POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques  Nos sujets : COVID-19.

Accueil > International > L’affaire Tom Barack : lobbyiste pour EAU arrêté aux Etats-Unis.

L’affaire Tom Barack : lobbyiste pour EAU arrêté aux Etats-Unis.

L’ami de Donald Trump servait les intérêts de rois arabe qui se vantait.

jeudi 22 juillet 2021, par Azouz Benhocine

Voilà une affaire qui nous montre à quel point l’argent des EAU (Emirats Arabes Unis) peut corrompre et jouer l’effet abominable de ses ambitions dans les affaires internes de certains pays, y compris les puissances tels les Etats-Unis. L’affaire Tom Barack qui a éclaté le 20 juillet 2021 est une illustration des intrigues que les palais ne révoquent pas, que si les juges y mettent leurs doigts.

Selon l’acte d’accusation, Tom Barrack et deux hommes ont été inculpés mardi, après leur arrestation à Los Angeles et les autres à travers les Etats-Unis, pour avoir fourni des informations importantes et relevant du secret d’Etat. Né aux Etats-Unis de parents libanais, d’où son rapprochement avec l’émirat. Et il était déjà dans les hauts rouages et institutions.

Les arrestations continuent pour l’attaque du capitole aux USA.
7 juillet 2021

Le statut de conseiller extérieur principal de la campagne Trump et membre du comité d’investiture du candidat controversé, lui vaut d’être sous des poursuites, pour « faire avancer les intérêts des Émirats arabes unis et leur fournissent des renseignements… » Sa carrière va du cabinet d’avocats qui défendit Nixon au poste de sous-secrétaire adjoint du département américain de l’Intérieur avec Reagan.

Ses acolytes sont Matthew Grimes d’Aspen, du Colorado qui est son adjoint, et Rashid Sultan Rashid Al Malik Alshahhi, un ressortissant des Émirats arabes unis. Ils sont impliqués dans ce qui peut être plus un scandale politique qu’une affaire d’espionnage, présentant un risque géostratégique majeur. Les EAU ont recours à de tels pratiques pour faire avancer leur visions politiques et par des liens diplomatiques influencer les actions américaines…

L’intéressé aurait omis « … d’informer le procureur général que leurs actions ont été prises sous la direction de hauts responsables des Émirats arabes unis. » Donc effectuées lors de la campagne et quand Trump était aux hautes affaires. Et poursuivi pour obstruction à la justice et des déclarations mensongères qu’il aurait faites durant un interrogatoire avec des agents fédéraux en juin 2019.

La CIA exfiltre le geôlier de la prison Khiyam du sud-Liban.
mercredi 27 mai 2020

T. Barack était directement et indirectement en contact avec la haute direction des Émirats arabes unis, selon les accusations. La monarchie arabe a qualifié Alshahhi d’« arme secrète » pour promouvoir son programme de politique étrangère en Amérique. Barack est celui de tous les scandales, quand on sait que Nixon annonça sa démission de la Maison Blanche depuis le ranch Del Cielo qui est voisin du sien…

Ami proche de l’ancien président Donald Trump, il est gestionnaire d’une société financière de capitaux destinés aux investissements, « Colony Capital, Inc » proche des Saoudiens aussi. Les accusations fédérales, d’un tribunal fédéral de Brooklyn, à New York, disent qu’il cherchait à influencer la campagne et l’administration Trump, en agissant en tant qu’agent étranger des États-Unis.

Cette dernière, parmi 7 chefs d’accusation lui sont prononcés, devait être précisée et enregistrée par ses soins, en cas de d’apports étrangers sous toutes les formes possibles lors de la campagne. Cette allégeance est le principal reproche. Car aux Etats-Unis le lobbying est légal en toutes circonstances, y compris électorale, mais doit être déclaré.

Les Etats-Unis renouent avec le CPI, pour quel droit international ?
4 juin 2021

Une conduite alléguée dans l’acte d’accusation et est considéré n’est rien de moins qu’une trahison de ces fonctionnaires aux États-Unis, y compris l’ancien président, disent les juridictions qui le poursuivent. Outre l’entrave à la justice et de multiples fausses déclarations lors d’un entretien avec des agents fédéraux.

L’acte d’accusation rapporté par ABC-news précise que le principal accusé a fourni à des officiels émiratis des : « informations critiques et non publiques, à propos de l’évolution de l’administration, y compris des informations sur les positions de plusieurs membres haut placés du gouvernement américain par rapport au blocus qatari par les Emirats arabes unis et d’autres pays du Moyen-Orient.

Influencer, sous table et même publiquement, la 1ère puissance mondiale les USA est une prouesse. Les Etats-Unis pratiquent l’ingérence dans les affaires de plusieurs nations, y compris en les agressant avec des invasions militaires, tels sont les actes peu diplomatiques reprochés aux EAU (Emirats Arabes Unis).

Une éminence américaine qui s’adonne à un tel lobbying, arrêtée, est rare. Il est sous enquête avec un ressortissant émirati qui était cité comme un héros par les princes et les médias de la principauté arabe.


Voir en ligne : EAU - Emirats Arabes Unis

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don