POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Congrès National de l’Opposition Démocratique de Syrie, 15-17 Avril à Genève

La Russie a déblayé le paysage diplomatique et le terrain de la guerre civile !

 

jeudi 9 mars 2017, par Azouz Benhocine

Le contexte s’y prête à une reprise des activités de l’opposition démocratique syrienne. Le mandat du haut comité des négociations créé lors de la crise et mis sous la coupe saoudienne a expiré en décembre 2016. Cette instance n’est plus habilitée à de quelconques pourparlers au nom de l’ensemble de l’opposition. Les travaux de la composante de Moscou est une instance consultative entre l’opposition et le pouvoir. L’instance du Caire est aussi inopérante, elle a été neutralisée par les efforts conjoints de l’Égypte et de la Russie. De surcroît M. De Mistura a refusé de rencontrer certains opposants, cédant aux pressions des monarchies agissant sur le terrain syrien.

Voir en ligne : Notre dossier : Syrie

L’évolution de l’opposition syrienne, est sa consommation nette du divorce avec l’islamo-terrorisme. Après l’avoir pris pour partenaire, il est devenu douteux, ses militants ne sont pas des anges ou des révolutionnaires. C’est avec le début de l’année 2017 que l’ambiguïté s’est levée, entre Syriens opposants convaincus de démanteler le régime dynastique de Bashar et les criminels de « l’Internationale Islamiste », soutenus d’une manière sectaire « sunnite-chiite » par les monarchies du Golf arabique.

Le 26 février 2017, M. Haytham Manna, porte-parole de la Commission arabe des droits de l’homme (CADH fondée en 1998) et co-président du Conseil démocratique syrien, a révélé qu’il y a 70 000 combattants étrangers en Syrie, dont plus d’un millier de français adultes. Et que c’est un préalable de les dégager. Ce qui constitue le paramètre essentiel pour la stabilisation du pays et la fin du conflit. Le président du Mouvement QAMH (Valeurs, Citoyenneté, Droits), s’adressait à Staffan de Mistura, l’émissaire de l’ONU pour la Syrie, qui se livre à un vain exercice de « cuire des cailloux », pour mijoter d’indigestes menus.

Inondée de la mobilisation des réseaux islamistes, où la Turquie et les monarchies arabes réactionnaires ont opté pour un changement de régime en Syrie, l’opposition démocratique syrienne a perdu le terrain local. Au sein du mouvement de révolte du « Printemps Arabe » déclenché en 2011 à partir de la Tunisie, des géostratégies diverses et antagoniques se sont aussi placées, certaines du côté du pouvoir et les autres s’en remettaient aux factions terroristes venues du Monde entier, y compris de pays occidentaux.

PDF - 884.4 ko
Communiqué du 06.03.2017 de l’opposition démocratique syrienne
En langue arabe. Nous avons décidé de tenir le Congrès national syrien le 15 Avril au 17 prochain, dans la ville suisse de Genève.

Dans un communiqué du mars 2017 que Populi-Scoop s’est procuré une copie, que nous vous donnons dans le document attaché à cet article, l’opposition syrienne a décidé de tenir un congrès national syrien le 15 Avril au 17 prochain, à Genève en Suisse. « … en vue de reprendre l’initiative et de faire entendre la voix du peuple syrien… » , tel est l’objectif annoncé de cette rencontre où prennent part les principales personnalités représentantes des courants démocratiques contestant le pouvoir en place et d’autres personnalités indépendantes.

Il est nécessaire de faire une mise au point capitale à propos de la composition de l’opposition syrienne qui depuis 2011 rejette à la fois le despote Bashar Al-Assad et les islamistes à la solde d’une nébuleuse de pays monarchiques arabes et soutenus par quelques occidentaux. Il s’agit des participants au congrès fondateur, tenu aussi à Genève les 29 et 30 janvier 2013. Ils étaient dès le début farouchement combattus, entre nombreuses chancelleries, par la diplomatie socialiste française, sous Laurent Fabius. A l’époque BHL, Bernard Henry Levy désirait organiser un forum à Paris, il lui a été refusé par les mêmes Syriens qui vont tenir cette rencontre.

Voici les personnalités syriennes qui ont appelé à la prochaine conférence. Ils reprennent l’initiative au moment où l’ensemble des tractations tombent dans une panne généralisée. Les principaux groupements de l’opposition : le groupement du Caire (Groupement de personnalités indépendantes militaires et civiles de l’opposition démocratique syrienne), la Coalition Nationale (tendance Turquie-Qatar) et le Haut Comité pour les Négociations (tendance Arabie saoudite), n’ont aucun rôle ni sur le terrain des combats. Et ni dans les avancées de contact entre pouvoir syrien et son opposition, conduites par la Russie.

- • Haytham Manna Cité au début de cet article.
- • Habib Haddad
- • Nouri Sheikhmous
- • Khalil Al Mahamid
- • Marwan Habbash Agbgar Maloul

Haytham Manna, universitaire et militant des droits humains, est chef adjoint de l’Organe national de coordination pour le changement démocratique et le représentant de l’organisme à l’étranger.

Haytham Manna

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT