Accueil > International > Grands événements : Gigantisme de l’inattendu. > Israël exclu du 32é sommet de l’UA, la délégation sortie par les vigiles.

Israël exclu du 32é sommet de l’UA, la délégation sortie par les vigiles.

La réaction offensive de l’Afrique du sud, envers les intrus, avant que s’ouvrent les assises.

mercredi 22 février 2023, par Gros Emile

L’échec israélien d’être membre observateur de l’UA (Union africaine) en 2023, a été déjà appréhendé dès l’année dernière. Alors que la demande a été formulée auparavant en 2021. Depuis cette dernière date, un lourd dérangement a été ressenti au sein de l’organisation continentale au sujet de cette accréditation. Précision majeure, les Palestiniens ont déjà un statut d’observateur auprès de l’instance. Et ont demandé obstinément ce retrait.

L’Afrique du Sud et l’Algérie ouvertement et quelques autres pays plus timidement, s’opposent à la présence de délégation de l’Etat hébreu dans les réunions de l’UA. Ce qui a été fait lors du 32 sommet est un retrait opéré par les vigiles des lieux.

L’Afrique est, depuis 30 mai 2019, la plus vaste zone de libre-échange dans le Monde.
31 mai 2019

Les médias et les pays qui soutiennent la spoliation du peuple palestinien de sa terre ont donné peu de réactions. Alors que ce fait n’a été montré ou cité par la communication des différents supports de presse, habituellement actifs pour venir en aide au colonialisme en Palestine.

Les soutiens de la présence israélienne au sein de l’UA, comme le Maroc et Rwanda, peinent à se faire entendre. Et depuis des mois, voire des années, cette intrusion a été aussi désignée en adhésion. Mais par sa fausseté elle a été démentie mainte fois auparavant. Lors du dernier conclave s’est donc, dès l’ouverture des assises, démontrée l’expulsion de la délégation israélienne.

Le sommet de l’Union africaine est depuis 2002, année de sa mise en place, comme conférence des hauts responsables du continent. La participation des présidents ou monarques des 55 Etats, sinon des chefs du gouvernement est constamment actée. Cette fois, il est plus question de concrétiser l’Accord de libre-échange continental africain (AfCFTA), voire accélérer sa mise en œuvre.

Zone de libre-échange en Afrique, l’outil des distances étendues.
28 septembre 2020

Nous avons publié un article pour expliquer le "AfCFTA". Les nations africaines n’échangent actuellement qu’environ 15 % de leurs biens et services entre elles. L’accord de libre-échange vise à augmenter ce chiffre de 60 % d’ici 2034 en éliminant presque tous les droits de douane. Mais du fait de la faiblesse des infrastructures que la Chine s’engage à réaliser, comme les ports et les autoroutes, freine cette louable perspective.

C’est l’un des plus vastes forums qu’on peut classer après l’AG de l’ONU, du fait du nombre de pays. Le dernier qui s’est tenu le 18 et 19 février 2023, à Addis-Abeba, peut être considéré historique d’après les événements qui s’y sont déroulés. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a pris la parole, samedi 18 février 2023, et a exhorté les dirigeants africains à "agir pour la paix".

Même s’il avait pour points principaux de son ordre du jour, les violences meurtrières au Sahel et en République démocratique du Congo ainsi la dynamisation de la zone de libre-échange continentale, il a changé de cap. Il a pris la tournure de se pencher sur l’économie, la crise mondialisée oblige à aller à cette urgence. Puis il fallait régler la question de la présence d’Israël…

Dès l’ouverture du sommet, il a eu l’expulsion d’un haut diplomate dépêché par l’Etat hébreu pour assister en tant qu’observateur. L’acte de rejet a été imputé, par Tel-Aviv, à l’Afrique du Sud et à l’Algérie, deux nations clés du bloc des 55 pays. Mais aussi l’Iran a été aussi indiqué par les chancelleries et médias proches d’Israël.

1 milliard $ de soutien à la transformation numérique pour l’Afrique de GOOGLE.
8 octobre 2021

L’année dernière, le même sommet de l’UA a suspendu un débat sur l’opportunité de retirer l’accréditation à Israël comme observateur. Mais rien n’a été décidé. Ce qui a créé un comité pour traiter la question, mais l’ordre du jour n’a pas été précis et n’a pas dit si cela serait discuté cette année.

En dehors de cet événement de l’éviction des représentants d’Israël, les tractations pour obtenir des cessez-le-feu au Sahel se sont avérées vaines. Alors que pour l’est de la République démocratique du Congo, où les rebelles du M23 se sont emparés de pans de territoire, c’est une querelle diplomatique entre Kinshasa et le gouvernement rwandais, accusé de soutenir les rebelles, qui a été entendue.

Un responsable de l’UA a déclaré que la personne à qui on avait "demandé de partir" n’avait pas été invitée à assister à la réunion. Il s’agit bien sûr des diplomates israéliens. La percée espérée en 2021, via des pays soutenant l’Etat hébreu, n’a jamais été acceptée. Alors qu’avançait une prétendue adhésion que même la géographie du continent la rendait caduque.

Le Mali, le Burkina Faso et la Guinée, gouvernés par la junte, ont été suspendus de l’UA. Ils n’ont pas participé au sommet du week-end, 18-19/02/23. Leurs diplomates à Addis-Abeba sont venus demander leur réadmission. Les acquis démocratiques durement acquis sont en train de disparaître en Afrique du nord et ailleurs.

Par ailleurs, de lourds problèmes frappent l’Afrique et attendent d’être abordés par des solutions. Le temps de s’occuper des différentes situations n’est pas encore arrivé. Bien des urgences, comme la sérénité du travail de l’UA, doivent être rapidement traitées et ce qui a été réalisé. Des populations menacées de famine dans la Corne de l’Afrique frappée par la sécheresse, en est aussi cette catastrophe appelant à la solidarité.

Partager sur les réseaux :

Voir en ligne : UA & Afrique

     
GNU GPL

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?