POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Fausse victime d’acte terroriste, du resto du cœur à Montreuil, jugée

Une dénonciation trop contextuelle pour sa probité trouve véracité

 

jeudi 11 mai 2017, par jaco

Il serait fastidieux de citer les fausses agressions, en France, à la fois attribuées à l’islamisme et ayant pour motivation l’antisémitisme. Les autorités judiciaires optent pour la clémence et des soins psychiques, quand les enquêteurs concluent pour l’inexactitude des déclarations de ces fausses victimes. Alors que le code pénal prévoit 6 mois de prison et 7500€ d’amende.

Voir en ligne : Notre dossier : FRANCE

Au cours de la même période, pour ne pas s’étaler sur d’autres cas d’attaques fictives comme du Rabin Ferhi au 11ème arrondissement parisien ou celle de la jeune femme des trains du RER dans la même région, citons les plus récentes pour les déplorer.

La même année, le12 février, un instituteur d’Aubervilliers, avait simulé pareillement une assaille par un « djihadiste » dans sa classe, avant de se rétracter. Puis le 12 mai, un enseignant juif avait aussi inventé un acte antisémite violent, il a été condamné à Marseille à six mois de prison avec sursis.

Aujourd’hui, 11 mai 2017, sera jugé par le parquet de Bobigny, le responsable des Restos du cœur de Montreuil, département de Seine-Saint-Denis (93) de proche banlieue parisienne qui, le 1er juillet 2016, a fait état d’une attaque à son encontre et qualifiée d’islamiste. Il s’est blessé lui-même Blessé à l’arme blanche au niveau de l’abdomen et de la clavicule. Puis il avait alerté les secours.

A l’époque un emballement médiatique s’est emparé de cette fausse agression, le climat du terrorisme aidant. Les autorités locales, au dépourvu de connaissance de la réalité des faits, ont condamné l’acte prétendument antisémite commis par des islamistes dont l’accoutrement a été décrit par certains médias qui ne sont pas à plaindre, du fait des moments préliminaires.

Aux policiers la victime, répondant au nom de Richard Sautour, avait prétendu, dans sa déclaration, avoir été agressé par un couple armé d’une hache et d’un couteau, qui avait pris la fuite. Les deux personnes lui avaient proféré des paroles précises comme étant « Allah Akbar, chien d’infidèle ». Il avait présenté un courrier contenant un cercueil en carton portant l’inscription reprenant les paroles qu’il a désignées.

L’enquête confiée à la brigade criminelle n’a pas conforté ses dires, au contraire elle révélé la présence de l’ADN de son épouse a été retrouvé sur la hache, laissée sur les lieux. Les sources policières, ont pensé que l’outil pourrait appartenir au bénévole de la structure, dont il était aussi le gérant, des restaurants de bienfaisance fondés par l’humoriste Coluche.

Dans ses déclarations, toujours persistant dans ses affabulations, il a maintenu sa déclaration de plainte malgré l’absence de traces d’autres individus que la sienne et celle de sa compagne. En outre aucune confirmation n’a été relatée par son entourage et les séquences de caméras de surveillance n’avaient pas enregistré le moindre détail des faits.

La probité douteuse de certaines plaintes, faites auprès de la police et des services de la justice, est visiblement appréhendée avec une déconcertante facilité par les agents des institutions. Par le passé, comme ça existe toujours, pour escroquer les assurances des crimes imaginaires sont déclarés et même fomentés. Des actes antisémites, maquillés par attaques du terrorisme islamiste, sont aussi traités avec précaution...

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT