POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques

Accueil > Nations & sociétés > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > écologie, planète, mer, sauvegarde, générations futures, avenir, verts, (...) > Les "climatosceptiques" aux USA neutralisent science et institutions.

Les "climatosceptiques" aux USA neutralisent science et institutions.

Tous les indicateurs sont considérés "Fake News" par les lobbys.

vendredi 10 janvier 2020, par Hugo Mastrèo

Ecouter l’article.

Le débat sur le changement climatique est des plus haletant entre croyance et scepticisme. Quand le locataire du bureau ovale est complètement impliqué dans le reniement, alors que des signes frappants, comme les incendies de brousses durent plusieurs mois en Australie, les discussions sont chaudes. Et les preuves ne manquent guère des deux côtés antagoniques. Et quand les légendaires "fake News" sont plus que répandues, l’opinion est vraiment déroutée.

Nous commencerons par vous montrer ce sujet dont la pertinence est maintenant de grande valeur, consulter ICI. Le scientifique David Packham a prévenu, il y a cinq ans, des feux qui ont duré des mois entre 2019 et 2019 en Australie. Son alerte n’a pas été entendue, voilà donc la reconnaissance de sa prévision. Les niveaux des feux de forêts ont empiré au cours des 30 dernières années en raison d’une "idéologie verte erronée"...

- Programme de 2020 : vénérer la science sans le cacher.
31 décembre 2019

Nous avons publié 2 articles, respectivement sur le devoir de respect des sciences et la surdité des politiciens envers le changement climatique. Mais les choses catastrophiques sont devenues plus rapides et imprévisibles, ce qui mérite davantage d’explications. Alors toutes les expansions des habitants de la planète s’accélèrent de leur côté privant la nature commune à tous du moindre répit.

La vitalité économique des nations, bien sûr satisfaisante quand elle répartie pour tous, résout nombreux problèmes des populations. L’accroissement du nombre d’habitants au niveau mondial est accompagné d’une industrialisation et avec une intensification des activités humaines. Il est impossible, voire inadmissible, de freiner cet élan de progrès. Cependant les conséquences s’alourdissent...

Ce qui altère l’atmosphère, pollue l’océan, réduit les disponibilités des terres, détruit la couverture de glace, modifie les écosystèmes et brise la répartition des espèces. Comprendre ces métamorphoses et d’autres changements mondiaux, y compris celui ayant trait climat, est essentiel à la santé. Les conséquences qui s’en suivent, sont attendues par les prochaines générations.

C’est en 1980 que les Etats-Unis ont pris au sérieux l’impact de la détérioration environnementale sur le changement climatique, la rendant une question posée à la science. Ainsi l’USGCRP a été créé, sous la tutelle directe de la Maison Blanche, en 1989. Il publie des rapports périodiques sur le climat mondial et ils seront produits en premier par cette nation à la fois rayonnante et malfaisante.

- Quand les politiciens méprisent la science du climat.
2 janvier 2020

Ce bureau, « United States Global Change Research Program », dont son site Internet ICI, est considéré comme l’autorité centrale, en matière de changement climatique dû aux effets humains et naturels sur l’environnement mondial. Mais cela n’empêche pas Donald Trump de lui tourner complètement le dos, malgré rattaché directement au cabinet présidentiel.

C’est aussi l’institution qui a été mandaté par le Congrès pour coordonner la recherche fédérale liée aux forces humaines et naturelles qui affectent l’environnement mondial. Au total 13 agences et ministères fédéraux mènent des recherches, sur les changements mondiaux qui ont un impact sur la société, sous son autorité.

De plus en plus de sceptiques et d’opposants informels s’attaquent à l’USGCRP qui l’accuse d’avoir truqué les données climatiques. En vain, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a couru dans tous les sens pendant l’année 2019 pour plaider l’élaboration des plans plus agressifs pour lutter contre le réchauffement climatique. Déçu avec les citoyens du Monde.

Malgré les manifestations du changement mondial, dont l’élévation du niveau des mers, l’acidification des précipitations, les vagues de chaleur et la sécheresse ainsi que les violentes tempêtes, inondations ainsi que les incendies de forêts qui représentent des risques croissants pour la vie, les biens et l’agriculture, la science de surveillance du climat n’est pas écoutée.


Voir en ligne : Notre RUBRIQUE

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.
Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Soutenir par un don