Accueil > International > Grands événements : Gigantisme de l’inattendu. > Conséquences du plafonnement du prix du pétrole russe sur les échanges.

Conséquences du plafonnement du prix du pétrole russe sur les échanges.

Guerre sur le front énergétique après des décennies, l’arme est production réduite.

dimanche 4 décembre 2022, par Rebel Kazimir

Le plafonnement du prix du pétrole russe n’est pas faisable pour le producteur, mais aussi irréalisable pour les économistes et impossible selon les spécialistes des échanges internationaux. Même en identifiant les méthodes de contournement pour les bloquer et en sanctionnant les intermédiaires dans les ventes, la probabilité de respect, d’une telle déterminée décision, est loin d’être envisageable.

Le marché mondial du pétrole est, depuis des décennies, en constante volatilité. Cet hiver 20022/23 un retour de la forte demande de la Chine, après la levée de la politique "zéro COVID", alors que l’offre est assez limitée, c’est la demande qui explose. Livré à une spéculation que le président français a dénoncé en visitant les Etats-Unis, le marché donne le tournis aux commerçants qui ont monopole sur un véritable trésor à forte plus-value. Ils accusent les politiciens de truquer l’offre et les prix, mais qui les croient ?

Paradoxe en Algérie qui interdit l’importation des véhicules diesel.
24 novembre 2022

Bien qu’il y ait eu très peu de signes d’une flambée, en dépit des troubles, des tarifs du pétrole et ses dérivés, certains analystes estiment que le marché est devenu incertain et coïncidant avec le commencement naturellement forcé de la saison hivernale. Les décideurs restent de marbre et complaisants envers la spéculation. Et même la diplomatie internationale réagit avec nonchalance de l’attaque, sous force d’opération de sabotage, du gazoduc de la mer du nord.

Face aux risques potentiels d’approvisionnement perturbé découlant des nouvelles sanctions et du plafonnement des prix de l’UE, l’impuissance devant les réactions imprévisibles des fournisseurs est encore plus sombre. Le désarroi autour du bienfondé, ou pas, du bornage des prix du pétrole qui s’étale à tous les clients du Monde est le présage de la nouvelle hégémonie. Il montre un marché incertain d’une part. Et de l’autre, il laisse croire que l’UE peut acheter du pétrole russe.

Les faits d’actualité et les crises qui plongent leurs sources dans les besoins en énergie ne se défait pas d’être la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Ce sont des problèmes de blés et d’inflation qui sont visibles, mais l’hiver s’installe en Europe. Et la réunion du groupe OPEP+, groupe de 23 pays, qui s’est tenue pendant 20 minutes le 4 décembre, a été scrutée comme plus que décisive. Elle maintient le cap, bloquant la production...

Le conclave des producteurs pourrait être une autre étape importante dans le négoce et les pourparlers sur les relations commerciales. Alors qu’un ordre mondial de l’énergie basé sur des décennies d’approfondissement des liens entre les producteurs et les consommateurs s’estompe, le marché s’attend à une saison instable et à la fois de relations conflictuelles.

Quels apports et intérêts des prétendants à être des BRICS ?
22 novembre 2022

La production américaine de pétrole brut a également dépassé 12 millions de barils par jour, le plus haut depuis avant le début de la pandémie de coronavirus, a indiqué l’EIA. Ce qui advient en remplacement aux fissures dans le rapport américano-saoudien dans un contexte précisément de la réorganisation des marchés pétroliers mondiaux.

La réponse à la pénurie de carburant et d’électricité d’autres plusieurs manœuvres sont plausibles. Dans le cadre du plan de plafonnement des prix, les navires seraient autorisés à accéder aux assurances européennes et britanniques à condition que le pétrole russe qu’ils transportent soit acheté au prix fixé dans les capitales occidentales.

L’UE et le Royaume-Uni dominent le marché de l’assurance pour les pétroliers et leurs méthaniers. Les livraisons dépassant le mercurial fixé par les pays consommateurs a pour but que les navires évitent des cargaisons à des prix plus de 60$ fixés. Les États-Unis craignent que les sanctions européennes n’entraînent une insuffisance et même effondrement de leurs propres approvisionnements envers l’ancien continent occidental. Maintenant les USA ont le marché à leur guise.

Ce qui ramène à une ancienne idée que les maîtres du Monde décident sans regarder les effets sur les capacités des autres nations dépendantes de la monnaie qu’elles n’impriment pas, est bien cette idée de plafonnement spécifiquement du tarif du pétrole russe. Elle ne s’applique pas aux autres fournisseurs. Mais les plus gagnants d’une pénurie et d’une hausse du prix de toutes les énergies sont les Etats-Unis. Comme fut pour le saccage à l’explosif des gazoducs de l’Europe du nord !

lors de la réunion de l'OPEP+Orchestration de l’Arabie Saoudite : réduction de la production de 2 millions de barils par jour à partir de novembre 2022, décidée en octobre, maintenue le 4/12/2022. - AFP | Getty Images.


Voir en ligne : pétrole, énergie, gaz

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?