POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Un grand chanteur religieux tué dans un attentat au Pakistan



Ramadan au pays où se réfugièrent Ossama Benladen et le Mollah Omar


mercredi 22 juin 2016
par Hugo Mastréo


La mort d’un artiste pakistanais connu pour ses chansons religieuses, comme le "maddih edini" (vénérant les vertus de l’islam) en Afrique du Nord, a mis en émoi tous ses adeptes qui se situent en Inde et au Pakistan. Il a été visé par deux criminels, en plein de mois de Ramadan, ce qui dénote aussi l’atmosphère quasi permanente que vit son pays, le Pakistan, depuis que Muhammad Zia-ul-Haq a commis un coup d’Etat en 1977 et a imposé les islamistes dans les affaires politiques...

Voir en ligne : Notre dossier : Pakistan

C’est en Algérie que les mois de carême pendant la « décennie rouge et noire » ont été les plus sanglants. Après l’Afghanistan, s’est déclenchée dans ce pays d’Afrique du nord qui est, en 2016, sur le point de vaincre la bête immonde, l’hécatombe dont l’ampleur augmentait pendant le Ramadan. Depuis des années, c’est au Pakistan et en Irak que la sauvagerie des attentats est des plus violentes ces dernières temps.


- Pakistan : la blogueuse Malala Yousafzai blessée par balles 10 octobre 2012
- Les livres scolaires réécrits au Pakistan, pour calmer les islamistes 31 octobre 2014

Aujourd’hui, mercredi 22 juin, le chanteur Amjad Sabri, très célèbre pour ses chants religieux a été abattu par deux hommes qui circulaient à moto à Karachi. Il est connu, ainsi que plusieurs membres de sa famille par ses prestations en Qawwali. Ces derniers se classent en deux groupes : les hamd ou manqabat qui sont des chants dévotionnels dédiés à Allah et les ghazal qui sont des chants profanes qui célèbrent le vin ou l’amour.

Âgé de 45 ans, il était avec deux autres personnes dans une voiture, roulant dans le quartier de Liquatabad de la ville portuaire, quand les tireurs les ont atteints. Lui et ses compagnons ont été gravement blessés et déclarés morts quand des secours les ont acheminés à l’hôpital.

Fils d’un célèbre chanteur, Ghulam Farid Sabri, du même genre musical, le « Qawwal ». Leur famille est renommée dans le sous-continent pour ses contributions à cet art de poésie mystique et religieuse, vénérant l’islam ainsi que ses préceptes et ses prophètes (hamd ou manqabat), ce qui le différencie des autres artistes dans ce style.


- Pakistan : là où l’islam des ténèbres exclut les femmes 28 août 2013
- A partir de l’Inde, Al-Qaïda attaque la marine pakistanaise 13 septembre 2014

Malgré que les grands chanteurs de du Qawwal au Pakistan et en Inde sont Bhar Do Jholi Meri, Tajdar-i-Haram et Mera Koi Nahin Hai Teray Siwa, le défunt et ses frères ont eu un succès instantané avec le passé légué par leur père. De même avec la période du mois de Ramadan, il était en plein période d’intense activité aussi bien en Inde que Pakistan.

Le mois du ramadan est considéré la période de la piété, mais c’est aussi celle du déchaînement des malheurs divers, dont la hausse des prix alimentaires est la plus frappante. 30 jours où la terreur islamiste, dans son expression la plus barbare qui s’installe. Elle avalise le droit à la liquidation de ceux qui gênent le projet de la charia islamique. Les auteurs d’attentats créent le climat de peur qui tente de soumettre les populations au diktat de l’islamisme politique.


- Hamid Mir, influent journaliste pakistanais gravement blessé. 24 avril 2014
- Le nom insolite de l’ambassadeur pakistanais offusque les monarchies conservatrices du Golfe arabique. 22 novembre 2011

La situation que le Pakistan subit depuis des décennies est celle de l’admission des islamistes dans les centres de décision. Ce qui provoque une protection informelle des groupes terroristes locaux et internationaux. Ce n’est pas un hasard que Benladen, le chef d’Al-Qaïda, et le Taliban Omar soient morts au Pakistan, du fait des complicités des rouages et des militaires.

Répondre à cet article