Ils ont créé des entités pour émettre de fausses factures et des comptes factices, afin blanchir les prises des dons et pour dissimuler leurs crimes. Ils n’ont montré aucun respect pour la loi ou la vérité.

La justice américaine a inculpé le journaliste et militant de l’extrême droite américaine, Steve Bannon, qui était l’aide le plus fiable du président américain ainsi que l’architecte de son élection. Âgé de 66 ans, il a participé à sa campagne puis avait été nommé conseiller par Donald Trump au début de son mandat, une fonction qu’il a occupée de janvier à août 2017.

C’est l’une des arrestations qui a été le plus commentée et rapportée par les médias. Il doit être jugé devant le tribunal de Manhattan (district sud de New York), pour l’accusation de faire partie d’un stratagème de fraude massive, en rapport ce projet dont la traduction au français du nom de la fondation serait : qui a reçu nombreux soutiens.

- Aux USA des Russes condamnés pour avoir fait élire un président en exercice.
mardi 20 février 2018

En fait, il n’est pas le seul à avoir arnaqué le programme dit « We Build The Wall » (traduire : Nous construisons le mur) qui prévoyait d’ériger un mur frontalier avec des contributions pécuniaires participatives. Mais les fonds ont été siphonnés par l’ensemble des dirigeants, sans exception, capitalisant sur leur intérêt à financer un mur frontalier pour lever des millions de dollars.

L’organisation du même nom qui collecte les fonds, est fondée par un vétéran de l’armée de l’air américaine, Brian Kolfage. Ce dernier est amputé de 3 de ses membres, ayant perdu 2 jambes et son bras droit, est aussi déclaré corrompu. Lui et sa femme affichaient, sur Instagram notamment, le faste de la vie qu’ils mènent.

Souvent les donateurs gardent l’anonymat pour ce genre de participation. Y compris cet ancien militaire est aussi poursuivi pour avoir utilisé l’argent qu’il a reçu. Il l’aurait utilisé pour des rénovations domiciliaires, des paiements d’un bateau, d’un véhicule de luxe, d’une voiturette de golf, des bijoux, de la chirurgie esthétique, des impôts et des dettes de carte de crédit.

Avant d’être exclu de la plateforme de quête de dons en ligne « GoFundMe », « We Build The Wall » encaissé 20 millions de dollars. Puis 5 millions de plus lui ont été alloués, mais presque la totalité a été détournée, d’après les investigations. Cette stupéfiante inculpation d’un ancien conseiller de Trump intervient après, il y a 4 jours, la convention démocrate dont le candidat est Joe Biden.

Kolfage Brian

Vous voulez utiliser un stockage en ligne, du cloud de Microsoft, cliquer ICI.


Voir en ligne : Notre dossier : USA

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.

Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Soutenir par un don