Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > USA > L’inflation aux USA revêtue de la régression qui l’imprime.

L’inflation aux USA revêtue de la régression qui l’imprime.

Les pénuries des républiques bananières ont l’exemple du lait des bébés.

jeudi 14 juillet 2022, par Azouz Benhocine

Partant du constat d’une forte hausse de l’inflation, aux USA l’économie ne peut que subir du ralentissement. Ce qui advient tant que les ménages ne dépensent pas, cette doctrine déjà vérifiée. En se remettant de la pandémie, cette sortie est tombée dans le risque spéculatif qui est perpétuellement aux aguets. Les aides aux citoyens et entreprises américains vont à leur clôture, mais le "happy end" n’a pas l’air de maintenir le rôle de pivot que tenait la monnaie et l’économie du pays de l’oncle Sam.

Dernièrement nous avons mis en ligne 2 articles sur la Chine, sur particulièrement la perspective que le pays de Mao accède à la 1ère place des économies du Monde, position tenue depuis presqu’un siècle par les USA. Le constat du FMI sur l’état de cette puissance revient sur l’inflation explosive et la nouvelle donne, de post-COVID. Dans son dernier et récent rapport, datant du 12 juillet, sans relever l’installation de la bonne reprise, le rythme de cette immense nation s’essouffle. Est-ce définitif ?

Le modèle d’émergence économique de la Chine suivi par le Vietnam.
9 juillet 2022

Paradoxe de gravité, les politiques de la Fed (banque centrale) nécessaires, pour réduire l’inflation, puissent entraîner des coûts, à court terme, à sens contraire pour les ménages et les entreprises. C’est-à-dire peu de baisse. Il est difficile de réaliser un rétablissement de la stabilité des prix ou de dessiner les bases d’une forte croissance économique et d’un faible taux de chômage. Ces objectifs sont plus difficiles à concrétiser. Le graphique ci-dessous de la Banque Mondiale se limite à 2021 pour l’inflation s’arrête en 2020...

Afin de soutenir la croissance, à moyen et long terme, le gouvernement américain peut utiliser des mesures fiscales pour investir dans des réformes, visant à accroître la taille de la main-d’œuvre, à améliorer la productivité, à encourager l’innovation et l’investissement. Mais les pressions des détenteurs de capitaux et des entreprises refusant les répartitions sont traditionnellement contraires, car ces catégories riches lorgnent à l’argent de l’Etat.

Inflation aux USA n’est plus prélude au désordre mondial.
17 juin 2022

D’ailleurs d’autres groupes influents qui bloquent la réforme de l’immigration vise à accroître la main-d’œuvre et à renforcer les compétences agissent sur d’autres plans, comme la garde d’enfants, l’éducation préscolaire et l’accès à l’enseignement collégial. Ils refusent aussi des crédits d’impôt qui aident les femmes, les minorités et les travailleurs à faible revenu à rejoindre le marché du travail. Ce qui accroît les disparités ayant déjà marginalisé des citoyens vulnérables et sans perspectives.

PIB réel, prévisions du FMI
Résumé du Tableau
2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026 2027
2.3 -3,4 5.7 2.3 1.0 1.2 1.8 2.1 1.9

Les effets du contexte mondial ne s’écartent pas de l’évolution de l’économie américaine, habituellement imbriquée avec les partenaires. Car ces facteurs l’affectent à l’instar des autres nations proches aux USA. Et comme rayonnante et émaillant ses échanges bien nombreux horizons, c’est l’Europe qui sera touché de cette crise. La guerre entre la Russie et l’Ukraine, la pandémie en cours et la possible récurrence des fermetures en Chine accentue une décadence incontrôlable.

En outre, plus l’inflation reste élevée longtemps, c’est aussi un signe de pénurie, avec l’indisponibilité des produits sur le marché des marchandises, comme pour le lait pour bébés. Ce qui rend le risque des anticipations seront les augmentations des prix, ce qui se répercute ensuite sur les salaires et les prix. Ce cycle pousse la Fed, qui se réunira les 25 et 26 juillet, à prendre des mesures pour faire baisser l’inflation, en augmentant les taux d’intérêt.

Les 6 conditions pour que la Chine soit 1ère puissance mondiale.
26 juin 2022

En si les salaires sont élevés, pendant lors d’une période plus longue, la croissance se réduira et l’inflation en profitera de ces revenus dépensiers. Ce qui conduirait, en conséquence, à une hausse du chômage. La FED a déjà augmenté ses taux directeurs de 1,5 % jusqu’à présent cette année et devrait les augmenter encore de 2 ou 2,5 % dans les mois à venir.

Ce graphique que l’endettement public s’arrête en 2020, année du COVID, donc ça a continué...

Cette idée que les salaires poussent les prix à la hausse est ancrée dans nombreuses économies. En faits réels, les rétributions du travail augmentent beaucoup plus lentement que les prix qui sont dans leur infernale montée spéculative et inflationniste. Ce qui signifie que les efforts de la Fed pour bloquer les gains salariaux et va crescendo en ralentissement de l’économie.

Quelque soient les mesures politiques qui freinent la croissance des dépenses de consommation à environ zéro d’ici le début de l’année prochaine, allégeant ainsi la pression sur les chaînes d’approvisionnement, les orientations macroéconomiques sont improbables. D’ici fin 2022, l’horizon s’éclaircira.

Dans le même temps, la hausse des taux hypothécaires réduira les prix des logements, qui ont fortement augmenté pendant la pandémie. Enfin, le ralentissement de la demande fera grimper le chômage à environ 5 % d’ici la fin de 2023, ce qui devrait faire baisser les salaires. Le plein-emploi est plausible cependant...

La réserve fédérale "FED" compte atteindre l’objectif, à moyen terme. Elle fixe que dans un an ou au plus 3, la montée des prix restera en marche de 2 %. Pour qu’une autre reprise, que celle post-COVID, soit plus animée d’espérance que le contexte mondial ne semble, pourtant, pas la permettre, il faut des mesures politiques. D’ici fin 2023, ce cycle d’un marché plongé dans l’inflation, parce qu’il demeure exposé aux pénuries à multiples facettes, dégagerait une vision d’apaisement ou d’aggravation...

L’inflation touche les coûts de tous les biens et services, rares exceptions...


Voir en ligne : USA - Etats-Unis

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?