POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Des actes antisémites suggestifs de lecture des traits indiquant comment est l’auteur

C’est le cas des pays de occidentaux qui ne sont pas fréquentables pour les minorités...

jeudi 14 février 2019
par jaco


Déplorer des actes antisémites vaut des réactions. Mais rien n’indique que les méfaits incriminés ne reviennent pas, un autre jour, encore plus visibles. Ceux découverts en France lors de ce février 2019, sont carrément assez exposés, pour ne pas inaperçus. Mais les mains qui les ont commis questionnent ? Car toute une mise au point est faite pour que le public les découvre, les médias en parlent. Et surtout qu’un autre sujet, que celui de la grogne sociale que celle des "Gilets Jaunes", fasse écho...

Voir en ligne : Notre dossier "Antisémitisme".

Les derniers actes antisémites en France ont provoqué l’émois, ce qui est une réactivité louable. Ainsi des débats sont nés, pour s’offusquer que les comprendre, là c’est insuffisant. Ce qui est paradoxale les avares analyses, les discours n’ont pas éclairé en rien les indications pour mieux appréhender ces méfaits.

La provenance, les motivations ou les déclinaisons de ces délits ne sont pas précisés, peut-être que les enquêtes bloquent de telles émanations. Cependant dans le contexte actuel, il est primordial de prendre en considération toutes turbulences. De la sphère locale et de l’ensemble mondial, les faits ayant les mêmes caractéristiques, s’expliquent.

- Le conflit israélo-palestinien dilemme pour "République en marche" 14 mai 2017

D’abord il est vraiment délicat, surtout en France, de parler des sujets de société comme l’antisémitisme, la mémoire coloniale ou bien la construction nouvelle de la composition humaine de la population. Dans certains cercles, prononcer le mot « judaïsme » suscite et réveille une vigilance pour son usage. A quoi rime... ? De dire juif ?

Les trois grands agissements incriminés dernièrement expliquent un peu, voire suffisamment, les mains qui les ont commis. D’abord il y a une inscription sur une vitrine de commerce, en langue allemande, d’un mot peu anodin. Un terme sorti de la triste mémoire...

Puis la croix gammée dessinée au stylo feutre sur des portait de Simone Veil, ces derniers étaient aussi dessinés visiblement sur des boîtes postales, sur la voie publique. Et enfin les coupes de deux arbres plantés à côté de la tombe de victime du gang des barbares, Ilane Halimi.

Certains intervenants, sur les plateaux des médias, après les derniers faits, se réfèrent à un antisémitisme provenant des quartiers dits les banlieues, auxquels ils attribuent aussi l’appartenance. Entendre que les ghettos infâmes sans aucune éducation et avec la délinquance qui a engendré le « gang des barbares », sont à l’origine de ces insoutenables actes.

En effet, outre qu’il y a une symbolique entièrement accolée à ces gestes trop exposés sur la voie publique, ce qui est une indiscrétion grandement intéressée par les exposer, notamment le tag sur une vitrine. Et pour bien saisir les possibilités que ces gestes sont signés, il est fondamental de connaître la qualification culturelle qui les accompagne.

- Fausse victime d’acte terroriste, du resto du cœur à Montreuil, jugée 11 mai 2017

Est-il possible qu’un ressortissant des banlieues fassent usage de la langue de Goethe ? Et fera-t-il du terme « Guten » ayant déjà servi pendant l’époque sombre «  shoah » ? Quand on songe que l’islamisme s’adonne à aux faits antisémites, une telle transcription n’appartiendrait pas obligatoirement à ses endoctrinements.

Des même que pour la croix gammée peinte sur le portrait de Mme Simone Veil ne peut être automatiquement attribuée à la façon islamiste. De même de ce qui est l’écrit sur la devanture du commerce ne peut être l’œuvre d’un jeune d’extrême-droit du fait qu’il n’est pas né avec tant de transmission mémorielle. Par contre la croix, elle peut lui être allouée.

Même le dégât subi par l’arbre de la tombe d’Ilane Halimi suscite un énorme questionnement. En effet, cet acte a la particularité de n’avoir pas été improvisé. Sinon son auteur se balade avec une scie, puisque le tronc a été soigneusement coupé avec du matériel. Donc il a été préparé. Et être équipées, pour les mains qui l’ont faite, c’est se compromettre avec des preuves matérielles.

Répondre à cet article