POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Culture et Arts : La critique, l’information et les sorties culturelles. > 2- LA VIE LITTERAIRE. > Vicieuse & nauséabonde caméra cachée pour l’escargot entêté

Vicieuse & nauséabonde caméra cachée pour l’escargot entêté

Après avoir averti, l’ARAV va-t-elle protéger le porte-voix du clan...

samedi 3 juin 2017
par Damien Djamel Bouch’Raf


A la veille du mois de ramadan 2017, nous avons publié le sujet sur la mise-en-conformité de 10 chaînes de télévision en Algérie. Notre sujet a soulevé, tout en mettant en exergues, les directives de l’ARAV, l’institution de régulation de l’audiovisuel. Elles sont spécifiques à cette période du mois de jeûne en Islam, où explose la supposée piété collective qui n’est autre qu’un massif endoctrinement islamiste.

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie

Le sujet de l’athéisme en Algérie n’était pas choquant, quand ce pays était placé à la pointe des mouvements de décolonisation. Après l’indépendance un socialisme spécifique était tolérant envers les convictions personnelles. Puis la religion, manipulée par le nationalisme réactionnaire, a créé une génération qui a signé la décennie de l’islamo-terrorisme où a été massacrée l’élite qui gênait les projets mortels, dont celui de la théocratie. Ce dernier relève de la mentalité rurale renonçant à la culture, que les chaînes TV, y compris publiques, alimentent...

L’ARAV (autorité de régulation de l’audiovisuel) mettait en garde, précisément, sur les émissions de caméra cachée, car elles sont plus des traquenards que des distractions à défoulement burlesques. Le sens de l’humour manquant, voire détourné pour le harcèlement, en a fait déjà des victimes, en heurtant bien des sensibilités et en profanant la vie privée. Le viol de la conscience est encore survenu, causant un choc que des animateurs vergogneux ont préférence de leurs proies.

Jadis, le mois du ramadan était une profusion culture où la gastronomie avait une place de choix. Les soirées étaient plus consacrées aux activités culturelles, sketches théâtraux et concerts musicaux prenaient le dessus. C’était le passé, mais maintenant la piété collective n’est autre qu’un massif endoctrinement islamiste. Voire une animosité envers l’urbanité et ses tolérances...

NOTRE ARTICLE SUR Rachid Boudjedra à Echourouk-TV
3 juin 2015

La génération de journalistes et d’animateurs des médias algériens qui ont découvert, il y a exactement deux années, lors d’un plateau d’Echourouk-TV (que nous avons commenté), que le doyen des romanciers algériens, Rachid Boudjedra, est athée, était perçue comme une découverte du siècle algérien. La bêtise de l’ignorance de la littérature du pays par ces "arabiseurs" est encore gravée...

Elle est à l’image de la frange de la population psychologiquement perturbée, par la quelconque théologie animée de cruauté. Celle qui a fait de ce pays, jadis dit-on était Mecque des révolutionnaires, un fief de la déshumanisation islamo-terroriste. Le déferlement de la médiocrité, via la langue arabe et ses promoteurs, n’a pas d’égal dans le rabaissement du niveau...

Mais c’est quand les dirigeants algériens ont cru que les arts étaient subversifs et les contestaient, que la religion et la langue leur on servi d’instruments à la fois de censure et de domestication des relents de l’intellection éveilleuse... Pendant le mois de carême, l’activité télévisuelle quête la distraction mais c’est surtout la revue de la croyance qui s’accroît désormais en cette période.

En effet les moments où les croyances des créateurs sont un point d’achoppement entre les deux sociétés contradictoires en Algérie. La mourante qui a son bras armé pour l’imposer, le terrorisme. Et celle tournée vers l’universalité où l’acceptation des libertés individuelles dépasse les dogmes. Mais l’hypocrite islamiste qui fait toujours ses condoléances quand une victime de l’intégrisme tombe a des caméras à le montrer plus saint...

L’affaire de la caméra-cachée d’Ennahar-TV avec Rachid Boudjedra, à la 1ère semaine du Ramadan, rappelle bien notre sujet. La tutelle avait prédit des dérives avec ce genre de production de facilité et surtout de piètre qualité, quand elle est réalisée par des bidouilleurs de la communication qui s’adonnent plus à une sorte d’ignobles pièges pour ceux qui, des personnages publics, ne sont pas dans la bienséance d’une société livrée comme une charogne à des affamées hyènes.

Mais ce n’est ni la faute à EnnaharTV dont l’amateurisme crédule de ses animateurs est insoutenable pour sa criarde médiocrité, ni la faute de l’auteur de « L’escargot entêté » et encore moins de l’autorité de surveillance, qui s’est toujours comportée en ouverte complaisance avec les médias qui légitiment le douteux pouvoir. C’est plutôt cette majorité d’Algériens qui a jubilent quand un journaliste, un homme de lettres ou une femme est jeté en pâture à la vindicte.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invité à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article