POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Zimbabwe, second pays d’Afrique à dépénaliser le cannabis, à qui le tour ?

Avantages ou inconvénients : l’utilisation illicite de la substance déjà trop répandue

mardi 1er mai 2018
par Gros Emile


"Africans a-liberate Zimbabwe" est dite par le rasta Bob Marley qui s’affichait souvent avec son joint de cannabis à la bouche. Il devait donc se réjouir de la décision. Ce pays vient de légaliser cette drogue dite douce. Le continent africain, déjà l’un des plus grands producteurs mondiaux de marijuana et de cannabis, a un marché non-négligeable pour ce produit. Il est évalué à 80 milliards de dollars par an, selon des experts qui suivent l’une des plus vieilles pratiques humaines, frappée d’interdiction au début du 20è siècle et dont la convention unique sur les stupéfiants date de 1961....

Au Zimbabwe, la marijuana était jusque là tolérée en petites quantités pour soigner l’asthme ou l’épilepsie. Dans ce pays la production et l’utilisation de grandes quantités, de cette plante aux, effets effets psychoactifs et médicinaux, étaient punies de peines allant jusqu’à douze ans de prison. La dépénalisation une opportunité de soulever le cheminement d’une nouvelle donne suivie partout.

World-cannabis-laws.png
Par Multiple Authors — Sources shown in list below., CC BY-SA 3.0

Lois mondiales sur la possession de petites quantités de cannabis.

  Légal ou essentiellement légal
  Illégal mais décriminalisé
  Illégal mais souvent inappliquées
  Illégal
  Aucune information


Un débat mondial est installé sur la légalisation du cannabis. N’y participent que les sociétés qui sont tentées par un regard lucide des problèmes de jeunesse ainsi que de santé publique et aidées par les scientifiques. Pendant que sommeillent conservateurs, plusieurs types d’exploitation de cette drogue, que certains scientifiques osent désigner par "l’herbe qui fait rire", sont officiellement libres ou proposées à une meilleure appréhension ou bien déjà en place pour juguler la délinquance.

Les dépénalisations avancent mais restent toujours encadrées. Un seul pays, l’Uruguay, a autorisé l’usage du cannabis dans un cadre privé et devenu accessible en pharmacie depuis juillet 2017. Cette économie connaît actuellement un engouement pour une exploitation généralement médicinale et scientifique.

Au-delà du cas des Etats-Unis, d’où on n’a pas lésiner sur les informations des 8 contrées qui ont institutionnalisé l’usage. Ailleurs, y compris au pays de l’oncle Sam on s’attarde à franchir la pas, voire l’interdiction induit de lourdes sanctions. Alors que la tolérance continue son expansion, mais toujours avec des arsenaux de législations qui font la vraie différence entre les peuples de la Terre.

Les toutes dernières ouvertures ou évolutions, le Pérou, en novembre 2017, la Grèce en mars 2018, ont autorisé la consommation de cannabis à des fins thérapeutiques. En Afrique d’abord c’était le Losotho qui, en septembre dernier, devint le premier du continent à légaliser la culture de la marijuana.

Lors de la même année le Swaziland, le Ghana, le Malawi et le Zimbabwe avaient prévu de faire le pas. Le dernier, parmi les cités, est devenu le second Etat du même continent, depuis le 28 avril 2018, à autoriser pour la recherche et l’usage médical cette catégorie de drogue. La légalisation de la production sur son territoire de cannabis à des fins médicinales ou scientifiques est mise en place.

Infographie: Les villes où le cannabis est le plus et le moins cher | Statista Vous trouverez plus de infographies sur Statista

Répondre à cet article