POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


2 scandinaves victimes de terrorisme au Maroc : prompte, l’enquête désigne 4 suspects



Est-ce le retour des djihadistes du Moyen-Orient ou bien une cellule dormante qui se réveille ?


jeudi 20 décembre 2018
par Rebel Kazimir


Une vidéo a commencé à circuler sur Internet jeudi, 20 décembre, alors que l’assassinat des deux femmes scandinaves, est considéré être commis dans la nuit du dimanche à lundi. Les corps ont été découverts le lundi en début de semaine. L’horreur a atteint son comble sur la manière dont le crime a été commis. Et la piste de terroristes d’obédience islamiste est irréfutable !

Voir en ligne : Notre dossier Maroc

Alors que les images de l’acte islamo-terroriste circulaient, les autorités marocaines déclarent avoir mis le grappin sur trois autres individus, dont un est déjà connu pour des faits de radicalisation. Ces derniers sont originaires de Marrakech, ville assez proche du lieu du crime. Ils sont déclarés avoir part à cet acte. Leur poursuite a été déclenchée le lundi en soirée, avec la diffusion d’une photo, celle en bas de cet article.

- Le dossier du Sahara occidental handicape l’essor du Maroc 18 juin 2017

Ils étaient identifiés comme responsables du meurtre, après déjà une arrestation d’un précédent marocain quelques heures seulement après le signalement de cet attentat envers des femmes sans défense. Les 3 hommes ont été appréhendés à Marrakech, leur ville, a-t-on appris jeudi de source, citée par l’AFP, proche du dossier.

Sur les sons de séquence vidéo, on peut entendre des paroles qui constituent des preuves du mobile terroriste. Une étudiante, Louisa Vesterager Jespersen, danoise de 24 ans et son amie norvégienne, Maren Ueland, 28 ans, ont été surprises par la tombée de la nuit. Entre dimanche 16 décembre et lundi, alors qu’elles randonnaient non loin du plus haut sommet d’Afrique du nord. Le mont Toubkal culmine à 4167 mètres d’altitude.

Elles avaient alors décidé de camper sur place, selon des sources marocaines. Le plus proche village où elles pouvaient se rendre est Imlil qui se trouve à 10 kilomètres du lieu où elles dormaient. Le site où elles se trouvaient, du massif du Haut-Atlas, est assez isolé de la province d’El Haouz, ce qui les a dangereusement exposées aux mains de l’obscurantisme.

- Normalisation entre Algérie & Maroc par où la liquidation du dernier colonialisme en Afrique 15 novembre 2018

Des traces de violence à l’arme blanche ont été trouvées sur les lieux du crime et l’une des victimes a été décapitée, selon des précisions partagées par nombreux organes médiatiques. Le communiqué du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), une unité de police d’élite chargée de l’enquête de terrain, a aussi détaillé les faits et la poursuite sur le terrain des auteurs.

Le secteur tourisme est un domaine primordial dans l’économie marocaine, plusieurs régions du pays accueillent des étrangers. Les activités de plaisance représentent une ressource estimée à plus de 10 % de la richesse du pays, ce qui constitue le second employeur après l’agriculture. Cette dernière a aussi des champs de chanvre indien (cannabis) notamment dans la région d’Imlil, où les randonnées pédestres sont quotidiennement organisées.

L’année dernière, le Maroc a enregistré une augmentation du nombre de visiteurs. Le pays bénéficiait depuis le printemps arabe de 2011, une reprise de la clientèle d’Egypte et de Tunisie. En 2017, le bilan de 11,35 millions touristes fait dépasser, pour la première fois un record jamais atteint, la barre symbolique des 11 millions.

2 PHOTOS DE 3 HOMMES CIRCULENT AU MAROC POUR CE CRIME : LAQUELLE DES 2 ICI ? Les photos, prétendument des trois suspects arrêtés aujourd’hui , ont été largement partagées par les utilisateurs des médias sociaux qui ont condamné le meurtre. Pour nous, il n’y a pas de ressemblance ?

BCIJ enquête sur une vidéo où des touristes soupçonnés d'assassiner assermentent leur allégeance à ISIS

- L’un des suspects, nommé Rachid Aftati, est un petit homme d’affaires né en 1986 et résidant à Al Kayed, dans une zone rurale appelée Harbil, à 30 kilomètres de Marrakech.

- Le deuxième suspect, Azid Youness, est un charpentier de 27 ans résidant à Al Azzouzia, à Marrakech.

- Le troisième suspect, Abdelsamad Ijoud, est âgé de 25 ans et vit dans le quartier de Zeroual à Marrakech.

Répondre à cet article