POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Les médias algériens, manipulations droitières, du fascisme et de dictature

De l’info, des ragots et des responsables au service des haines

lundi 15 février 2016
par Damien Djamel Bouch’Raf


La question se posait aux Algériens, la méconnaissance des médias qui leur destinent des contenus plus souvent médiocres, pratiquement invérifiables et complètement orientés à servir les plus maléfiques chapelles qui sèment les haines. Les autorités qui sont d’un régime à la légitimité douteuse, cherchent plus à contrôler qu’à améliorer, ce qui est encore plus clivant pour les auditoires...

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie

Des sites Web, des chaînes TV et des intervenants de streaming sur Internet s’adonnent à un matraquage de piètre qualité, mais aussi d’attaques en règle contre les fondements d’un échange limpide. Ce qui ouvre grande la porte aux manipulations venant de toutes parts sans vérifications aucunes.

Quelques articles sur quelques médias algériens
- Les haines de chaînes-TV algériennes dénoncées par le ministère...
- L’entrave aux médias critiques en Algérie et...

C’est ainsi qu’un paquet de conférences a été programmé, pour l’ensemble des 48 wilayas (départements), par le ministère concerné, dit de la communication, intitulé « Connaître les médias : le citoyen a le droit à une information fiable » . Commencé à Constantine depuis le 13 décembre 2015, cette série d’interventions ouvertes au public, louable par son dessein, reste peu ingénieuse en matière de techniques de communication moderne et moins convaincante en essayant même de faire la prévention des manipulations.

Dans sa présentation le ministère apporte encore une fois l’allergie à la transparence dont souffre le pouvoir et les institutions du pays, à l’activité médiatique qui a changé depuis l’existence d’Internet. Avec une telle phrase : « ... l’ouverture médiatique et aux influences universelles qui tendent à faire vaciller les valeurs et les cultures des nations » .

L’anomalie de laquelle on croit pouvoir prémunir le public algérien, devient encore plus une incompétence criarde qu’un relèvement du niveau. Les cultures et valeurs universelles ont plus le dessus sur les obsolètes, et périmées, constantes nationales. En effet la langue arabe et l’islam ont prétention de se valoriser, comme elles sont casés dans l’arriération et le clash des civilisations.

L’interprétation intelligente, des contenus diffusés et des écrits journalistiques, qui préoccupe les responsables, met aussi en embarras les patriotes et les démocrates qui se trouvent entre deux feux propagandistes : d’un pouvoir illégitime et des ennemis de la nation.


- Les libertés d’Internet reculent pour la 4è année

Alors que nous mettons en ligne ce sujet, la conférence du 15 février se déroule à Annaba, dès 9h au palais de la culture. Elle est la 3ème de la série, donnée par le directeur général de la Télévision algérienne, Toufik Khelladi. Et la couverture, de ces explications pour tous les départements, est peu reluisante.

En matière de site-Internet, les Algériens, à l’instar de tous autres internautes, devraient au moins accorder crédibilité aux informateurs en ligne qui disposent de leur page qui a communément pour titre « Qui sommes-nous ? » Ce qui est moindre, pour notre part, de le signaler aux lecteurs...

Répondre à cet article