POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Les Amazyghs du Maroc sous black-Out médiatique, silence pour la manifestation 2019



Le Makhzen et les Berbères, une vieille politique de rempart contre le peuple de la liberté !


jeudi 17 janvier 2019
par jaco


On connaissait le palais marocain comme corrupteur des journalistes et des médias et même des fonctionnaires de l’ONU, pour l’occupation illégale du Sahara occidental. Mais on découvre, avec le début de l’année 2019, que ces organes corporatistes et leur personnel passent sous silence le Sit-In des Amazyghs (Berbères) de la monarchie du Cannabis. Cette indiscrétion pour le Makhzen est aussi parmi ses bilans où le populisme s’empare même de l’islamisme pour partager le pouvoir...

Voir en ligne : Notre dossier Maroc

La société civile marocaine a tenté de faire entendre la dimension berbère dans l’identité locale, lors de la journée consacrée par le pays voisin. Soulignant l’attachement profond à la terre est aussi un hommage à ceux qui militent quotidiennement les libertés. Mr Adil Adasko, un dirigeant civil de la communauté "amazighe", a qualifié ainsi une manifestation passée sous silence.

Selon l’agence Reuters (lire ICI), qui n’est pas un titre de presse où une chaîne-TV dont le personnel obtient des séjours de tourisme gratuits au Maroc, les amazighs marocains ont improvisé un rassemblement, le samedi 13 janvier 2019. Il s’est déroulé dans la capitale marocaine, Rabat, pour protester, afin que le nouvel an amazigh soit officiellement reconnu.

- Nawal Benaissa, égérie du mouvement Hirak au Maroc harcelée par la justice 18 octobre 2018

- Normalisation entre Algérie & Maroc par où la liquidation du dernier colonialisme en Afrique 15 novembre 2018

La revendication « amazyghe » au Maroc s’est réveillé depuis 2011, avec ce qui les tentatives de démocratisation du Monde arabe. Où elle a occupé une place de choix. Les autorités ont adopté une constitution, qui porte la reconnaissance de « Tamazyght » comme langue officielle. Ainsi que le transfert d’un peu de son pouvoir à un gouvernement issue d’élection.

Le mouvement amazigh n’a pas absent dans les manifestations dans les des zones marginalisées du royaume marocain, que nous aussi rappelé ICI. Dans toutes les manifestations pour des nécessités et besoins économiques et sociales dans la région du Rif en 2016, l’année dernière et avant, dans la région du Souss, les berbères étaient largement présents.

Très peu de médias en ont parlé, notamment ceux de la monarchie du nord-ouest africain. Jugeant la manifestation minime, voire ce silence avec une connivence avec le Makhzen, les centaines de personnes qui se sont rassemblées n’ont pas eu de couvertures à leur sit-in.

Il y a une semaine dernière, 143 députés sur, les 395 du parlement, ont soumis au Premier ministre Saad Eddine El Othmani, une motion demandant que le nouvel an amazigh soit reconnu comme une fête nationale. Le déjà franchi par l’Algérie voisine n’a pas laissé indifférent. Le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a réagi que son chef, M. Othmani, planche sur la question.

Cette année, chez le voisin algérien, c’est la seconde commémoration officielle connue. Mais c’est le Maroc qui abrite la plus grande population "amazighe" ou berbère d’Afrique du Nord. Mais cela n’a pas consacré un mouvement de militantisme identitaire, comme à l’ouest où les faits de 1980, décliné en « printemps berbère » ont un écho en matière de droit de l’homme notamment.

- Le Maroc revient à l’UA après une éclipse de 33 années 2 février 2017

- Le dossier du Sahara occidental handicape l’essor du Maroc 18 juin 2017

Comme en Algérie, le Maroc a longtemps marginalisé la langue et sa culture berbère au profit d’abord de l’arabe puis du français, comme véhicule officielle de nombreuses résonnances. Ce qui donne lieu à un mouvement identitaire amazigh qui n’a cessé de gagner en influence.

Le premier jour de l’année du calendrier amazighe, sur lequel nous avons publié un article sur une censure en Algérien, est sa 2969ème année. Ce comptage particulier des ans est ancré dans les saisons et l’agriculture. Les historiens considèrent que c’est l’anniversaire de l’ascension du roi libyen Sheshong sur le trône d’Egypte.

Répondre à cet article