POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Assange de Wikileaks, opinion biaisée pour l’élection française

Entre sexisme et incompétence, Marine Le Pen a fait la différence

 

mercredi 10 mai 2017, par N.E. Tatem

Même en plaidant l’ironie, la déception est grande en France pour le sondage-éclair créé par le leader de Wikileaks à propos de l’épilogue de l’élection présidentielle du 7 mai 2017 en France. La défaite de Marine Le Pen a été proposée au choix des sondés, comme due à la domination masculine. Emmanuel Macron a écrasé sa rivale, avec un appréciable écart, alors que Julian laisse croire, après coup, que son enquête d’opinion est à prendre au second degré.

Voir en ligne : Notre dossier : WIKILEAKS

Julian Assange a déçu plus d’un, en s’intéressant à l’insuccès de Marine Le Pen, lors de l’élection présidentielle en France, face à Emmanuel Macron. Il qualifia dans un twitt émis à 2 heures 05, dans les heures qui ont suivi la promulgation des résultats, que le patriarcat qui a pris le dessus. Pour l’échec de la candidate du Front National, Assange invoque donc des raisons sexistes.

Or, de loin ce n’est pas le cas. C’est plus une criarde incompétence, devenue visible après un dernier débat, sur des plateaux de télévision face à son concurrent, qui a démontré ce qui attendait la France avec le FN. Outre la venimeuse haine du Monde que la candidate de l’extrême-droite n’a pas pu cacher, qui a provoqué le choix de l’électorat français, choqué du refoulement de l’autre où qu’il peut être.

Le fondateur de WikiLeaks, réfugié depuis cinq ans à l’ambassade de l’Equateur pour échapper à la justice suédoise, aurai dû éviter une telle boutade inopportune. Elle porte gravement atteinte au respect qu’on lui vouait en France. Cependant, il suivait depuis quelques jours l’opération électorale majeure en France, mais n’avait exactement idée de la teneur de l’orientation du parti dynastique de la famille Le Pen.

Mais après le vote qui a consacré une victoire au nouveau parvenu aux hauteurs du paysage politique français, voire aussi au niveau de la scène mondiale, il lança un sondage. Ce dernier devait lui faire changer d’avis, dès les premières réponses. En posant cette question « Le Pen n’a perdu en raison du sexisme ? », à laquelle on peut choisir par oui ou non, la proposition était biaisée.

En effet le résultat de cette enquête rapide sur Twitter, est de loin un démenti à la préemption de l’interrogation de ce journaliste, et hacker, qui jouissait d’un prestige inégalé dans nombreux milieux intellectuels. Le résultat du sondage est comme le montre, ce twitte, de 85 % des votants disent non.

Mme Le Pen a perdu, donc pour d’autres raisons que les idées sexistes. Ce qui d’ailleurs peu recevable, pour être le qualifiant judicieux à une société sécularisée comme celle de France. Mais J. Assange persiste à croire que la domination masculine est la cause de la perte de la fille Le Pen, dont le parti n’a d’autre programme qu’un approximatif et peu réaliste plan de saccage.

Il continue par diffuser un autre Twitt (voir le suivant) où il expose une autre idée « D’abord Hillary, maintenant Marine. Nous sommes en 2017 et la main de fer du patriarcat est plus forte que jamais ». Ce qui est une incohérence avec son travail qui a consisté à barrer l’accès menant, l’ancienne candidate aux présidentielles aux Etats-Unis, à la Maison Blanche.

Pour l’autre dame américaine, la fuite des documents internes du Parti démocrate, ainsi que la déclaration du FBI, en plein campagne, ont vraiment aidé à la victoire de Donald Trump. Même si ce dernier est impliqué dans des affaires d’agressions sexuelles présumées sur des jeunes femmes, la critique du patriarcat ne peut être admise et ne saurait être une ironie.

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT