Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, (...) > Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde (...) > nationale, fait politique, une et première page, médias, actualité, pays, (...) > Humour satirique des slogans, banderoles & cris du Hirak en Algérie.

qrcode:https://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article4453 TRADUIRE cette page :
Humour satirique des slogans, banderoles & cris du Hirak en Algérie.

Une étude universitaire a analysé les pancartes et appels des manifestants.

mercredi 19 avril 2023, par N.E. Tatem

« Pourquoi les Algériens recourent-ils à l’humour et quelles formes humoristiques utilisent-ils ? », c’est en tentant de répondre à cette question applicable à la révolte du Hirak débutée en 2019, qu’une recherche analytique d’une universitaire de l’Oranie a été réalisée dès 2020 et soumise à publication l’année suivante. Ce que les jeunes révolutionnaires maintenant, après les émeutes de "bons enfants, sont persécutés par des emprisonnements en masse, reprochent aux dirigeants, c’est de ne pas mener des alternances au pouvoir, sans que les casernes ne mobilisent leur soldatesque pour la sécurité et pour rendre les transitions possibles.

Dans une étude de l’Université d’Oran Mohamed Ben Ahmed, datée de 2021 et signée d’Aouda Mazot à qui revient des dissections sur les articles de la presse et les formes langage, est proposée l’approche prospective de la signification satirique des slogans et mots d’ordre apparus lors du Hirak en Algérie. L’esprit comique tant amusant qui a été aussi largement remarqué méritait bien cet exercice.

Nouvelle loi pour les médias privés en Algérie, prétend les organiser.
17 avril 2023

En Algérie les prix des aliments lors du ramadan, à l’image d’une religion dévoyée.
15 avril 2023

La recherche a pour intitulé « Analyse de quelques pancartes des manifestants algériens ». Elle explore l’« Humour et créativité lexicale » pour l’exposer. Soit, ce qui concerne le bréviaire des cris et écrits perçus lors des contestations politiques de 2019 qui est traité. D’ailleurs cet apport mérite d’être cité et mis en exergue par les plus sincères cadres médiatiques, par fierté à a POPULI-SCOOP, proches du mouvement populaire…

Surtout, quand d’autres ont exploité l’insurrection pour se faire des noms de révolutionnaires sans desseins clairs et sans loyauté au peuple qui les suivait par besoin de confiance en des figures de guides, il faut faire un bilan du genre = qui a fait quoi ? S’il est question que les protestataires imitent dans leurs slogan l’annonce publicitaire, l’adoption d’un contenu humoristique est édifiante, ce qui convient à être décortiquer pour être compris.

Ce temps historique d’un pays qui en a encore l’avidité de ne pas avoir achevé son œuvre de mutation réformatrice, avait pour prétexte une colère anti-5è mandat pour le dernier des despotes du nationalisme libérateur en Algérie, en l’occurrence Boutef. La société humaine était conscientisée, par le fait que la constitution, fixant à 2 cycles présidentiels, a été modifiée d’une manière chapardeuse et tel un viol par les corrompus.

Le mouvement social s’est spontanément déclenché le 22 février 2019 contre l’ambition de prolongation du clan Bouteflika. Mais la rupture avec le système politique, régnant dans le pays depuis l’indépendance, était visée comme objectif. Dès lors des opportunistes politicards scandant une revanche sur l’armée qui a arrêté un vote en 1990 et des aventuriers ont profité de cette révolte, ce qui l’a ruiné plus que lui a été utile.

Un livre ayant appartenu à l’Emir Abdelkader restitué à l’Algérie.
10 avril 2023

Les jeunes qui sont sortis dans les rues des villes pour dire « NON » au projet du gang agglutiné autour du raïs handicapé, n’avaient pas raté leur but. Cependant demander le départ des castes réunies au sein du pouvoir qui devait tomber aussi, la masse juvénile des manifestants n’était pas structurée ou clairement guidée d’un programme. Le désordre s’était vite ancré tout comme après 1988 qui a été mis en échec.

Les bureaucrates ont repris du service pour endiguer, dès le début, la révolte. Car ils avaient deviné leur propre fin arrivait. A ce stade, l’insurrection a été avortée par l’opération démocratique des élections qui a été utile aux despotes de la relève illégitime. Ils ont isolé les insurgés qui n’étaient pas structurés et n’avaient le projet ou programme idoine pour substituer aux dirigeants en place leur vague humaine.

Mais ce n’est pas notre but dans cet article, de désigner qui a tenté de refaire les crimes islamofascistes de le « décennie noire ». Dans nos précédentes publications nous avons dénoncé ceux qui ont détruit les élans de 1988, de 2011 ainsi que ce dernier et sont toujours les mêmes. Ils étaient bien revenus en 2019 plus revanchards contre l’institution militaire qui bloque les fanatiques religieux.

L’auteur de l’étude soulève que la satire a été dans les slogans verbaux et sur les pancartes. Elle a été exprimée avec différents procédés linguistiques et rhétoriques et à la fois avec la colère et la satisfaction. La 1ère pour libérer la parole et la seconde est le cri de révolte devenu prépondérant. L’humour basée sur la créativité stimule l’action. Avec cette transgression de la norme sociale nait une véritable création linguistique.

2 lois majeures à la hussarde devant l’inculte parlement de la nouvelle Algérie.
4 avril 2023

La quête de s’affranchir des tabous et pour s’approfondir dans un projet, figure la recherche de la solution pour laquelle le mouvement Hirak a été déclenché. Les sources de ce travail d’observation est une recherche des paroles ludiques exprimées dans et sur des champs comme les médias nationaux et internationaux. Or les propos sur Facebook, Tweeter, YouTube ou d’autres différents sites d’internet sont comme du journalisme populaire...

La créativité lexicale se manifesterait, dans les pancartes des manifestants algériens, à travers des énoncés qui imiteraient des formes publicitaires. Ces énoncés prendraient en dérision des objets, des personnes ou des situations en mettant en exergue la liberté et en montrant la cause de leur incongruité.

A bon entendeur parmi les bravaches despotes du nationalisme décadent et corrompu qui gouverne au le plus vaste pays d’Afrique, des satires venues les autocrates qui ont même eu recours à l’islamo-terrorisme pour rester aux commandes d’un pays riche et qu’ils ont ruiné... Mais c’est par le rire, l’amusement, l’ironie, la théâtralisation et la sédition non-violente que la nouvelle génération des "polissons" bien éduqués a pris le chemin de ses nouveaux engagements.

L’observation de l’usage de modes d’expression plutôt d’un style comique, en ayant empruntant différentes langues de leur peuple ("derdja", anglais, français, arabe et "tamazyght") ainsi que par divers procédés rhétoriques, que les jeunes militants du "Hirak" en Algérie ont produit des mots d’ordre sur les banderoles et dans leurs paroles. Tout en imitant même des formes publicitaires telles que le slogan et l’annonce pour faire passer leur message au monde entier. Tel est en gros le constat de l’étude...

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Vous pouvez répondre, au court sondage, en langue arabe.-

Partager sur les réseaux :

Voir en ligne : Algérie

     

Recommander cette page

GNU GPL

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?