Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > écologie, planète, mer, sauvegarde, générations futures, avenir, verts, (...) > "Blabla" & pressions sur COP26 par les pollueurs & producteurs des (...)

"Blabla" & pressions sur COP26 par les pollueurs & producteurs des énergies fossiles.

Des fuites sur des lobbyings pour le pétrole et le charbon ayant effet de changement climatique.

vendredi 29 octobre 2021, par Rebel Kazimir

La fuite révèle que les pays repoussent les recommandations d’action de l’ONU pour maintenir le réchauffement climatique à 1,5 degré. Ces interventions, quelques jours avant le sommet de Glasgow de la COP-26, ont pour source l’Arabie saoudite, le Japon et l’Australie. Elles tiennent aussi à modifier les rapports des scientifiques. Le sommet en Ecosse est un test de la mise en application de l’Accord de Paris, adopté en 2015, qui permet de dresser un premier bilan.

La plus frappante et lourde « Fake News » qui a été propagée largement au public en cette fin d’octobre 2021 est que l’Arabie Saoudite et ses alliés de l’OPEP se préoccupent du changement climatique, en organisant un forum à ce sujet. A pris part outrageusement l’incompétente et corrompue bureaucratie qui gouverne l’Algérie de post-Bouteflika. Ce qui indécent pour les jeunes conscients du malheureux de l’humanité !

Santé et changement climatique, convergence des crises.
1er septembre 2021

Alors que l’inquiétude des jeunes du Monde pour la détérioration de la planète fait une mobilisation inégalée, la démagogique « Initiative saoudienne verte » prévoit de réduire les émissions de CO2, en faisant passer à 50% la part des énergies renouvelables dans sa consommation énergétique d’ici à 2030. Mais pas sur la production pétrolière, ce qui n’est guère une plausible réduction de la mise sur le marché de la pire énergie.

Des documents fuités alors qu’ils sont destinés au Giec, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, demandent à minimiser la nécessité de réduire le recours aux combustibles fossiles ou la consommation de viande. Nous avons publié un article (voir lien plus bas) sur l’exposé du collectif de scientifiques qui a alerté sur les effets néfastes des actions humaines sur la rapidité du changement climatique.

Des nations et non des moindres pollueuses, mais ce n’est guère uniquement la Chine dont les médias prennent malin plaisir de montrer et l’intervention à distance de son président au sommet de Glasgow, remettent aussi en question le soutien des pays développés aux pays en développement. L’Arabie saoudite, l’Australie, le Japon ou encore la Suisse font partie des États qui mènent cet intense lobbying anti-climat. Et ces pays s’empressent à le faire auprès des dénonciateurs scientifiques et écologistes.

C’est qu’il y a des alertes des impacts du changement climatique sur la vie des gens que les jeunes, qui ont tout compris, ressentent un danger sur leur avenir. Les Etats ont la responsabilité de réagir. Mais certains combattent pour lutter contre la pauvreté et répondre aux besoins primaires, comme l’alimentation, de leur population qui sont plus leurs priorités.

L’alerte du rapport du GIEC sur le climat, 6e sur la catastrophe aggravée.
16 août 2021

Les traités sur le climat sont contraignants et les Etats ne les signaient souvent pas. Nous avons dénoncé dernièrement que les pays pétroliers sont hypocrites en la matière. Le protocole de Kyoto, traité établi en 1997, était même surprenant et, par conséquent, les États-Unis ont renoncé à y adhérer. Il fut en grande partie un échec.

Dans un effort pour rallier les États-Unis, le plus récent accord de Paris n’a pas d’obligations contraignant les nations. Cela n’a toujours pas empêché le président Trump d’essayer de le quitter. Et jusqu’à présent, le traité s’est avéré être plus des mots que des actions réelles. Dernièrement l’Arabie Saoudite a mobilisé ses alliés pour résister à la tendance mondialisée hostile à l’énergie fossile.

Une énorme fuite de documents vue par BBC News montre comment des pays tentent de modifier un rapport scientifique crucial sur la façon de lutter contre le changement climatique. Elle révèle que l’Arabie saoudite, le Japon et l’Australie font partie des pays qui demandent à l’ONU de minimiser la nécessité de s’éloigner rapidement des combustibles fossiles.

Les mobilisations sont plus qu’en colère pour amoindrir le changement climatique. Les "blablas" des politiciens sont creux et sans effets. Car leurs engagements pris au nom des nations, afin de réduire la pollution par le carbone, sont loin d’être suffisants. Le changement climatique est catastrophique. Mais les pays pollueurs font, non seulement, pression pour endiguer les rapports des scientifiques. Mais aussi ils font des rétorsions sur les manifestations des jeunes.


Voir en ligne : Nos précédents articles sur les différents sommet dits COP

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?