POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Activiste médiatique et artiste témoin, Naji Jerf lanceur d’alertes !

L’islamisme du pouvoir turc un piège aux exilés chassés par les violences

 

mardi 29 décembre 2015, par Hugo Mastréo

Nouveau genre de révolutionnaires, les lanceurs d’alertes ont plusieurs visages et divers moyens de dénoncer et mettre en exergue les exactions. A la fois militants numériques et armés de caméras, ces "journalistes citoyens" qui viennent des arts, des cercles sociaux généralement éduqués interpellent les consciences. Ils produisent des contenus qui avertissent sur les malheurs comme la crise syrienne où s’impliquent des forces sous prétexte de terrorisme...

Voir en ligne : Notre dossier : journaliste Journalistes Syrie

Il était de ces journaleux qui ont toujours proposé la 3ème alternative en Syrie. Dans sa norme de combattre la dictature du « baâth » à l’origine de la dynastie des Assad et de la situation actuelle, précédait en premier lieu la conviction de révéler les atrocités commis par les islamo-criminels d’Isis. Naji Jerf âgé de 38 ans, était connu pour son opposition au régime syrien, mais surtout par son farouche hostilité à [#Isis] l’EI. La crise de son pays, devenue guerre civile, était son champ de résistance.


- Espion du Daesh "ISIS" parle à un journaliste-reporter irakien
- Retrait du passeport d’un journaliste japonais qui voulait se rendre en Syrie
- L’otage John Cantlie fait le reporter du Daesh
- Deux journalistes explorent les rangs d’une faction djihadiste en Syrie

Il est le 5ème journaliste syrien abattu dernièrement en Turquie, 3ème de ce trimestre de fin d’année 2015, dont voici les noms : Bachir Abduladhim Al-Saado, Faisal Hussain Al-Habib et Ibrahim Abdel-Qader. Un mode opérationnel qui rappelle les liquidations de la « décennie noire » en Algérie, où bien plus de 200 travailleurs de divers statuts et de médias classés éradicateurs, ennemis du projet islamique et même communistes.

Ils ont été tués dans le dos et avec des balles qui ne ratent pas la tête et le cœur, du fait d’une intention de ne pas louper ces journalistes témoins impartiaux envers leur époque et leur peuple. Naji Jerf, comme ses 4 collègues, a été tué dans la ville de Gaziantep voir notre plan en fin de ce sujet, aux confins syro-turcs, par un pistolet équipé de silencieux. La Turquie détient, avec l’Iran, le record des emprisonnements de journalistes…

Il était dans les locaux abritant des activistes syriens installés, lui depuis 2012, en Turquie. Et il s’apprêtait à se rendre en France, ayant récemment eu son visa. Mais aussi, ces syriens exilés sont piégés par le régime turc qui a fait de son pays la plaque-tournante dans le dispatching des islamo-terroristes en Irak et en Syrie. Cet accès aux terroristes leur a permis grandement de frapper plusieurs fois en Turquie.

Naji Jerf est le rédacteur en chef du magazine, de presse écrite faisant de la critique artistique « Hentah » mais consacrant une bonne partie de ses pages aux cruautés des islamo-terroristes en Syrie. Epris d’impartialité journalistique, il a produit des documentaires de bonne facture sur la férocité des criminels qui ont détruit la légitimité de l’opposition syrienne.

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT