Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, (...) > Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde (...) > nationale, fait politique, une et première page, médias, actualité, pays, (...) > Le FMI avise l’Algérie : l’inflation due à la rente dispatchée en monnaie (...)

Le FMI avise l’Algérie : l’inflation due à la rente dispatchée en monnaie incontrôlable.

Fragilisée, l’économie rentière est stagnante et persistent les discours populistes.

vendredi 3 février 2023, par Djamel Damien Boucheref

Pour le FMI, ce ne sont pas les fortes réserves financières qui garantissent à l’Algérie des perspectives radieuses et encore moins la hausse des prix des hydrocarbures. Dans son dernier rapport, publié le 1er février 2023, à court terme de l’économie c’est encore le pétrole qui a sensiblement amélioré ola perception qui n’est guère une affirmation définitive.

D’emblée c’est à l’image de l’inflation qui est mondiale que l’Algérie est astreinte de se conformer par simultanéité. La hausse de l’inflation est même le défi majeur, dans le contexte de politique monétaire pourtant bien accommodante, en dépit des mesures de la banque centrale pour une gestion plus active des liquidités. Globalement la hausse des prix a atteint 7,2 % en 2021 et est passée à 9,3 % en 2022, son plus haut niveau en 26 ans. Elle flambera encore en 2023, l’argent est massivement distribué...

Nos articles sur le FMI, des sujets qui évoquent l’institutions monétaire.

Enquêteurs de la justice d’Italie sur les traces de Giorgia Meloni en Algérie.
28 janvier 20223

Ce rapport tombe bien, au moment d’un semblant de transition vers une autre vision basée sur des appels au secteur privé. Lequel dispose de capitaux plus souvent gardés dans l’informel, car des milliers de milliards sont totalement incontrôlables au système bancaire. Le nombre de fois que les guichets n’ont pas trouvé du cash pour payer les retraits auprès de la poste est encore vivace dans les esprits.

Attention en téléchargement du rapport du FMI de février 2023 -en anglais-.
Conclusion du Conseil d’administration du FMI Consultations de 2022 au titre de l’article IV avec l’Algérie.

Outre que les engagements publics sous Tebboune reprennent les discours du sérail, d’une puissance économique en croissance dans la région d’Afrique du Nord et sur le continent. La même orientation qui a mis en ruine l’émergence, ce qui mérite encore d’être mieux décortiqué… Le contexte, de "postpandémie" et de reprise qui lui est de suite, se prête à cette approche d’institution internationale bien avisée.

Quand les autorités algériennes vantent sur l’absence de dettes externes, il y a anguille sous roche. Pour les économistes rigoureux, en excluant les emprunts internationaux, la satisfaction des besoins de financement exercerait une pression importante sur le système bancaire national. Ce qui poserait des risques pour la stabilité financière et macroéconomique. C’est l’absence de réseaux, et de partenaires financiers continuellement entretenus, qui est le risque pour l’absence d’éventuels soutiens.

Ce qui est maintenant frappant c’est l’inflation. Dernièrement des experts ont avancé que la hausse des prix est de 14%. Alors les chiffres parlent concrètement. En 2022, la balance courante devrait afficher son premier excédent depuis 2013. C’est le cadre des réserves internationales qui ont partout augmenté, stoppant la tendance baissière constante des dernières années. Mais quelle est l’utilité, quand ces milliards ne sont fructifiés et sont en somnolence.

L’excédent budgétaire qui peut être dégagé de 2022 est dû à la sous-exécution importante des dépenses budgétisées. Les projets sont des RAR "restes à réaliser". Il reflète aussi que la manne des revenus, des énergies fossiles traditionnelles, a aidé à la reprise économique qui s’est renforcée. La croissance du PIB hors hydrocarbures devant s’accélérer pour atteindre 3,2 % en 2022, contre 2,1 % en 2021.

Hausse des prix des matières premières, des aliments et du pétrole.
27 mai 2022

La croissance du PIB hors hydrocarbures devrait s’accélérer pour atteindre 3,4 % en 2023 grâce à une augmentation substantielle des dépenses budgétaires et diminuer à environ 2 % à moyen terme. Le compte courant devrait rester excédentaire en 2023 et enregistrer un déficit progressivement croissant à partir de 2024. Telles sont préconisations du FMI.

L’inflation devrait se modérer quelque peu à 8,1 % en 2023, mais rester relativement élevée à moyen terme. Les risques à la hausse découlent d’une éventuelle augmentation des investissements dans le secteur des hydrocarbures et des projets miniers en cours de développement. En plus l’argent est donné comme aux chômeurs, sans autres richesses considérables pour l’éponger.


source : tradingeconomics.com - Algérie PIB Prix courants - fin 2022

Ce qui résume la perspective économique. Elle est formulée dans le dernier rapport du FMI avec l’intitulé en « conclusions pour les consultations de 2022 au titre de l’article IV de son programme annuel avec l’Algérie ». Entre pessimisme pour l’explosion de l’inflation du fait que la monnaie en circulation qui est incontrôlable. Et son contraire en temporairement stimulant du fait des ressources qui ont des retombées sur les prix intérieur et la dévalorisation du dinar.

La situation est donc partagée entre 2 facettes. Premièrement, le pessimisme pour l’explosion de l’inflation du fait que la monnaie en circulation est incontrôlable. Et seconde vision, le contraire qui est temporairement un stimulant du fait des ressources qui ont des retombées directes sur les prix intérieurs et sur la dévalorisation du dinar.



Algérie : Principaux indicateurs économiques et financiers, 2017 à 2027 - Datas fournis par le FMI



Projections


2017


2018


2019


2020


2021


2022


2023


2024


2025


2026


2027


Production et prix


(Variation annuelle en pourcentage)


PIB réel


1.4


1.2


1.0


-5.1


3.4


2.9


3.0


2.6


2.2


2.1


1.6


Secteur des hydrocarbures


-2,4


-6,4


-4.9


-10.2


10.5


1.7


0,7


1.7


0,8


1.8


0.0


Secteur hors hydrocarbures


2.3


2.9


2.2


-4.1


2.1


3.2


3.4


2.8


2.4


2.1


1.9


Par habitant


-0,8


-0,8


-1.0


-6.0


2.0


1.5


1.6


1.2


0,8


0,7


0,3


Indice des prix à la consommation (moyenne de la période)


5.6


4.3


2.0


2.4


7.2


9.3


8.1


7.6


6.6


6.0


5.6


Investissement et épargne


(En pourcentage du PIB)


Solde épargne-investissement


-13.1


-9.6


-9.9


-12.8


-2.8


7.6


2.7


-1,4


-3.1


-4.4


-4.9


Épargne nationale


30.3


31,7


29,5


27,0


35.1


39,6


39.2


36,6


34,7


33.4


32,6


Gouvernement central


5.4


5.0


4.3


-1,7


1.8


8.9


1.4


0,6


-0,1


-0,3


-0,7


Non gouvernemental 1/


25,0


26,7


25.2


28,7


33.3


30,7


37,8


35,9


34,8


33,7


33.4


Investissement


43,5


41.3


39.3


39,9


37,9


32,0


36,5


38,0


37,8


37,8


37,6


Gouvernement central


13.8


11.8


13.9


10.2


9.0


6.8


8.0


7.3


6.6


6.7


6.5


Non gouvernemental 1/


29,7


29,5


25,5


29.6


28,9


25.2


28,5


30,7


31.1


31.2


31.1


dont non gouvernemental hors hydrocarbures


25.6


23.6


18.9


25,8


26,0


22,7


26.2


27,9


29.2


29.3


29,5


Finances de l’administration centrale


(En pourcentage du PIB)


Revenu


32,0


33.4


32.2


30,5


29.8


33.2


31.4


29,5


28,5


27,5


26,9


Dépenses (y compris prêts nets)


40,5


40.2


41,8


42.4


37,0


31.1


38.1


36.1


35.2


34.4


34.1


Solde budgétaire global


-8.4


-6.8


-9.6


-11.9


-7.2


2.1


-6.6


-6,7


-6,7


-7.0


-7.2


Financement banque centrale (flux)


11.6


16.5


4.9


0.0


2.3


0.0


0.0


0.0


0.0


0.0


0.0


Dette publique brute (hors garanties)


26,8


38.3


46,0


52,0


62,8


52,4


49.4


51,9


54,6


57,5


60,8


(En pourcentage du PIB hors hydrocarbures)


Solde primaire hors hydrocarbures hors dividendes de la banque centrale


-29,8


-32,6


-32,2


-29,9


-28,9


-25,5


-31,4


-26,4


-24,4


-22,6


-21,6


Bilan hors hydrocarbures


-24,8


-26,9


-28,1


-25,9


-24,5


-24,4


-31.0


-26,4


-24,4


-23,1


-22,3


Revenu


39,9


42,9


40,0


35,5


38,4


47,0


42.3


37,8


35,9


34.2


33.1


Hydrocarbure


14.3


18.2


16.2


12.1


15.2


27.4


22.1


17.8


16.0


14.4


13.4


Non-hydrocarbures


25,5


24,8


23,8


23.4


23.1


19.6


20.1


20,0


19.9


19.7


19.6


Dépenses (y compris prêts nets)


50.3


51,7


51,9


49.3


47,6


44,0


51.2


46.4


44.4


42,8


41,9


Dépenses courantes


30,8


33.4


29,7


31,5


31,7


30,0


36.3


33.2


32.4


31.3


30,9


Dépenses en capital


17.2


15.2


17.2


11.9


11.6


9.6


10.8


9.4


8.4


8.3


8.0


Prêt net


2.3


3.1


5.0


5.9


4.4


4.3


4.1


3.8


3.6


3.3


3.0


Secteur extérieur 2/


Solde du compte courant (pourcentage du PIB)


-13.1


-9.6


-9.9


-12.8


-2.8


7.6


2.7


-1,4


-3.1


-4.4


-4.9


Exportations, fob (variation en pourcentage)


19.0


19.1


-14,2


-37,9


75,9


58,0


-5,2


-11.3


-3.0


-3.1


-0,7


Hydrocarbures


20,0


17.2


-14,5


-39,8


70.2


61.4


-7.6


-14.3


-5.6


-6.1


-3,7


Non-hydrocarbures


-1.9


62.3


-6,7


-7.7


135,7


32.4


16.6


10.7


11.8


11.6


11.3


Importations, fob (variation en pourcentage)


-0,9


-0,8


-8.1


-20,4


5.4


7.6


15.2


5.8


2.1


2.1


1.6


Valeur unitaire des exportations de pétrole brut ($ US/bbl)


54.1


71.2


64,5


41,9


72.3


101.7


87,0


80,9


77,4


75,0


73.2


Réserves officielles brutes


En milliards de dollars américains


97,3


79,9


62,8


48.2


46,7


62,0


69,5


68.1


63.1


54,9


45.4


En mois d’importations de biens et services l’année prochaine


19.4


17.7


17.6


13.0


11.6


13.4


14.1


13.3


12.0


10.4


8.4


Dette extérieure brute (pourcentage du PIB)


2.3


2.3


2.2


2.4


1.9


1.6


1.6


1.6


1.6


1.6


1.5


L’argent et le crédit


(Variation annuelle en pourcentage sauf indication contraire)


Avoirs extérieurs nets


-11.1


-15,8


-20,3


-14,9


-5,2


36.2


18.8


3.1


-3.1


-9.4


-14,4


Crédit à l’économie


11.9


12.3


9.0


3.0


-12.1


13.2


2.3


2.5


4.9


6.7


7.6


Monnaie et quasi-monnaie


8.4


11.1


-0,8


7.4


13.2


11.9


13.4


8.6


7.5


6.9


6.9


Articles pour mémoire :


PIB (en milliards de dinars à prix courants)


18 876


20 452


20 500


18 477


22 079


27 863


30 062


32 097


34 753


37 461


40 126


Croissance du PIB nominal


7.8


8.3


0,2


-9.9


19.5


26.2


7.9


6.8


8.3


7.8


7.1


NHGDP (en milliards de dinars à prix courants)


15 177


15 904


16 509


15 902


17 167


19 709


22 367


24 998


27 608


30 109


32 610


PIB par habitant (en US$)


4 080


4 119


3 953


3 322


3 669














Taux de change (DA pour US$)


110.9


116.6


119.4


126,9


135.3














TCER (variation en pourcentage)


2.4


-4,7


2.3


-4.6


-4.9














Sources : autorités algériennes ;
et estimations et projections des services du FMI.


1/ Y compris les entreprises publiques.


2/ En dollars américains sauf indication contraire.

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Vous pouvez répondre, au court sondage, en langue arabe.-

Partager sur les réseaux :

Voir en ligne : Algérie

     
Copyright

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?