POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques   COVID-19.   ICI Vérifions.  Follow argotheme on F6S

Accueil > International > Les drones turcs en Libye suscitent inquiétude à même l’ONU.

Les drones turcs en Libye suscitent inquiétude à même l’ONU.

Lanceurs d’alertes pour les technologies de guerre, lire rapport.

samedi 5 juin 2021, par Rebel Kazimir

Des armes létales, frappant en toute autonomie, ont été sûrement utilisées en Libye. Les experts disent qu’il est trop tard, elles ont été utilisées, d’une manière qui suscite plus de recherches pour connaitre plus de détails, si contre des humains, elles ont fait des victimes.

L’OTAN s’est engagée encore fois dans des atrocités auxquelles l’ONU tente de réponde. Cette dernière continue de discuter sur l’encadrement ou l’interdiction des armes autonomes, mais sans succès jusque-là. Un de ses membres, la Turquie, a créé un précédent avec l’utilisation de ses Kargu-2 en Libye.

Chine & USA : les drones militaires et le rapport de force mondial.
22 septembre 2013

Un rapport présenté au Conseil de sécurité de l’ONU, en mars dernier, indique que des drones ont suivi et attaqué des humains en Libye. Le pays du nord-est africain pouvait avoir été un labo d’expérimentation d’engins de guerre dont on ne pas la provenance, les investigations sont lancées.

Les enjeux technologiques sont plus encourageants à ces essais de nouveaux d’arsenaux, que susceptibles de freiner le glissement, encore de plus rapide et anonyme, vers des conflits plus dévastateurs et engageants moins d’humains sur les champs des batailles.

La course aux armements pilotés d’IA (Intelligence Artificielle) ne serait pas convenable pour l’humanité, mais il est bénéfique aux lobbys qui ont une influence prépondérante comme à Washington. Créer de nouveaux outils, prétend ira pour ne pas tuer plus de personnes. Et par conséquent son effet sur la planète, comme tous les conflits, n’est à démontrer.

Les drones , une nécessité sécuritaire urgente, pour l’immensité de l’Algérie.
mercredi 9 janvier 2019

Rapport final du Groupe d’experts sur la Libye créé par la résolution 1973 (2011) du Conseil de sécurité

Les appareils sont soupçonnés être de « l’opération PEACE STORM » (TEMPÊTE DE PAIX), qui a vu des véhicules aériens de combat sans pilote (UCAV) utilisés contre les forces affiliées à Haftar. L’ex-premier-ministre libyen Fayez al-Sarraj est indiqué être derrière ces faits déroulés le 27 mars 2020.

A maintes reprises la communication du maréchal de l’ancien officier de l’armée libyenne qui dirige des groupes réfractaires à l’est du pays, a signalé avoir abattu des drones d’origines turque et a présenté des débris particulièrement précis de ces outils de guerre.

C’est l’un des scandales qui n’a pas encore eu des répercutions visibles sur la présence de la Turquie, ainsi que de la Russie et des autres ingérences arabes notamment, sur cette zone du Maghreb. L’attaque, qu’elle ait fait ou non des victimes, n’est pas bien accueillie par les militants contre l’utilisation de "robots tueurs" .

Le rapport, dont nous vous donnons une copie originale en langue française, n’a pas précisé s’il y avait eu des victimes ou des décès liés à l’attaque. Le document final a été délivré par le Groupe d’experts sur la Libye créé par la résolution 1973 (2011) du Conseil de sécurité. Et qui est habilité exclusif devant les instances internationales.

Des drones du Yémen compliquent l’ingérence de l’Alliance de l’Arabie Saoudite.
jeudi 29 août 2019

Et bien qu’il note que les drones ont été "très efficaces" pour aider à infliger des "victimes importantes", précisément aux systèmes de missile sol-air Pantsir S-1 attribué à l’ennemi Haftar, il n’est pas encore dit qu’il y a causé des pertes ou dommages humains.

Il est parfaitement possible que le premier humain ait été attaqué ou tué par un drone exploité par un algorithme d’apprentissage automatique, serait ce cas sur lequel des enquêtes sont lancées par diverses manières, dont des médias indépendants notamment ceux qui couvrent et commentent les faits libyens.

Selon le rapport, «  Les unités n’étaient ni entraînées ni motivées pour se défendre contre l’utilisation efficace de cette nouvelle technologie et se retiraient généralement dans le désarroi…  ». Il est clair que par ce passage, ce sont les parties visées qui sont montrées comme cibles.

Il décrit une attaque ainsi : «  Une fois en retraite, les opposants ont été soumis à un harcèlement continu de la part des véhicules aériens de combat sans pilote et des systèmes d’armes autonomes meurtriers, qui se sont avérés être une combinaison très efficace.  »


Voir en ligne : Libye - Turquie

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.

Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Soutenir par un don