POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Les Etats-Unis face au jeu de l’Arabie Saoudite et la Turquie en Syrie



Quand des régimes sunnites alimentent le grand terrorisme


mercredi 13 mai 2015
par Gros Emile


Décidée depuis longtemps, la formation militaire des opposants syriens, a été un certain entretenue par les monarchies arabes en Jordanie, mais il était impossible de vérifier si les combattants aillent rejoindre les différentes nébuleuses islamo-terroristes, après leur... Maintenant que le Daesh, né en Irak où il compte installer un sanctuaire, redouble de férocité et se bat en reflux, la question syrienne est désormais confrontée aux forces sunnites régionales, que sont la Turquie et l’Arabie Saoudite.

Voir en ligne : Notre dossier : Daesh - ISIS - EIIL - Daech

Ces deux puissances régionales agacent les Etats-Unis, on n’est pas encore arrivé à la rupture diplomatique. Les deux régimes tenant à l’islamisme, idéologique à Ankara et monarchique à Ryad, partagent le programme de former militairement 15 000 hommes de l’opposition syrienne, avec les Etats-Unis. Ce qui a été freiné entre 2011 et 2012, mais devient incontournable pour tous les géostratégies qui agissent dans le Moyen-Orient.

Nos articles sur la relation Turquie et Arabie-Saoudite avec le terrorisme.
- Enusra prend Iblid, nouvelle catastrophe humanitaire en Syrie
- Double-jeu de la Turquie envers le Daesh !
- Théorie du complot : amitié fantoche de l’occident avec l’Arabie Saoudite
- L’Arabie Saoudite derrière le terrorisme, Zaccarias Moussaoui rajoute une couche

Les USA, qui ont révoqué 500 candidats et n’ont gardé que 90 dans leur dernier programme de recrutements, comptent désormais les utiliser prioritairement contre les terroristes de l’Etat Islamique.

Alors qu’initialement c’était uniquement contre le régime, tel que le maintiennent l’Arabie Saoudite et la Turquie. Les Etats-Unis ont changé d’épaule à leur fusil, épargnent le régime syrien. Ce n’est pas le cas des deux traditionnels alliés.

Les premières armes américaines et les formateurs sont arrivés en Turquie au début du mois de mai. La base militaire de l’OTAN d’Incirlik, dans le sud, et la base turque Anatolie centrale de Hirfani, servent à l’entraînement les rebelles syriens « modérés », ceux choisis par les Etats-Unis.

L’Arabie Saoudite et la Turquie ont dépassé leur différend dans le soutien ou pas des « Frères Musulmans » destitués du pouvoir en Egypte, la première a soutenu le putsch attribué à Sissi et la seconde est sortie de ses gongs, dénonçant la volonté militaire de prendre le choix du peuple. Certains combattants syriens ont vu des effacements ou des réductions des aides américaines qui leurs étaient octroyés auparavant.

Mais côté Arabie Saoudite et Turquie les moyens militaires parviennent exclusivement aux islamistes syriens regroupés sur un nouveau label, le « Jaish al-Fatah », né en mars 2015. Ce dernier revendique des succès à Idlib et d’autres localités. Ces djihadistes se disent aussi contre Daesh [Isis], tout comme contre Bachar. Les Américains bombardent Daesh et ne s’intéresse plus au régime, et ce détail est le point de rupture des Etats-Unis avec leurs deux alliés régionaux.

L’Arabie Saoudite est déjà en guerre indirecte contre le chiisme du Yémen, est aussi en situation de garage avec les Etats-Unis qui ouvre des échanges et des pourparlers avec l’Iran. Les moyens que délivrent aux islamistes armés, les deux pays impliqués dans la crise syrienne traversent obligatoirement la frontière turque à l’instar des « djihadistes » qui affluent encore de part le Monde. Les Etats-Unis avancent un autre argument, du non-respect des droits humains par les combattants qu’elle retrouve sous la bannière des amis…

Source : Wikipedia.

Armée de la conquête Logo.jpg
«  Armée de la conquête Logo  » par Armée de la conquête. importer par MohatatouPage officielle sur Twitter. Sous licence marque déposée via Wikipédia.

Armée de la Conquête (en arabe : جيش الفتح ou Jaish al Fatah) est une coalition militaire présente en Guerre civile syrienne. Elle se compose de nombreuses factions rebelles islamistes syriens principalement actives dans le Gouvernorat d’Idleb, avec certaines factions actives dans le Gouvernorat de Hama et Lattaquié.

Ce groupe a été formé le 24 mars 2015. L’armée de conquête a pris la ville d’Idleb le 28 mars, quatre jours après sa formation. Durant la Bataille de Jisr al-Choghour, l’armée a pris la ville en seulement trois jours, le 25 avril 2015.

Composantes

- Front al-Nosra (جبهة النصرة).
- Ahrar al-Sham (أحرار الشام).
- Jund al-Aqsa (جند الأقصى).
- Liwa al-Haqq (Idleb) (لواء الحق في إدلب).
- Jaysh al-Sunna (جيش السنة).
- Ajnad al-Sham (أجناد الشام).
- Légion Sham (فيلق الشام).

Il est à noter que cette armée, « Jaish al-Fatah », a plus de 10.000 hommes, elle est essentiellement composée de Syriens.

Répondre à cet article