POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Le Maroc revient à l’UA après une éclipse de 33 années



L’ouverture diplomatique ira-t-elle jusqu’à la fin du conflit du Sahara du nord-ouest africain ?


jeudi 2 février 2017
par Damien Djamel Bouch’Raf


Le Maroc revient à l’UA (Union Africaine), l’organisation qui a, en 2002, remplacé l’OUA (Organisation de l’unité africaine). Après 33 ans d’éclipse qui a pour cause l’occupation du Sahara occidental change la donne pour ce conflit. En 1984, de nombreux États membres de l’OUA ont soutenu l’adhésion de la République arabe sahraouie démocratique. Ce territoire contesté est à 20 % seulement contrôlé par le Front Polisario (mouvement nationaliste sahraoui) et 80 % par le Maroc. Il fut la cause du retrait de la monarchie du nord-ouest africain...

Voir en ligne : Notre dossier : Maroc

Certainement les dernières positions de l’Union Européenne, en faveur du plan de l’ONU pour l’autodétermination des Sahraouis, a été à l’origine de ce revirement. La diplomatie marocaine siège désormais au même pied d’égalité que la représentation des Sahraouis. En effet, le Maroc qui jouissait d’une meilleure prestance, en Europe, vient d’essuyer des déclarations de l’union continentale, et non des Etats, qui reconnait la nature coloniale de l’occupation.


- Occupation coloniale en Afrique du nord : le Maroc accablé 21 mars 2016

Mais il faut compter avec l’offensive réalisée au cours de ces dernières années, sur divers plans par le Maroc, où les tractations diplomatiques ont aussi tenté ce retour. Les entreprises marocaines ont fait des investissements importants à travers l’Afrique. Elles sont présentes dans plusieurs domaines, notamment des services financiers ainsi que des projets de logements et des usines d’engrais, alors que l’agriculture du continent tente de se moderniser son agriculture. Le Roi Mohammed a fait dans la clarté, exprimant que c’était juste le début.

L’épineux différend territorial du Maghreb, est-il sur le point de connaître son épilogue ou bien est-ce une manœuvre qui permet uniquement de changer de ton ? Plafonnant son avancée de charme qui a durée des mois, voire de longues années, et qui est reflétée par une poussée des investissements élargis dans plusieurs pays d’Afrique, tel est aussi ce retour au bercail. Les investissements marocains sont estimés à 110 milliards de $, le plaçant comme le cinquième, en tant que partenaire commercial en Afrique, alors que l’économie africaine est en forte expansion, selon nombreux observateurs.


- Quand se réveillent les caméras du Sahara Occidental... 27 mai 2016

Le Maroc a une économie relativement libéralisée et est considérée allié de l’Occident. En ouvrant sa réadmission à l’UA, cette approche devrait prendre en considération la percée dans les économies africaines qui sont en croissance rapide, à plus de 5%. Ce rôle est déterminant au sud. Ce qui aide à réduire la dépendance du continent des marchés européens touchés par une relative stagnation.

Au cours des dernières années, les entreprises marocaines ont fait des investissements importants à travers l’Afrique dans plusieurs secteurs, allant des services financiers à des projets de logement ou des usines d’engrais. Le Roi Mohammed a précisé que c’était juste le début. « L’Afrique est indispensable pour le Maroc et le Maroc est indispensable à l’Afrique » , a-t-il tenu de dire, et en étant lui-même présent à la réunion du 28 janvier à d’Addis-Abeba.


- La COP22 au Maroc : l’envie de ne plus rester aux demi-mesures ! 7 novembre 2016

Le jeune roi a été acclamé en prenant son siège, pour la première fois parmi les 55 sièges de l’UA. Lors du sommet de cette semaine, le royaume été réadmis, avec 39 pays exprimant leur soutien. Et seulement 10, censés être dirigés par l’Algérie et l’Afrique du Sud, quant à eux exprimèrent des réserves.

Reprenant sa place, le monarque Mohammed-V a dit : « L’Afrique est ma maison et je viens chez moi. » , sous les applaudissements des autres chefs d’Etat. « Je vous ai manqué. » rajouta-t-il. Malgré que cette instance, ayant du poids au niveau international, s’est montrée par le passé réticente, le Maroc a donc implicitement reconnu son rival, l’organisation du Sahara occidental.

Les questions de colonialisme auxquelles les Européens laissaient le terrain diplomatique à une vision plus étendu et d’unanimité occidentale, comme pour Israël, connaissent un changement marqué par des déclarations qui ne satisfassent les occupants et les expansionnistes. Et surtout, ces litiges assez conflictuels génèrent de l’insécurité, quand les Etats-Unis, plus éloignés, mènent aveuglement, voire avec même l’ignorance et les méthodes de complots, des géostratégies qui perdurent ces problèmes et alimentent des guerres.


- Polisario et Maroc, 32 ans de conflit. 18 mai 2009

En Août, les casques bleus de l’ONU sont intervenus lorsque les forces marocaines ont traversé dans une zone tampon, sous mandat de l’ONU. De leur côté, les forces du Polisario, envoyèrent des troupes dans cette zone isolée, à cheval entre la Mauritanie et les parties qu’ils contrôlent. Et l’an dernier, le Maroc a expulsé certains membres du personnel de l’ONU au Sahara occidental, après le chef d’alors Ban Ki-Moon, a visité des camps de réfugiés sahraouis dans le sud de l’Algérie.

Répondre à cet article