POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


The Algerian : un film sur le terrorisme de cellule dormante et loup solitaire



Ben Youcef, du talent du troubadour naît la pertinence culturelle


mardi 11 août 2015
par N.E. Tatem


« L’Algérien » est un film qui retrace le destin d’un jeune appartenant à une cellule terroriste, dormante aux Etats-Unis. Il attend que l’ordre lui soit donné pour éclater une puissante bombe. Mais il découvre qu’il a la sensibilité que ses victimes, qu’elles sont comme lui. Mais pas les êtres qu’on lui a présenté, lors de son endoctrinement, comme ennemis. Elles ne méritaient donc pas qu’on leur porte l’acte pour lequel il a été préparé.

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie

Notre article sur l’éventualité que les islamo-terroristes s’emparent d’une Bombe atomique, ou bien même l’achètent avec la corruption comme du Pakistan, un pays où Benladen a été tué et le Mollah Omar était soigné pendant 2 ans avant de mourir.
- La promesse de la bombe atomique du Daesh prise au sérieux

Nombreux élogieux articles ont été écrits de sa diffusion, le 7 août 2015 aux Etats-Unis, au public. Cette œuvre née avec le cinéma indépendant, autonome des trusts financiers et surtout d’Hollywood, a été appréciée comme aussi un film d’auteur. Basée sur l’actualité, il se termine avec un épilogue d’entente culturelle entre les peuples. Quand on a idée de l’idéologie ultralibérale conquérante distillée par les films bénéficiant d’un marketing universel à coup d’encarts publicitaires, « l’Algérien » est une ode d’humanisme.

Des films dédiés à l’Algérie et son terrorisme que combat l’armée dans la solitude et la propagande des défenseurs des droits de l’homme protégeant des criminels.
- Algérie : le repenti primé à Cannes
- Algérie pour toujours : dans le titre d’un film pour la sensibilisation ?

Si d’une manière général ce genre de film égratigne aussi et surtout l’obscurantisme qui déroute l’islam, il essaie aussi de mettre en exergue que les peuples sont divisés et mis en adversité par les religions. L’histoire se déroule sur les 3 continents, Europe, Amérique et Asie et aussi interpelle l’Afrique à travers l’héros, l’intitulé…

« L’Algérien » est un titre qui n’excuse guère à la nationalité du protagoniste de l’intrigue, l’algérienne, sa politique répugnante de vouloir domestiquer la bête immonde, de l’islamo-terrorisme, surtout de la manipuler contre les communistes, les femmes et les démocrates. L’idée des islamistes qu’une pseudo-envahissante culture occidentale fomente des complots, comme Boko Haram du Nigéria, à propos d’occident, incarne l’argument des sous-valeurs réactionnaires, chatouilleuses, virulentes et désuètes, en Algérie.

Un monstre du terrorisme qui veut éclater les USA avec une bombe nucléaire. Une organisation a réussi à s’en construire ou se procurer une machine à destruction massive. Mais Ali, comme Ali Lapointe de la bataille d’Alger, réalise qu’il n’avait pas raison... L’époque et l’environnement de violence auquel son pays a donné l’une des plus horribles et angoissantes hécatombes de notre ère, est visé par ce regard de filigrane culturel.

La réussite de tels spectacles dans les salles est comme encensé pour "l’Algérien", d’après la lecture de plusieurs précieuses critiques. Ce film qui a déjà raflé nombreux titres dans les festivals, pour ses acteurs.

Ben Youcef est la touche aussi qui se veut une fierté à une jeunesse algérienne qui délocalise, l’idée de la repentance pour adhérer au vivre ensemble. Il est aussi le scénariste de ce thriller politique de très facture, auquel il donne un message...

Cet acteur, fils d’un ancien diplomate, a déjà figuré dans des castings enrichissant de théâtre et de cinéma. Pour le 7ème art, il a été dirigé par Ridley Scott, Woody Allen et même Steven Spielberg dans « Munich ».

Petite bio de Ben Youcef : Né à Alger dans une famille de sept enfants. Cet Algérien se dit lui-même privilégié d’avoir été exposé à nombreuses cultures différentes et au contact des peuples. Son père a longtemps travaillé auprès de la représentation diplomatique d’Algérie en Arabie saoudite, où il vécut son enfance.

Puis il rejoint une école de théâtre en Angleterre, mais traverse l’océan. Il s’installe à Los Angeles, où il a passé deux ans dans la modélisation (mannequin) pour les principaux magazines et les annonceurs de New York.

Dans la ville de l’ouest des Etats-Unis, Ben Youcef a poursuivi une carrière d’acteur. Il a joué nombreux rôles au théâtre, au cinéma et à la télévision. Des prestations de niveau professionnel qui ont fait des réussites de diffusion.

Il officie souvent comme "muezzin" effectuant l’appel à la prière que se partagent le Centre islamique et le Service œcuménique pour la paix, en Californie. A laquelle assistent les musulmans, les chrétiens et les juifs. Ben est un partisan passionné d’unification de l’humanité pour la paix.

Le comédien Ben Youcef parle arabe, anglais et hébreu.

Un coup d’oeil sur Le site BIO reflète le parcours de l’artiste.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute ICI - MERCI

Répondre à cet article