POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Le sursaut économique au Royaume-Uni du post-Brexit

La plus forte croissance, des pays du G-20, en 2016 gagnée de la sortie de l’UE

 

mercredi 5 octobre 2016, par Gros Emile

Contrairement à ce qui a été prédit les données de prévision montrent que les usines de Grande-Bretagne bénéficient de la chute de la livre sterling depuis le référendum de Juin. Un fort rebond économique au cours des deux derniers mois, s’avère encourageant et met le secteur des PMI en voie de fournir une nouvelle contribution positive au PIB au troisième trimestre. L’optimisme bat son plein et les conséquences du Brexit sont plus reluisantes que comme elles étaient annoncées par les analystes et les instances internationales comme le FMI.

Voir en ligne : Notre dossier : UE - Union Européenne

Sur le Brexit, les médias traditionnels ont tout fait pour faire oublier que le précédent premier ministre anglais, David Cameron, s’est fait élire, en se substituant aux travaillistes, sur la promesse d’organiser un référendum sur l’appartenance du royaume britannique à l’UE. Promesse tenue, l’Angleterre quitte le bateau des 28 pays du vieux continent et l’initiateur du vote suite sa logique de passes le témoin à son successeur, du même camp, qui a assumé publiquement la sortie par la grande porte.


- "Brexit" ou pas, être ou ne pas être, c’est la question ? 18 février 2016

C’est une preuve que l’Union Européenne avec sa version ultralibérale actuelle est rejetée par les populistes, mais aussi certainement plus largement par les masses de populations ainsi que les gauches qui réfutent son orientation ultra-capitaliste et servile au grand maître des USA. Les médias traditionnels avaient prédit comme conséquence l’effondrement de l’économie britannique, mais c’est aussi l’alimentation des peurs habituelles qui ont créé plusieurs guerres.

Le Fonds monétaire international vient de prédire que le trop de pessimisme économique pour le Royaume-Uni, sera cette année démenti. Au contraire il est plus acceptable et aucun krach financier post-vote-Brexit, en effet le pays aussi la plus forte croissance du G7 principaux pays industrialisés. Les prévisions annuelles sont tombées, alors le 31 décembre est encore loin de tout un trimestre, la croissance est de 1,8% en 2016, le choc du référendum sur l’appartenance à l’UE n’existe pas.


- Un spécialiste de la Mafia indique l’Angleterre, pays le plus corrompu du Monde 4 juin 2016

Ces mêmes présages disent que l’expansion de l’an prochain serait de 1,1% présentées comme inférieure, alors qu’elle devrait dans le même sillage de 2016 encore meilleure. En outre la division inégale des fruits de la croissance du passé, qui a à elle seule causé les 52 % de oui à la sortie de l’UE le 23 Juin, après 43 ans de l’adhésion de la Grande-Bretagne à l’union continentale, peut montrer que le Brexit n’est pas un échec. La monnaie anglaise à son plus bas niveau est devenu un bienfait qui encourage les exportations.

La croissance inférieure à la normale au niveau mondiale qui était soutenue par la Chine qui vire au ralenti, a des risques de se perpétuer. C’est une tendance qui s’affirme chaque jour avec la mauvaise répartition des richesses. Or cloisonner l’économie, à l’encontre des malheurs inélégants du train de vie au niveau du Mode va plutôt livrer une meilleure flexibilité et des initiatives locales plus encourageantes. En de coopération avec les nations étrangères, le Brexit constitue déjà un exemple de sauvetage face aux déchaînements politiques négatifs.


- L’islamophobie prend de l’ampleur au Royaume-Uni 28 mai 2013

Partout, dans le monde, des mesures commerciales protectionnistes ont été à la hausse après le Brexit et elles s’accélèrent. La forte dépréciation de la livre, après le vote est maintenant qu’un souvenir et est globalement contenue, selon les analystes du FMI. Les visées de croissance et l’appétit pour la prise de risque ont largement récupérées les pertes de la chute initiale. Le rebondissement après la forte chute de Juillet, les dépenses dans les magasins, la consommation locale, a poussé à une bonne perspective.

L’ensemble des entreprises britanniques ont déclaré que la production a progressé, à un rythme le plus rapide depuis mai 2014, qui ont actionné le secteur des biens de consommation. Et la création d’emplois a été liée à de nouvelles exigences, une croissance dans l’ordre du lancement de nouvelles gammes de produits qui ont attiré une clientèle plus sereine désormais. Dans ces deux créneaux, c’est plus forte croissance depuis plus de deux ans, constatée depuis deux mois. En mars prochain le Brexit sera effectif, les discours qui disaient que c’est une affaire de plusieurs années et au minimum 2 ans restent peuvent attendre pour rien...

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT