POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La meilleure université du Monde devant la justice pour discrimination...

Qui peut encore croire que l’intelligence est préservée des dérives et disparités ignobles ?

jeudi 6 septembre 2018
par jaco


C’est la rentrée scolaire, le sujet de l’accès aux écoles a de l’intérêt pour tous. Les familles s’adonnent à de vraies joutes et batailles pour faire admettre leurs enfants dans les prestigieuses écoles. Contrairement à ce qui est à tort compris du prestige des grandes écoles et centres universitaires, l’accès, aux élèves étrangers ou ressortissants de communautés discriminées, est difficile. Aux USA c’est un standard attaqué par la fameuse "discrimination positive". Mais pratiquement le sentiment d’exclusion est vraiment ressenti par seul celui mis à l’écart.

Voir en ligne : Notre dossier USA ou Etats-Unis

Si les critères de sélection sont rigoureux en matière des capacités et du niveau, du prétendant à une nouvelle inscription, les autres tests sont pourtant aléatoires et incontrôlables. Et ça dès qu’il s’agit de perceptions laissées à l’appréciation des membres des jurys et autres commissions, comme la personnalité, qui avalisent aussi l’acceptation d’un étudiant.

La communauté asiatique aux USA, après celles des afro-américains et latinos, est maintenant en ébullition. Elle croit que les inscriptions pour ses descendants sont difficiles, voire fermées, dans certains lycées renommés de New-York. D’autres campus, comme Harvard (fondée 1636), à travers les Etats-Unis, appréciés pour la qualité de leurs études, sont dans le collimateur de la justice, suite à des actions des asiatiques.

- Le classement des universités arabes : se situer dans le Monde actif 18 mai 2017

En occident les discours politiques sont scandés, sans honte ni retenue, de manière à donner priorité à certains plutôt à certains qu’à d’autres. Ils sont attribués, comme en France, à l’extrême droite qui, de sa xénophobie, alimente les haines envers d’autres citoyens reconnus principalement par leurs noms. Bien sûr c’est pour passer en premiers les locaux, les noms à consonance étrangère et la couleur des yeux ou de la peau permettent d’exclure...

Nous avons suivi, dans quelques-uns de nos articles, les classements des établissements universitaires dans le Monde, lire ICI. Chaque fois nous reprenons avec les instituts qui établissent la solennité qu’Harvard, avec pas moins de 70 de ses anciens disciples ont été consacré par le prix Nobel, tient le haut du pavé. Ce n’est pas nouveau, l’accès aux études supérieures est sélectif et d’où sont décalés des étudiants d’origine allochtone…

La discrimination raciale dont se plaignent souvent les étrangers dans les pays occidentaux se répercute aussi sur leur descendance qui accèdent à la citoyenneté administrative, mais ne se traduisant pas en égalité des droits. Le ministère de la Justice, par la voix du procureur général, qui a reçu le recours, a déclaré que les décisions d’admission d’Harvard sont contraires à la loi en vigueur.

Le dossier de la plainte d’un groupe de défense des droits, pour étudiants asiatiques-américains, a déposé auprès du tribunal fédéral à Boston la plainte qui a été admise pour procédure. Les services d’Harvard avaient mené leur enquête interne sur ces allégations concernant les politiques d’admission en 2013 et a constaté le parti pris contre les candidats américains d’origine asiatique. Mais les résultats n’ont jamais été rendus publics, car ils agiront négativement.

- Si l’université est malhonnête, quelle crédibilité pour les diplômes d’Algérie ? 15 novembre 2016

Students for Fair Admissions a mis en ligne un formulaire (consulter ICI) pour que les étudiants croyant être exclus, pour qu’ils s’inscrivent parmi les plaignants. Ce groupe actif pour cette controverse accuse Harvard de toujours juger les candidats d’origine asiatique plus faibles que les autres, sur des caractéristiques telles que la « personnalité positive ». Cette dernière est citée par le New-York Times sur le manque de ces qualités : sympathique, gentillesse et courage.

Dans un communiqué, l’université a nié toute discrimination, lire ICI. Une porte-parole a déclaré qu’il n’y a pas de surprise, étant donné que le département avait récemment abrogé les orientations de l’ère Obama sur la discrimination positive. L’université a jugé aussi utile de diffuser des statistiques ethniques (voir ICI) afin d’atténuer la colère.

La justice a de volumineux dossiers pour plusieurs écoles américaines des plus en vue. Et elle regarde méticuleusement les tests établis en décalage avec les admissions des élites sur bases justifiées. Bien sûr aux Etats-Unis l’argent joue son rôle, Harvard est une école privée, appartenant à une ligue d’établissements de scolarité très appréciée. Elle a tenté par toutes les méthodes de garder secrètes ses règles de recrutement des élèves. Ce qui vaut qu’elle les cache !

Répondre à cet article