POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

10 ans que la recommandation, d’ouverture des données gouvernementales, est émise...

L’Algérie évite d’ouvrir les données gouvernementales, signe d’opacité de la gouvernance

 

mercredi 26 septembre 2018, par N.E. Tatem

Nous continuons sur la voie de la vulgarisation de la « Data-Science », notamment pour stimuler la création de narrations de forme « data-journalisme », différentes de la presse traditionnelle et plus fournies en éléments d’informations utiles. C’est parce que Populi-Scoop ne doute pas que les détails les plus importants sont ceux qui aident à surmonter l’inertie, la futilité et les entraves faites aux changements ainsi qu’au progrès en général. Oui des nations sont leaders dans ce domaine, pourtant parmi ces pays précurseurs le retard y est aussi.

Voir en ligne : Notre dossier DATA-science et étude des données

La transparence nécessaire à la population, voire aux opposants politiques, pour comprendre les démarches et projets des gouvernants, passe désormais par la mise à disposition de tous des données publiques. Pour citer quelques exemples clairs, on peut évoquer la mise en place ou bien la gestion des services, l’organisation des élections et le suivi des engagements des dirigeants, peuvent contrôler et vérifier dans un climat de citoyenneté digne aux administrés qui ce nouveau millénaire.

Cette fois nous jetons un coup d’œil au site-Web qui s’annonce avec cette appellation « Baromètre des données ouvertes ». Puisqu’il expose, avec sa dernière édition, nombreuses actions, dans ce domaine d’innovation, et qui méritent d’être connues. Le 7 et 8 décembre 2007, 30 défenseurs (ICI) de données ouvertes se sont réunis pour élaborer un ensemble de principes destinés aux gouvernements du Monde.

- Data-Science : une discipline à la recherche d’anticipation 7 août 2015

En fait nous sommes à 10 ans que ce mouvement des données ouvertes tente d’encourager l’accès informations réelles. La fourniture d’informations publiques pour créer des opportunités de revenus est donc l’objectif. Une fondation, SUNLIGHT-FOUNDATION, associée à Google et Yahoo a tenté de suivre slogan : Rendre le gouvernement et la politique plus responsables et transparents.

A l’époque la notion était encore floue. Il s’agissait de faire des entraînements aux militants citoyens avec des ateliers qui apprendront à obtenir des informations de presse, à extraire des vidéos, à contrôler les élections, à exécuter une base de données. Depuis beaucoup d’eau a coulé. Mais encore, ce savoir pour l’anticipation des n’a pas connu de grandes avancées. Cependant l’avènement de l’IA, Intelligence Artificielle, conjugué aux énormes réalisations technologiques montrent de belles perspectives.

- TOUS NOS ARTICLES SUR IA : Intelligence Artificielle

Il est temps de dresser des observations, voire faire escale pour faire un bilan. Les données des gouvernements sont-elles librement disponibles pour l’utilisation et la réutilisation ? Ou sont-elles toujours enfermées dans des classeurs rouillés et poussiéreux ? L’appareil anticorruption est parmi les officines les intéressées par la défense de données ouvertes, en adoptant la Charte pour cela (voir ICI), pour laquelle les membres du G20 souscrivent, sans la proclamer.

Bref, il faut donc saluer les institutions publiques qui les libèrent pour de bons usage, comme rendre plus rigoureuses et pointues les études et améliorer des programmes à intérêt sociétal comme la santé. Produit et publié par la « Web Foundation » (World Wide Web Foundation), le « Baromètre des données ouvertes », dont le principal commentateur remarque que l’intérêt gouvernemental pour les données ouvertes a diminué au cours des cinq dernières années.

- ARTICLES RÉCENT : Les données satellitaires du programme "Copernicus" gratuites pour l’Afrique... 22 août 2018

Vous pouvez consulter les appréciations des pays du Monde, avec une cartographie interactif et comparatif, qui ont ouvert les données ICI. Bien que l’importance des données pour améliorer la politique sociale ou la responsabilité du gouvernement, la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) tente d’améliorer l’ouverture des données. La mise en œuvre, la préparation et la publication est en nette recul par au départ du début de cette dernière décennie.

L’Absence de l’Algérie dans son groupe montre l’absence de transparence dans la gestion des affaires publiques. C’est le cas des autres pays de la région qui se rétractent aussi. Le potentiel de données ouvertes pour stimuler le développement économique, est négligé. En l’absence de leadership politique éclairé et scientifique, ce domaine traîne. Le manque de sensibilisation aux données ouvertes la capacité de les demander dans un cadre juridique devait être inscrit dans la constitution.

La propriété foncière, les dépenses publiques et les registres des sociétés sont les ensembles de données les moins accessibles de la région... Ce qui peut tout expliquer !

Région MENA

Classement mondial prévalence Pays préparées disponibles utilisation
28 46 Israël 66 37 42
50 32 Tunisie 45 32 22
59 26 Emirats Arabes Unis 47 23 12
74 19 Qatar 41 18 2
74 19 Bahreïn 33 20 7
74 19 Saudio Arabia 37 15 12
79 17 Maroc 38 12 7
85 14 Egypte 27 14 6
87 13 Jordan 28 11 6
100 NOUVEAU 8 Palestine 23 7 2
104 NOUVEAU 6 Liban 17 7 0
114 0 Yémen 0 6 0

Consulter toutes les données des pays, du baromètre OPEN-DATA ICI.

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT